C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Limoges : bagarre mortelle pour une baguette

Publié le 04 Nov 2014 à 11:52 - Mis à jour à 16:27
À cours d'argent liquide, une jeune femme aurait refusé de payer sa baguette par carte bleue. L'altercation a dégénéré, entraînant la mort de la jeune femme. (Stringer / Reuter; )

À cours d'argent liquide, une jeune femme aurait refusé de payer sa baguette par carte bleue, à un prix trois fois supérieur. L'altercation a dégénéré, entraînant la mort de la jeune femme. Le boulanger a été placé en garde à vue.

Tout a dérapé si vite que les quelques témoins de la rixe peinent à décrire la scène. Vers 11h, une jeune femme venue acheter une baguette dans une boulangerie de la rue Palézy, dans le centre de Limoges, se serait violemment battue avec le boulanger. La jeune femme aurait alors trébuché, tombant la tête la première sur le pavé. Elle est décédée quelques minutes plus tard, malgré l'intervention du Samu. Le boulanger, un homme d'une quarantaine d'années, a été aussitôt placé en garde à vue.

Touché par la raréfaction de l'argent liquide - le gouvernement souhaitant limiter les retrait bancaires à 40 euros par semaine - le boulanger de la rue Palézy pratiquait deux prix différents pour le même produit : vendue 1,20 euros en liquide, la baguette était proposée à 3 euros par carte bleue.

« C'était complètement disproportionné »

Elle a dit au boulanger qu'elle n'avait pas de monnaie sur elle et qu'elle refusait de la payer par carte bleue « à ce prix de voleur ». Furieuse, elle aurait alors tenté de partir sans payer. Le boulanger, joueur de rugby dans une équipe locale, se serait laissé emporter par sa force. « Tout s'est passé tellement vite », confie Myriam, une habitante de la rue témoin du drame. « La jeune femme a essayé de partir sans payer, en traitant le boulanger de "bandit". Ils ont tout les deux crié, en faisant des gestes très brusques. C'était complètement disproportionné. »

« Le boulanger est vraiment un type sympa, un mec honnête », assure le patron du tabac voisin. « C'est allé trop loin mais on ne peut pas se laisser marcher sur les pieds, les temps sont durs pour tout le monde. On est tous nerveux. » Un périmètre de sécurité a été déployé par la police devant la boulangerie. « Tout ça pour une histoire de baguette à trois euros », regrette Myriam.

Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer