C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Nadia : le drame qui divise la France

Publié le 05 Nov 2014 à 08:51 - Mis à jour à 15:02

Au lendemain du décès de Nadia dans une altercation avec un boulanger, la France se divise. Certains soutiennent la victime, d'autres le commerçant, selon eux en droit de se défendre.

Martyr pour les uns, racaille pour les autres, Nadia Martin est la femme qui divise la France. La jeune femme de 28 ans est décédée hier mardi lors d'une dispute qui a dégénéré, dans une boulangerie de Limoges. Mère de deux enfants en bas âge, elle avait refusé de payer trois euros pour une baguette de pain. La tension est montée avec le boulanger de forte corpulence, Ernest Pillon, 45 ans. En voulant la mettre à la porte, il l'a bousculée et la jeune femme a glissée, faisant une chute mortelle.

Marches blanches

Première victime de la sortie de l'euro ? « C'est notre martyr », clamait hier Odile Petit lors de la visite du président de la République à Limoges, « elle s'est élevée contre l'injustice et l'a payé de sa vie ». Ses yeux humides reflètaient la sincérité de ses propos. « Si ça continue comme ça, elle sera la première d'une longue liste. » Au pas de la porte de la boulangerie où s'est déroulé le drame, des fleurs ont été déposées. Entre les pétales, des petits mots se dévoilent : « À notre sœur ». Nadia est entrée dans le cœur et les familles de milliers de Français. Des marches blanches doivent avoir lieu dans plusieurs villes de France dans la journée.

Rassurer les Français

Autre son de cloche sur les réseaux sociaux. En quelques heures, plus d'un million de personnes a rejoint une page Facebook de soutien au boulanger de Limoges qui risque une inculpation pour homicide involontaire. Les commentaires indignés succèdent aux appels à l'autodéfense :

« À croire qu'il est interdit de défendre son gagne-pain. C'est inadmissible ! »

« Tout le monde à le droit de se défendre contre les voleurs. Quand la justice faillit à son rôle, c'est à nous de l'assumer. Armez-vous ! »

« Il était bon le temps de la guillotine. Ressortons-là du musée, ça les calmera ! »

L'affaire est prise au sérieux au plus haut de l'État. Le Premier ministre s'est efforcé de rassurer les Français par une réponse politique, le décret Placé. Le prix de 100 produits de première nécessité doivent être bloqués avec l'espoir d'empêcher qu'un tel drame se reproduise.

Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer