C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Victoire de la grande distribution

Publié le 07 Nov 2014 à 19:12 - Mis à jour à 19:12
Les représentants de la grande distribution, ici Michel-Edouard Leclerc, président de Leclerc, celui de Casino Jean-Charles Naouri et le président d'Auchan France Arnaud Mulliez. (REUTERS)

Un accord est intervenu hier à Matignon entre Michel Cabestany et les représentants de la grande distribution. Les commerçants ont obtenus gain de cause sur leurs demandes. Un panier citoyen sera fourni à tous les Français. Le gouvernement se dit satisfait, les consommateurs sont plus circonspects.

Le match n'aura pas duré. En moins de deux heures, l'accord impossible était négocié. Le gouvernement ne devait pourtant rien lâcher. Le décret Placé qui vise à bloquer les prix en cartes de crédit était considéré comme intangible. Le Premier ministre Michel Cabestany lui-même s'était montré inflexible : « C'est un acte de salut public », avait-il annoncé.

Et son ministre se disait prêt à poursuivre l'affrontement : « Ce n'est pas un patronat qui imite la CGT qui va nous donner des leçons », s'était emporté le ministre écologiste du Commerce. Mais, en convoquant la réunion, Jean-Vincent Placé était déjà plus modéré : « Un gouvernement doit être à l'écoute de tous les secteurs. Je souhaite l'apaisement du pays. »

Décret Placé retiré

La réunion à Matignon était solennelle. Côté grande distribution, le trio Mulliez-Leclerc-Sebbaun était sur ses gardes. « Nous allons discuter, mais nos conditions sont claires : le retrait immédiat et définitif du décret Placé », s'est exclamé Michel-Edouard Leclerc. Face à eux, le Premier ministre, entouré de Nathalie Kosciusko Morizet, ministre de l'Économie, et de Jean-Vincent Placé s'est vite résigné. La journée morte des commerçants qui a paralysée le pays ne leur laissait pas vraiment le choix.

À la sortie, les décisions sont claires. Le décret Placé a fait long feu : deux jours après sa promulgation il est retiré. Le document d'accord est encore plus explicite : « Conformément à la Constitution, la liberté du commerce signifie une liberté absolue dans la fixation des prix. » Néanmoins, en échange de cette capitulation, le gouvernement obtient une avancée notable : le panier citoyen. Tous les magasins devront délivrer une liste de produits pour un prix fixé à l'avance.

« Avancée » selon le gouvernement

Hier, Jean-Vincent Placé était sur toutes les chaînes de télévision pour se féliciter d'une « avancée considérable qui permet de mettre le caddie à portée de main de toutes les bourses. C'est une mesure d'égalité, de liberté et de sérénité. Je me félicite que la grande distribution ait accepté des mesures exceptionnelles de régulation. » La rencontre de Matignon a donc eu des vertus particulièrement positives : chacune des parties ayant le sourire à la sortie. Sauf peut-être les consommateurs qui risquent de peiner à s'y retrouver avec un panier réduit quand tous les prix flambent.

En vidéo : la réaction du Premier ministre à la sortie des négociations

Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer