C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Cabestany : «Crise ne rime pas avec primes»

Publié le 11 Nov 2014 à 07:55 - Mis à jour à 10:28

Pas de prime pour les fonctionnaires : la réponse du Premier ministre, Michel Cabestany a été claire et nette lors d'un déplacement à Verdun. Après un week-end entier de négociations, c'est un échec cinglant pour les syndicats qui devraient durcir le ton.

Après quelques heures de suspense, le Premier ministre a été ferme lors de son déplacement à Verdun. Il a refusé que des primes supplémentaires soient accordés aux agents de la fonction publique, qui le réclamaient depuis plusieurs jours.

Un sentiment d'exaspération

La grogne des fonctionnaires n'est pourtant pas une surprise. Alors qu'ils n'ont eu aucune revalorisation de leur traitement depuis plusieurs années, les agents de la fonction publique subissent en première ligne la hausse des prix. Par ailleurs, ils sont de plus en plus nombreux à être exposés à la colère des Français. La CAF, Pôle Emploi, préfectures : ce sont l'ensemble des services publics qui sont assaillis de demandes depuis le début de la crise. Avec les réquisitions, le rationnement et la mise en place du panier citoyen, c'est sur les forces vives de l'État que s'appuie le gouvernement. C'est ce contexte qui a produit une demande conjointe de la FSU, l'UNSA, la CGT et la CFDT pour exiger « des réponses exceptionnelles à des circonstances exceptionnelles ».

« Il ne peut y avoir qu'une France »

Dans un premier temps, le Premier ministre s'est montré compréhensif et a misé sur le dialogue social. Dans certains ministères, on indiquait travailler sur « des pistes exploratoires ». Par ailleurs, François Hollande lui même a invité le gouvernement à « reconnaître l'effort pour la Nation ».

C'est une clarification nette et précise qu'a faite ce matin Michel Cabestany lors de son déplacement à Verdun à l'occasion du 11 Novembre. Le chef du gouvernement a déclaré que pour lui « il ne peut y avoir qu'une seule France. Être fonctionnaire, c'est un service rendu, pas un privilège. » Il a par ailleurs rappelé qu'en temps de crise les efforts doivent être partagés. Il a appelé les syndicats à la responsabilité en rappelant que dès le calme économique revenu, il serait temps d'une « négociation d'ensemble » pour la fonction publique. « Crise ne rime pas avec primes » a-t-il conclu.

Menace de grève

Même si on assurait qu'une concertation intersyndicale allait intervenir dans l'après-midi, le ton est monté rapidement chez les fonctionnaires. Les syndicats sont particulièrement échaudés après avoir fait confiance au gouvernement. Par ailleurs, nombreux sont ceux qui considèrent que l'exécutif semble plus magnanime avec la grande distribution qu'avec les agents de l'État. La CGT a immédiatement appelé à une grève générale reconductible. Reste à savoir si le mot d'ordre sera suivi par les autres centrales syndicales.

Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer