C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Hollande-Cabestany : la guerre est déclarée

Publié le 14 Nov 2014 à 18:55 - Mis à jour le 17 Nov 2014 à 11:26
La guerre est déclarée entre Francois Hollande et Michel Cabestany. (Christian Hartmann / Reuters )

Alors que le Premier ministre a accordé des primes exceptionnelles aux forces de l'ordre, François Hollande a vertement critiqué cette décision. Selon une source à l'Élysée, les deux hommes ne se parlent plus.

Selon notre source à l'Elysée, François Hollande et le Premier ministre Michel Cabestany ne se parlent plus. A Matignon, on minimise les tensions entre les deux pôles de l'exécutif : « le Premier ministre est au travail en plein accord avec la ligne fixée par le président.»

Le torchon brûle au sein du couple exécutif depuis la fin de semaine dernière sur la délicate question des primes accordées aux forces de l'ordre. Vendredi matin, 58 députés hollandais ont déposé une motion de censure à l'encontre du Premier ministre. « Michel Cabestany a décidé de créer des inégalités au sein de la fonction publique, mais aussi entre les Français », a dénoncé Bruno Leroux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale. « On ne peut le laisser faire. » Si la motion a été repoussée en début d'après-midi, la tension entre le Président et son Premier ministre ne semble pas baisser. 

« Il s'agit d'un coup de canif dans le pacte républicain », s'est emporté jeudi soir le président depuis son lieu de villégiature à Brégançon lors d'une rencontre avec des journalistes triés sur le volet. « J'appelle les forces de l'ordre à leur devoir national. » Et donc à reprendre le travail sans prime. En effet, en cédant aux pressions des syndicats des forces de l'ordre, Michel Cabestany a décidé de se démarquer de la feuille de route fixée en début de semaine avec le président.  « C'est un peu facile de critiquer des décisions. Lui est parti à Brégançon, nous, nous sommes sur le terrain », critique un proche de Michel Cabestany, louant le pragmatisme du Premier ministre.

Cabestany : le mauvais casting ?

Selon Olivier Besancenot (NPA), facteur et gréviste:

« Encore une fois, l'État divise pour mieux régner. Pendant ce temps, Michel Cabestany s'offre des millésimes avec l'argent public.»  

En effet, l'octroi des primes aux forces de l'ordre vient écorner l'image d'un Premier ministre déjà tombé de son piédestal cette semaine avec les révélations sur ses goûts fastueux. « Cette histoire a réellement mis mal à l'aise François Hollande », explique un proche du président. « Après l'histoire des "sans-dents", il avait essayé de se rapprocher des Français.»

 « C'est quand même ironique », murmure-t-on dans les couloirs de Matignon. « Par contre, il accorde toute sa confiance à Jean-Pierre Jouyet, son secrétaire général, suspecté d'avoir fait pression sur la justice pour accélérer les procédures contre Nicolas Sarkozy. Et ça, ça ne remettrait pas en cause le pacte républicain ? » Ces attaques acerbes mèneront-elles le couple exécutif au divorce? Pour l'instant, le gouvernement tient bon... derrière Michel Cabestany. 

Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer