C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Frontières fermées : la France coupée de l'Europe

Publié le 17 Nov 2014 à 08:48 - Mis à jour à 08:48
Check-point de la police espagnole dimanche soir à la frontière franco-espagnole de la Jonquera. (REUTERS / Springer Spain)

Au cours d'une nuit de concertations à Bruxelles, les voisins de la France ont décidé conjointement de fermer leurs frontières et donc de suspendre les accords de Schengen. Vendredi, seuls la Belgique et le Luxembourg avaient posté des gardes aux frontières du territoire. Il faudra désormais non seulement présenter son passeport mais aussi un visa pour sortir du pays.

« La France revient ainsi à sa condition première : une nation indépendante et fière », avait annoncé François Hollande lors de l'annonce de la sortie de la zone euro. 18 jours plus tard, voilà le pays plus isolé que jamais.

Hier soir, la proclamation de l'état d'urgence par le Premier ministre Michel Cabestany a fait l'effet d'une bombe. D'abord au sein de la population. Des milliers de Français se sont précipités vers les frontières encore ouvertes. Depuis vendredi et les affrontements entre les fonctionnaires en grève et les forces de l'ordre, le Luxembourg et la Belgique avaient ainsi fermé unilatéralement leur territoire. Des douanes de fortune avaient alors été rétablies et des gardes-frontières y avaient pris leurs quartiers.

La suspension des accords de Schengen : une première

Face à l'ampleur des migrations françaises, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne ont à leur tour décidé de fermer en urgence les frontières vers 23h hier soir. Nos cinq voisins ont évidemment renforcé la présence des douaniers et parfois même recouru à l'armée dans certaines villes où la situation menaçait de dégénérer comme à Irun (Espagne), à Vintimille (Italie) ou à Perl (Allemagne).

Au final, les ministres de l'Intérieur des cinq pays se sont réunis en urgence à Bruxelles et ont annoncé, ce matin à 7h30, la suspension des accords de Schengen en vertu de l'article 2.2 :

« Lorsque l'ordre public ou la sécurité nationale l'exigent, une Partie Contractante peut, après consultation des autres Parties Contractantes, décider que, durant une période limitée, des contrôles frontaliers nationaux adaptés à la situation seront effectués aux frontières intérieures. »

Désormais, pour sortir du pays, les français devront donc présenter leur passeport à la frontière. De plus, plusieurs de nos voisins ont décidé d'imposer un visa aux ressortissants français au mépris du principe fondamental de l'Union européenne de libre-circulation des personnes. Il faudra donc que les Français fassent tamponner leur passeport à l'ambassade du pays concerné.

Interrogé à l'issue de cette réunion, le ministre de l'Intérieur allemand Thomas de Maizière s'est empressé de minimiser la portée de cette décision : « Tout cela est provisoire. Le gouvernement français conserve toute notre confiance. Michel Cabestany nous a donné des garanties. Aussitôt que la situation sera revenue à la normale en France, nous rouvrirons les frontières. »

Malgré ce discours apaisant, la portée de cette fermeture reste historique pour l'Union européenne. Jamais aucun pays ne s'était ainsi trouvé isolé des voisins. La France est désormais face à elle-même pour affronter la crise.

Wanted

0 : 00 : 00 : 00
Vous vivez en zone frontalière, vous travaillez à l'étranger. Aujourd'hui les frontières sont fermées. Témoignez au 06 15 30 42 78.

Vous vivez en zone frontalière, vous travaillez à l'étranger. Aujourd'hui les frontières sont fermées. Témoignez au 06 15 30 42 78.

La dernière chance en Belgique
0 votes - 17 November 2014 - 23h56
0 45 points
Je ne sais pas comment je ferait sans l'aide de la Belgique, eux seuls m'ont donné la chance de m'approcher de ma conviction !<br />J'ai pu ainsi apprendre mon vrai sens de la débrouille dans ce domaine, j'ai peut être fait beaucoup trop de travail pour le salaire mais j'ai pu goûter à mon rêve, <br />ils ont besoin de travailleurs frontaliers autant que nous et<br />nous avons la même passion : la frite et la bière (avec modération) et nous en sommes fiers car cela nous rapproche en bons termes.<br />La législation française est trop stricte et n'aide pas les bonnes personnes, nous faisons tous chacun ce que nous pouvons, mais par pitié n'enlevez pas la Belgique...<br />Nous sommes tous égaux.
"Faux témoignage"
0 votes - 17 November 2014 - 21h13
2 1863 points
Je suis privilégié, mes collègues viennent me chercher en avion privé
Luttes à Ax
0 votes - 17 November 2014 - 18h13
 3 19138 points
Dans la commune de Ax-les-Thermes, la situation est tendue depuis ce matin. En effet, la ville étant sur la route du Pas de la Case et d'Andorre, de nombreux français se sont retrouvés bloqués à la frontière, créant un début d'émeute face aux douaniers andorrans.
Passagers cloués au sol
0 votes - 17 November 2014 - 18h05
 3 21923 points
Je devais me rendre à Budapest pour une formation de quelques jours, mais après des heures d’attente à l’aérogare de Roissy Charles de Gaulle j’abandonne, en espérant d’ailleurs que le service minimal de navettes vers Paris fonctionne toujours. <br />C’est une pagaille monstre, l’aération ne fonctionne pas, plus aucun siège libre, impossible de trouver des bouteilles d’eau …. Les Français sans passeport, et ils sont nombreux, ne savent comment faire. Même pour les autres plus prévoyants, certaines destinations voisines ont imposé du jour au lendemain un visa, et donc les Français concernés doivent aller faire tamponner leur passeport à l'ambassade du pays en question. Le personnel est totalement dépassé et incapable d’improviser une traduction correcte au moins en anglais et espagnol pour expliquer ce qui se passe aux malheureux étrangers. Parmi ceux-ci les plus mal lotis sont les japonais et les chinois, qui ont des montagnes de factures d’achats dans nos grands magasins et qui, faute d’interlocuteurs, essaient de récupérer la TVA aux bornes automatiques Pablo. Hélas, les pauvres sont au bord de l’implosion car les bornes en question se bloquent systématiquement en erreur, leurs logiciels n’ayant pas été mis à jour pour gérer ce changement de devises intermédiaire euros - francs !<br />
Comme sous Franco... mais dans l'autre sens
0 votes - 17 November 2014 - 17h37
 3 7890 points
J'habite pas très loin de Biarritz,vers la frontière franco-espagnole. Les anciens disent qu'ils n'avaient pas vu autant de "randonneurs" depuis que Franco a quitté le pouvoir dans les années 70. Il faut dire que ça leur rappelle des souvenirs : trafics en tous genres du côté du col d'Ibardin, "balades" à dos de cheval qui permettent en fait l'approvisionnement, il paraît même que d'anciens passeurs ont repris du service, non plus pour mener les opposants au régime franquiste en terre de paix et de liberté, mais pour emmener les Français là où il y a de quoi bouffer.
vive le télétravail
0 votes - 17 November 2014 - 15h28
 3 32840 points
C'est la crise en France, mais pas à l'étranger, nous devons continuer à bosser si nous ne voulons pas perdre notre emploi! impossible de me rendre en Belgique depuis Lille ce matin, alors je fais du télétravail.
La frontière en mer
0 votes - 17 November 2014 - 13h53
 3 30062 points
Moi je travaille en zone frontalière avec mon bateau de pêche et on vient de nous obliger à faire demi-tour.<br />J'ai tout de suite appelé la capitainerie, mais personne sait quoi faire!<br />
Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer