C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Crash présidentiel : F. Hollande et N. Sarkozy retrouvés morts

Publié le 21 Nov 2014 à 08:58 - Mis à jour à 11:46
Avion présidentiel: lieu du crash. (Pascal Parrot / Reuters; )

Les corps de François Hollande et de Nicolas Sarkozy ont été retrouvés tôt ce matin au milieu des débris de l'appareil. L'avion présidentiel s'est écrasé sur le Mont Lozère à environ mille mètres d'altitude, non loin du lieu-dit Le Mas de la barque. Ce sont pour le moment les seules informations qui ont pu nous parvenir.

Dans cette zone reculée des Cévennes, le ballet des véhicules de l'identité judiciaire vient rompre le silence ambiant. Aux alentours de 6h30, les gendarmes épaulés par une dizaine d'hommes du 13ème bataillon de chasseurs alpins ont réussi à retrouver l'épave de l'avion présidentiel. Les corps du chef d'État et de son Premier ministre ont été identifiés au milieu des débris de l'appareil. Les gendarmes ont immédiatement isolé la zone de l'accident.

La recherche des boîtes noires

Les informations peinent à nous parvenir. Le préfet qui est arrivé sur place dans la demi-heure qui a suivi la découverte de l'épave n'a pour le moment pas souhaité répondre aux questions des journalistes sur place. Seul le chef du groupement de gendarmerie de Lozère, le colonel De Bruyère, s'est fendu d'un commentaire : « Les enquêteurs du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) devraient arriver de Paris dans la matinée afin de rechercher les boîtes noires de l'appareil. » Néanmoins, dès lors qu'est abordée la question du décès des deux hommes d'État, les visages se ferment et le sujet est rapidement évacué, « nous avons reçu l'ordre de ne pas communiquer sur la question, cela relève des prérogatives de l'Élysée », lance le colonel avant de tourner les talons.

« Ils ont voulu que j'efface ma photo »

Dans cette zone reculée, aucun témoin n'a pu assister au crash de l'appareil. En effet, la zone habitable la plus proche n'est située qu'à trois kilomètres. Seul un berger venu récupérer ses bêtes est parvenu à prendre une photographie des débris de l'appareil mais a vite été écarté par les gendarmes qui ont quadrillé la zone. « Alors que je venais chercher mes moutons pour les rentrer à l'étable, j'ai vu un attroupement de gendarmes. Je me suis donc dirigé vers eux mais on m'a vite fait comprendre qu'il fallait que je déguerpisse. Ils ont même voulu que j'efface ma photo mais comme le préfet est arrivé dans le même temps ils m'ont laissé repartir. »

Les causes de l'accident restent donc toujours floues. Un communiqué de l'Élysée est attendu dans les prochaines heures.

Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer