C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Enzo

10 ans
Homme
Ecolier
Vit à Quimper
Devise : J’vais me balader.
Bio :

Enzo bouillonne. Foot entre les voitures, combine entre potes, petits textes griffonnés sur des bouts de papier, il n'arrête jamais, et son imagination déborde. Dans sa tête, il refait le monde, celui qui peut-être un jour lui appartiendra. En attendant, il traine ses rêves dans son quartier, le Kermoysan. Futé et sensible mais turbulent et hyperactif, son manque de concentration à l'école lui vaut la détestation de son institutrice. Un traumatisme enfoui ? Une chose est sûre, il déborde de colère. Et d'amour. Avec sa mère il entretient une relation fusionnelle. Il est son protecteur, son porteur de courses quand l'ascenseur est en panne. Il est même parfois son soutien financier, car les jours ne sont pas tous faciles quand on n'a pas de carte bancaire.

23 Nov - Hé patron, remets-nous ça !
Publié le 23 Nov 2014 à 20:24 - Mis à jour à 20:24
 3Laurent Le Breton
11785 points

Dans l’après-midi nous étions sur les quais, Marylou, Gwen et moi, à la recherche d’information sur mon père.
Vers cinq heures, un chalutier breton entra dans le port. L’équipage nous faisait de grands signes et paraissait très joyeux.
Le bateau accosta. A peine le navire amarré, un des hommes sauta à terre et cria :
— Le gouvernement a cédé !
Tous les marins français présents sur le quai, se rassemblèrent autour de lui. Tous voulaient des explications.
Le marin, fier de son effet, s’assit tranquillement sur une caisse... sortit sa pipe... la bourra...l’alluma... tira quelques bouffées... et se mit enfin à parler :
— Nous sommes partis de Concarneau jeudi matin... » Il tira de longues bouffées sur sa pipe.
— Et alors ? » Demanda l’auditoire.
— Ben et alors... avant d’embarquer, je suis allé boire un dernier p’tit verre au bistrot du port... » De nouveau, il tira de longues bouffées.
— Et alors ??
— Ben... y’avait la télé d’allumée... et le président parlait... » Même manège.
— Et alors ???— Ben... il a annoncé que chaque Français allait toucher une prime...une belle prime...
— Une prime pour tous les Français ?!?
— Oui...
— Et de combien qu’elle est la prime ?
Le marin ralluma sa pipe... et avec un œil malicieux :
— Dix mille francs les Gars !
— Dix milles balles chacun ?!?
— Ouais.
Tous les Français présent sur le quai sautèrent de joie :
— POUR LE PRÉSIDENT ! HIP, HIP, HOURRA !!!
L’un d’eux ajouta :
— Allez les gars ! Tous au pub ! C’est ma tournée !!
— OUAIS !!!
Ils se précipitèrent tous au bistrot. Marylou comprise.
Nous nous retrouvions donc seuls, Gwen et moi. Elle me demanda :
— Et les enfants de ton âge, ils vont aussi avoir une prime ?
— Ha, ça j’sais pas... ben, oui... mais p’t’être pas autant.
— Si tu veux, on peut aller voir sur la toile, ils doivent bien en parler sur les infos françaises.
— Oh oui sûrement !
Nous allâmes donc chez elle pour vérifier. Gwen trouva rapidement un site d’information.
Je lus... « Oh nooooon ! » Pour ne rien oublier, je notai l’info sur un papier et nous retournèrent aussitôt au pub.
Au pub, c’était la fiesta. Rouges comme des culs de Babouins, les marins chantaient le verre à la main. J’aperçus Marylou. Je réussis à me faufiler jusqu’à elle :
— Marylou ! MA-RY-LOU !! Pour la prime, c’est supp...
Elle me coupa la parole :
— Va jouer dehors ! C’est pas de ton âge !
Et elle s’est remise à trinquer et à chanter avec les autres :
— Vin qui pétille, femmes gentilles, sous tes baisers, brûlaaaaaants d’amouuuur !
Je sortis avertir Gwen de la situation. N’ayant pas le droit de rentrer dans l’établissement, – son père lui avait formellement interdit – elle me conseilla de l’dire plutôt à quelqu’un d’autre. Je retournai dans le pub...
Pendant plusieurs heures, j’ai essayé de les prévenir... en vain. Ils avaient même fini par bloquer la porte avec une chaise. Ils se sont mis à manger... et à continuer à boire... Gwen rentra chez elle...
A un moment, l’un d’eux ouvrit une fenêtre, je sautai sur l’occasion. Je suis entré et je suis monté sur la table, et là, j’ai hurlé :
— ARRÊTEZ !!! ARRÊTEZ !!! POUR LA PRIME, LE NOUVEAU PRÉSIDENT L’A ANNULÉE !!!
Mon annonce fit un effet bœuf. Un silence de mort envahi la salle.
Un des marins se leva, l’œil hagard :
— Mais ?... Mais qu’est-ce que tu nous racontes là petit... y’a pas la prime ?
— Non monsieur, non !
Je sortis le papier de ma poche et le lus à haute voix :
— Le président par intérim, Gérard Larcher, a annoncé ce matin, qu’il n’avait rien à offrir aux Français, ni le franc, ni la prime !
— C’est... c’est vrai ça petit ?
— Oui monsieur, avec Gwen, on a eu l’info sur internet.
— Ha...
Plus un mot... plus un bruit... Le patron du pub en lâcha son plateau :
— But ? Qui va payer le manger et le bière, alors ?
— Ben...
Un autre marin se leva à son tour :
— Demande à la Reine d’Angleterre ! Elle, elle en a des sous !!!
Le patron fonça derrière son bar, et décrocha son vieux fusil :
— Salaud de Français !
Un des marins se leva :
— Allez les gars ! Tous aux navires !!!
Le pub se vida en quelques secondes. Les hommes coururent vers le port. Marylou m’empoigna et les suivit. On entendait des coups de feu derrière nous.
Arrivés sur les quais, tous les hommes sautèrent dans leurs embarcations respectives.
Un marin nous entraîna sur le pont de son bateau :
— Allez montez, montez ! ALLEZ LES GARS, LARGUEZ LES AMARRES !!!
Je tirai sur la manche de Marylou :
— Mais ? Et Gwen, et Gwen, j’lui ai même dit au revoir !
— Tu lui enverras un mail ! Allez, mets-toi à l’abri dans la cabine !
De nouveaux coups de feu se firent entendre ! Marylou me poussa violemment à l’intérieur l

Tous les bateaux français quittèrent rapidement le port... direction la France !

« Pourquoi qu’on n’écoute jamais les p’tits ? »

Enzo et les 10 000 francs
Publié le 22 Nov 2014 à 20:47 - Mis à jour à 20:47

Aujourd'hui, vous poursuivrez l'histoire de Enzo. Pour être selectionné, intégrez la promesse du gouvernement de verser une prime de 10 000 francs.

4 contributions
Temps restant : 0 : 00 : 00 : 00

En compétition pour la suite (4)

Promesse en l’air
0 votes - 23 November 2014 - 18h32
 3 21923 points
« Tu voulais m’ dire quoi Marylou ? »
« Ecoute, j’avais bien réfléchi et je m’étais dit que, comme on n’avait sûrement pas fini de courir derrière ton père, fallait qu’on s’organise autrement »
« Comment ça ? »
« Ben oui, chercher les trains qui marchent encore, payer des chambres d’hôtels, manger dehors pas trop cher… »
« Ah…t’as plus de tunes alors ? Faut pas qu’on rentre dis ?! »
« En fait, j’avais trouvé un petit camping car d’occaz. Je me disais, qu’avec les 2 primes de l’Etat, celle de ton père et la mienne, et un peu d’aide de quelques potes, on aurait déjà pas mal pour démarrer notre tour du monde. Au moins 20.000 francs… »
« Euh le diesel au marché noir ça coûte bonbon aussi »
« Pas le choix…En plus un petit carré comme sur un voilier, pour que je te fasse l’école ! »
« Marylou ? Tu rigoles ? »
« Bah t’inquiète pas, c’est vite tombé a l’eau ! »
« ? »
« C’est un peu compliqué, disons que l’Etat a annulé sa promesse pour les primes »
« Nada ? »
Gros soupir de Marylou.
« Nada ! Rien ! »
Gwen nous rejoint en cavalant, comme d’hab’.
« Marylou, t’es au jus ? Y plus de prime, Mamie m’a expliqué ! »
Marylou acquiesce tristement, tandis que le sourire de Gwen illumine ma journée.
« Pas grave Enzo, t’as quelques jours de plus avec moi comme ça, et puis ton pater va pas disparaitre, i’ s’appelle pas Merlin pas vrai ? »
Je renchéris :
« Et en plus, Marylou, p’t’êt‘ que l’Etat, comme tu dis, va re re changer d’avis, et p’t’êt’ qu’on aura 15.000 le prochain coup ? »
Alors on serait...riches?
0 votes - 23 November 2014 - 18h00
 3 32840 points
Marilou et la grand-mère parlent entre elle de la prime de 10 000 francs, et je me dis que ça en fait des zéros ça... Ca doit faire beaucoup de sous, mais j'ai du mal à imaginer combien ça fait, genre... comme dans les films ou les mafieux posent une mallette pleine de billets sur la table? comme dans un coffre au trésor de pirate? Comme dans le coffre-fort d'une banque. Alors on serait...riches? Et soudain, je souris... avec tout cet argent: Moi et Gwen, sur les routes, avec ma nouvelle moto...ça c'est trop LA classe.
"Eh, oh! Enzo, t'es là?, me dit Gwen.
- Ouais, ouais, crie pas comme ça. 10 000 francs, on pourrait en faire des trucs ensemble. On pourrait acheter des tas de jeux vidéo, des bonbons, des jouets, une mobilette...
- Ou des robes de princesses, des poupées, des gâteaux?
La je la regarde, c'est quoi ces envies pourries?! Gwen me fixe. elle a compris que je ne suis pas emballé.
"Ou alors, dit-elle avec son petit index levé vers moi, un bateau!
- Quoi? Un bateau, mais un vrai?
- Ben ouais, un bateau pour aller chercher ton père.
Ah, ça c'est plutôt une bonne idée!
- Rêvez pas les enfants!, intervient Marilou. Cet argent on n'en verra jamais la couleur. Et puis, de nos jour avec 10 000 francs, on pourra rien acheter." Gwen et moi on se regarde en soupirant, je hausse les épaules. Pourtant, jouer aux riches, ça m'aurait bien plu!

dix mille, impaire et passe
0 votes - 23 November 2014 - 13h56
 2 567 points
Dix milles, Enzo, dix milles. La ficelle était grosse. Mais plus c'est gros, plus ça passe s'est dit Marilou. 312 ballons de foot, 150 jeux de Xbox. Une 306 Cabriolet. Deux allers-retours à Hong-Kong.

En euros, mais l'euro n'existe plus, remarquait Gwen. Les Xbox n'ont plus de jus, les Cabriolet n'ont plus d'essence. Et on ne peux plus quitter la FRance.

Avec une prime de 10 000 francs ton père serait tenté par un nouveau départ.

Enzo tendit une oreille. Un sourcil frémit.

Chez @Armel à Roscoff, un notaire avait expliqué à Marilou que sdi prime il y a avait, on établirait les règles de la succession pour les attribuer lorsqu'un contribuable manquait à l'appel. Depuis trois semaines les comptes de l'Etat n'étaient plus franchement maintenus. Les centres des Impôts en grève. Le Trésor Public transformé en Fort Knox. Si rien ne doit rentrer, rien ne doit sortir non plus. Les plus serviables empêchaient les fuites de capitaux par des agents tentés de renflouer les caisses des Eveillés, des Oublié, ou de proches parents.

Enzo, tu dois venir avec moi réclamer ta prime de 10 000 francs. Un oeil s'entrouvrit. Je te jure que la prime, c'est le chemin le plus direct vers ton pater que tous les Noster et les Ave Maria. les chevaliers de la table ronde, c'est bien. mais un Graal bien garni, c'est encore mieux.

On pourrait se payer un peu de fioul, avitailler, renforcer le gréément et faire route vers l'Ecosse. L'argument de la corne d'Abonddance semblait faire mouche chez Gwenn également.

Face à l'armée des Korrigans, aux pouvoirs de Merlin, cette histoire de prime était le tapis sur la table de jeu. Un coup de bluff ou le jackpot, rien n'était sûr. D'autant qu'en matière de casino, le gouvernement ressemblait plus au prestidigitateur faisant patienter les joueurs qu'à une banque prête à se faire exploser.

Mais avec 10 000 milles dans les poches, on pouvait facile avaler les 700 miles avec le voilier.

Et Enzo en était persuadé, son père était peut-être plus proche des Brownies que des Korrigans...




Drôle de surprise
0 votes - 23 November 2014 - 11h57
 3 30062 points
" Je te dis que c'est possible! On va y arriver, Gwen!
Fais-moi confiance!
- Mon père voudra jamais me laisser partir.
Ici, c'est pas le bordel comme chez vous, j'ai classe moi...et même collège!
- C'est bon, je sais que t'es plus en avance que moi dans les études...mais c'est pas ma faute, j'ai été malade quand j'étais petit!
- Mais je dis pas ça dans ce sens là, marlou, je veux juste t'expliquer que mon père sera jamais d'accord pour que je rate les cours!
- Mais Marilou, elle a été prof, avant, et t'as vu comment elle cause l'anglais?...Et pis c'est un super avocat...Elle va te l'embobiner ton père!
- Bon, mettons que ce côté- là soit réglé...
Il me laissera jamais partir comme ça, sur un chalutier en plein mois de novembre!
Non, je te dis, le plus simple, c'est que toi tu restes, et tu laisses repartir Marilou toute seule...
- Mais t'as oublié mon père! Il faut que je le retrouve, moi, et à l'heure qu'il est, il doit déjà approcher de Roscoff!
La capitainerie de Thurso a dit qu'il était reparti il y a deux jours...
- Comment on va faire...T'as bien une idée? T'en as toujours..."
C'est pas le moment de la décevoir, parce que le temps tourne vite avec les filles...
Il se trouve que j'en ai une, d'idée.
Marilou m'a dit qu'elle avait plus un radis, mais qu'elle attendait un virement qu'elle allait toucher aujourd'hui, c'est sûr
...Rapport à la prime de 10000 francs qu'on doit lui verser, même qu'elle a dit qu'avec, elle nous payerait le restau pour fêter ça!
Je vais lui demander un prêt, mais un prêt que je lui rembourserai dès que je serai de retour, avec mon boulot de plongeur au Goéland, celui qu'Armel le patron m'a proposé en louzdé...
Et je vais même lui proposer des intérêts pour qu'elle sache bien que c'est du sérieux!
" Marilou! Eh, Marilou!
- Je suis sourde!
- Oh, c'est bon, fais pas ton sale caractère...J'ai un truc à te demander...
Tu peux me prêter 2500 francs?
- Hein, tout ça? Mais je les ai pas! Et pourquoi faire d'abord?
- Pour payer un billet d'avion à Gwen, jusque Guipavas...parce que son père serait pas chaud pour qu'elle reparte avec nous sur un chalutier.
- Eh ben dis-donc, garçon, c'est les grandes manoeuvres!
- Allez, Marilou, s'te plait!
- Si je les avais, ce serait juste le début d'une longue conversation avec elle et sa famille, mais là le problème est réglé. Je n'ai pas eu mon mandat.
- Et tu vas le toucher quand?
- Jamais, je crois bien, la radio vient d'annoncer que la prime était supprimée...Décision présidentielle!
- Mais c'est nul!!!J'suis foutu...dans le lagenn!
J'vais perdre la fille de ma vie!!!
- Allons jeune homme, quel glaouch tu fais! il y a toujours une solution!...
Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer