C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

La France sans tête

Publié le 01 Dec 2014 à 09:22 - Mis à jour à 09:22
Le Palais de l'Elysée est désormais un lieu vide (© Jacky Naegelen / Reuters; )

Après une semaine à s'évertuer à affirmer leur autorité, aucun des quatre gouvernements souhaitant exercer l'intérim n'a de légitimité ni d'autorité sur le pays. La France n'est donc plus gouvernée.

Jamais, même en 1789, la France n'a fait face à un tel vide du pouvoir. Quatre gouvernements se sont autoproclamés, mais aucun ne parvient à convaincre de sa capacité à exercer le pouvoir. Les administrations et les forces de l'ordre choisissent chacune leur autorité de référence ou décident de ne se fier à aucune.

Incapables de faire appliquer leurs décisions, chacun de ces gouvernements s'est évertué pendant une semaine à renforcer sa communication. Mais au bout de quelques jours, même les plus chauds partisans de ces dirigeants, reconnaissent aujourd'hui que personne n'est en capacité de détenir les clés du pouvoir.

Larcher, l'intérimaire congédié

La source du désordre c'est l'aveu d'impuissance de Gérard Larcher. L'homme dont l'intérim était prévu par la Constitution n'est pas parvenu à convaincre, ni à rassembler. Étant le premier à assumer l'abandon des promesses de Brégançon et l'impossible retour au franc, il n'a pas bénéficié de ce discours de vérité. En choisissant Claude Bartolone comme Premier ministre, il s'est doté d'un éventuel remplaçant. L'homme de l'Hôtel de Lassay parait beaucoup plus convaincant à la plupart des élus. Alors que sa résidence au Palais du Luxembourg a été occupée par les Éveillés, le président Larcher ne jouit plus que du palais de l'Élysée. Mais son autorité n'en dépasse plus les grilles.

Marine ne s'ancre pas

Le sursaut national était le programme de l'extrême-droite. Pourtant, l'autoproclamation de Marine Le Pen ne lui a pas permis de multiplier les ralliements. Aucun haut fonctionnaire autre que ceux actifs dans ses rangs n'a rejoint son pouvoir. Son choix de s'installer à l'Hôtel de la Marine qui n'est plus un lieu de pouvoir depuis longtemps a surpris beaucoup. Ses partisans actifs dans la rue ont vite reflué pour éviter les affrontements de rue. Comme le résume son père par une formule acide : « La Marine n'a même plus ses gars ».

Mélenchon déserté par la rue

Supposé répondre au coup d'éclat du Front National, la constitution du Comité de salut public s'avère lui aussi être un coup d'épée dans l'eau. Le leader de la gauche radicale n'est parvenu à rallier que des membres de son courant politique, associé à quelques écologistes. Mais surtout, le Comité n'a été reconnu par aucun des mouvements sociaux qui se sont multipliés. Ni les Éveillés, ni les Oubliés n'ont participé à ces instances.

Debré,  Sage au repos

Le président du Conseil constitutionnel veut être le recours légitime, la voix de la loi. Pourtant, ses premiers pas en ont surpris plus d'un. Après avoir été nommé Premier ministre, Dominique de Villepin a plaidé pour une dissolution et une remise à plat intégrale du système politique, sans aucun effet. Quant au premier des Sages, il n'a plus fait aucune déclaration depuis sa proclamation. Certains disent que les deux amis se sont enfermés rue de Montpensier à relire les travaux constitutionnels de 1958.

Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer