C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Toulouse : avec Valois la ville rose vire au brun

Publié le 05 Dec 2014 à 08:04 - Mis à jour à 09:35

Depuis mardi soir, le capitaine Valois et ses hommes occupent Toulouse. Le capitaine qui entend diriger la France a su ramener le calme mais à quel prix ? La ville est l'objet d'un ratissage en règle. Les militaires fouillent les maisons et contrôlent les passants. Tous ceux qui ont soutenu les Contestacio de près ou de loin sont désormais recherchés. Enquête sur le système Valois.

« Nous nous assurons du retour à l'ordre », tel est le message des hommes du capitaine Valois que nous avons pu interroger. Pour eux, les perquisitions dans les maisons visent seulement à « récupérer les armes » qui ont été disséminées dans la ville. De même, les arrestations n'ont pas d'objectif politique. « On s'occupe enfin des délinquants et des casseurs, c'est ce que les Toulousains attendent », explique un militaire.

Les opposants se terrent

Difficile de rencontrer des Éveillés et autres Motivé-e-s qui osent encore s'exprimer. Ceux qui n'ont pas fui la ville se terrent. Nous avons pu échanger avec un militant anonyme. S'il a accepté de témoigner, c'est pour « faire savoir à la France ce qui se passe vraiment à Toulouse ».

« Ici, les arrestations arbitraires se multiplient. Les gens disparaissent, personne ne sait ce qu'il advient d'eux. J'ai peur pour moi, j'ai peur pour mes amis notamment Martin Rochteau », confie-t-il, visiblement terrorisé. Confronté à ce témoignage, le capitaine Valois parle de « calomnie gauchiste » de ceux qui « ne supportent pas le retour à l'ordre ». Dans son élan, il n'hésite pas à menacer les journalistes : « Parlez de ce qui marche au lieu de relayer la propagande gauchiste, les temps ont changé, cela vaut pour vous aussi. »

Martin Rochteau a joint la rédaction. Il dénonce « l'ingérence de la France en Occitanie à travers les actions du capitaine Valois » tout comme la proposition d'« union des patriotes » faite par Marine Le Pen, hier jeudi en milieu de journée. « La République d'Occitanie vaincra », a-t-il conclu.

« On ne veut pas savoir »

Mais pour de nombreux Toulousains, seul compte le retour à l'ordre. Jean-Pierre, 47 ans, patron d'un bar-tabac du centre-ville résume le sentiment général : « Les hommes de Valois ne s'attaquent pas à ceux qui n'ont rien à se reprocher. Ils viennent ici, ils boivent et ils payent, je ne trouve rien à redire, les Toulousains non plus. Beaucoup de Français à mon avis aimeraient que leur ville soit gérée comme Toulouse », conclut-il sous le regard approbateur des clients présents.

Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer