C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Enzo

10 ans
Homme
Ecolier
Vit à Quimper
Devise : J’vais me balader.
Bio :

Enzo bouillonne. Foot entre les voitures, combine entre potes, petits textes griffonnés sur des bouts de papier, il n'arrête jamais, et son imagination déborde. Dans sa tête, il refait le monde, celui qui peut-être un jour lui appartiendra. En attendant, il traine ses rêves dans son quartier, le Kermoysan. Futé et sensible mais turbulent et hyperactif, son manque de concentration à l'école lui vaut la détestation de son institutrice. Un traumatisme enfoui ? Une chose est sûre, il déborde de colère. Et d'amour. Avec sa mère il entretient une relation fusionnelle. Il est son protecteur, son porteur de courses quand l'ascenseur est en panne. Il est même parfois son soutien financier, car les jours ne sont pas tous faciles quand on n'a pas de carte bancaire.

06 Dec - Les mers du Sud
Publié le 06 Dec 2014 à 20:44 - Mis à jour à 20:44
   3The PeaceMaker
35527 points

Bâbord toute! L'Hermione fendait les flots vers le sud
où l'Amiral devait se rendre. A l'horizon, des nuages
noirs annonçaient une violente tempête. L'Hermione qui
jadis avait été une reine parmi les eaux, semblait
osciller dangereusement sous les fortes rafales de vent.
Un matelot vint nous voir pour nous prévenir que ce
rafiot allait encore devoir mener un rude combat.

Basculée par les vagues, l'Hermione se battait contre les
eaux agitées et la mer déchaînée. A son bord, c'était une
lutte de tous les instants, l'équipage n'avait pas
le temps de réagir assez vite. Une immense trombe d'eau
envoya un homme s'écraser contre un mat.

Comment allions nous nous en sortir? Effrayé, je couru à
la cabine pour me protéger. Nous étions au large et les
éléments se liguaient contre nous. Je pensais à
Marilou, et à Gwen, j'avais peur. Au dessus, on
entendait le vent hurler et l'équipage paniquer.
Ne pas paniquer Enzo... Impossible! Et j'étais seul!
C'était trop pour moi, je me blottis dans un coin
et fermai les yeux, en espérant que cela cesse...

Enzo à la ligne
Publié le 05 Dec 2014 à 21:09 - Mis à jour à 21:09

Aujourd'hui, une contrainte stylistique : l'acrostiche. Lu verticalement, de haut en bas, les premières lettres de chaque ligne de votre récit doivent former une phrase ou un mot de votre choix. Votre texte ne doit pas forcément être un poème : l'important, c'est d'aller souvent à la ligne !

Exemple :
- "Allez, en route ! crie Nour.
- N'importe quoi, la meuf veut s'en aller alors qu'on a les flics aux trousses. Tu délires complètement, ma pauvre Nour", soupire Johnny.
Assis au comptoir du bar, les deux poteaux n'en mènent pas large.
"Rien à foutre, j'ai faim. Tu fais ce que tu veux, moi, je me tire", rétorque la jeune fille.
Ca faisait trois jours qu'elle n'avait rien avalé, putain. Pas question qu'elle reste là à se tourner les pouces.
"Hé, t'es sérieuse ? Attends, je viens avec toi ! souffle Johnny.
- YOLO !" hurle Nour avec enthousiasme en claquant la porte. Elle est dehors.

4 contributions
Temps restant : 0 : 00 : 00 : 00

En compétition pour la suite (4)

Un homme à la mer
0 votes - 06 December 2014 - 19h27
 3 21923 points
Un beau matin en pleine mer
Nous voilà donc matelots
Hisse et ho
On ira jusqu’au prochain abri
Même si le vent, la pluie et le roulis
Mènent la danse et que tangue le vaisseau
Et vous mon héros
Amiral je vous suivrai sur
L'Ile
Aux
Merveilles
Et depuis toujours un fameux
Repaire de pirates

Mais bon, on adore ça !
1 votes - 06 December 2014 - 18h21
 3 11785 points
Voilà, on était enfin sur l’Hermione !
On devait rester dans notre cabine, ordre de l’Amiral.
Un marin était missionné pour nous servir, la classe !
— S’il vous plait, nous aimerions du lait chaud pour la petite.
— Nature, ou avec une cuillerée de chocolat ? » Demanda notre serviteur.
— Oh... nature, mais avec des gâteaux alors. » Lui répondais-je avec une voix de fille.
— Un assortiment de pâtisseries vous sera servi avec, bien entendu.
— Super !

Avec un tel service, on était vraiment comme des pachas.
Une vraie croisière de rêve !
Repas chaud, ou froid, à toute heure !
Et bien évidement, digestion le reste du temps...
Zoner, voilà ce qu’on fit pendant notre première journée.

— Vous avez un plan Amiral, qu’est-ce qu’on fait ?
— Rien pour l’instant, laissons-les mener le navire.
— Alors c’est quand qu’on agit, nous ?
— Il faut attendre que nous soyons dans les eaux Bretonnes
— Maintenant je comprends pourquoi vous avez dit, Jersey.
— Et oui, le Préfet que je suis, veut s’y réfugier.
— Nous n’serons donc pas loin de Saint-Malo, c’est ça ?
— T’as tout compris Enzo.

Tout était calculé... il est fort quand même...
On attend qu’ils se jettent, seuls, dans la gueule du loup.
« Un plan comme ça, franchement, fallait y penser !
Tant qu’on s’ra ensemble, il ne pourra rien m’arriver ! »

Fallait qu’en même faire attention.
A bord, il y avait des marins qui connaissaient Kersauson.
Ils auraient pu s’apercevoir de la supercherie.
Tout aurait alors capoté.

Faire semblant d’être malade en mer, voilà la solution.
Au lit. Je devais rester alité, et « mes parents » à mon chevet.
Ils approuvèrent mon idée, le prétexte était valable.
Rassurés, ils commandèrent un somptueux dîner.
Et nous avons trinqué à la santé de notre fidèle et dévoué équipage !
Marin qui doute n'amasse pas mousse
0 votes - 06 December 2014 - 18h07
 3 3180 points
"Moussaillon ! T'as tenu ton rang, gamin ! Je suis fier de toi. T'as tout du marin d'exception. L'Hermione, on te la doit, et grâce à toi, nous sommes fin prêts pour libérer le Mont !"

A ces paroles, Enzo senti l'orgueil lui gonfler le thorax. Il était fier, fier, réellement, pour la première fois. L'équipage de l'amiral le regardait, lui, avec leur yeux plein d'un espoir nouveau dont il était désormais le dépositaire. Il se senti investi d'une mission. Le Mont Saint Michel était devenu sa cause. Il se battrait jusqu'au bout.

Rouge sang, sa robe qu'il n'avait pas quittée depuis la prise du fier navire fit claquer ses plis dans le vent lorsqu'il s'élança sur le mât pour grimper, grimper, le plus haut possible.

Il voulait voir la mer de haut. Dominer l'océan pour prendre la mesure de la tâche qui l'incombait.

Néanmoins, quelque chose le turlupinait, l'empêchait de profiter pleinement de son moment de grâce. Une boule dans sa jeune poitrine encore frêle.

Dans le lointain, quelque part au-delà de ces flots, sa moitié se languissait. Il l'avait laissée. Il l'imaginait se retourner, la nuit, terrassée par la peur qu'il disparaisse corps et âme en mer, qu'il ne revienne jamais.

Evidemment, elle lui manquait. Terriblement. Il fut soudain pris d'un affreux doute. Et s'il ne revenait jamais ? S'il n'était pas à la hauteur ?

Avait-il réellement besoin de partir dans une telle aventure ? Est-ce que tout ceci n'était finalement pas de vagues considérations politiques qui le dépassaient complètement et dans lesquelles il servait de pantin ?

Un gamin de 10 ans comme lui a-t-il le nerfs assez solides, les moyens suffisants pour faire changer le cours de l'Histoire d'un pays ?

Dans le lointain, dans les nuages qui se mariaient avec les flots, il cherchait les formes construisant le visage de Gwen, sans le trouver. Il aurait pu rester, avec elle. Ecrire sa petite histoire avec elle.

Ouverte aux quatre vents, sa jupe se dodelinait le long du mât. Les voiles claquaient sous la brise. L'air marin lui titillait les narines et l'odeur forte du sel de l'Atlantique lui fouettait son visage encore si innocent.

"Un jour, je serai un grand marin. Je serai respecté. Et quand je reviendrai, j'irai voir Gwen. Je lui dirai, viens ! Pars avec moi ! Laisse-moi partager avec toi mes aventures !"

Comme un roc, comme la pointe du Raz qui fend l'océan déchaîné, son torse gonflé repoussait les assauts du vent. Grisé par cette certitude, il s'alimentait de cette envie, de ce besoin de rentrer au pays pour pouvoir voir les yeux de sa Gwen pétiller à l'évocation du récit de ses aventures. Mais avant, il allait remplir sa mission. Rendre son honneur à la Bretagne. Prendre le Mont Saint Michel avec l'amiral.

Enzo était prêt.
L'île au trésor
0 votes - 06 December 2014 - 14h21
 3 30062 points
Le lendemain sur le bateau...
Il nous a fallu déchanter
L'Hermione prenait bel et bien l'eau
En fait, ce navire n'était pas si beau
A nous tous, on n'y arrivait plus
Une ou deux fois, on faillit chavirer...
Terrible dilemme pour notre capitaine
Renoncer à la traversée et appeler au secours?
Epouser à jamais une sombre réputation?
Soudain nous apparut une île
Ouest, Sud- Ouest! Hurla le capitaine
Rejoignons, hauts les coeurs, ce caillou enchanteur!
Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer