C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Le rêve belge des migrants français de plus en plus inaccessible

Publié le 08 Dec 2014 à 07:25 - Mis à jour à 10:09
De nombreux français se réfugient en Belgique. (Place des Martyrs - Martelaarsplaats, Brussels, Belgium - Dr Les (Leszek - Leslie) Sachs / Flickr)

Depuis la sortie de l'euro, la Belgique est devenue aux yeux des Français un nouvel eldorado. Salaires plus élevés, sécurité de l'emploi : ils sont nombreux à tenter de passer la frontière dans l'espoir d'une vie meilleure, parfois au péril de leur vie. De son côté, le gouvernement belge applique une politique extrêmement stricte.

Alors que la France s'enfonce dans le chaos depuis la mort de F. Hollande et N. Sarkozy, beaucoup de Français se prennent à rêver de la Belgique. Ce n'est certes pas la météo qui les attire, mais avant tout les salaires, jusqu'à 15 fois plus élevés qu'en France. Les chiffres officiels parlent de 12 000 Français ayant franchi la frontière depuis le début de la crise ; mais les chiffres réels sont probablement bien plus élevés.

« Nous aimons les frites »

Henri, 43 ans, a tenté hier de passer la frontière avec sa fille, mais a été refoulé : « Nous adorons la Belgique. Nous aimons ses frites, sa bière, et son patrimoine. Vive le Roi ! » s'écrie-t-il, dans l'espoir que son dossier puisse être réexaminé par les douaniers.

En réaction à l'afflux massif d'immigrés, les conditions d'accès au territoire ont été en effet fameusement renforcées, surtout depuis ce que l'on a appelé en Belgique « la bousculade des trois sangliers » : pour rappel, trois français avaient perdu la vie dans une bousculade près d'Arlon, en tentant de passer la frontière. À la suite de cet événement dramatique, le gouvernement belge a mis en place une opération militaire baptisée « PFPB » (Protéger les français, protéger la Belgique), afin de sécuriser la frontière belge et d'éviter de nouveaux drames humains.

Tout le long de la frontière, des miradors ont été construits, et l'armée belge patrouille régulièrement le long de la ligne de démarcation. Les émigrant, s'ils sont pris sur le fait, sont conduits à Rekkem, le nouveau poste frontière, où ils sont soumis à un questionnaire pour vérifier leur connaissance de la culture belge.

« Renier l'équipe française de football »

L'instauration de ce test fait toutefois polémique en Belgique, où l'opposition accuse le gouvernement de pratiquer en réalité une politique d'immigration inhumaine et cynique. « Certains douaniers vont jusqu'à demander aux Français de renier l'équipe de France de football, et d'embrasser le drapeau belge. On croirait entendre le bruit des bottes sur le pavé ! » a ainsi réagi lundi dernier Laurette Onkelinks, chef de file de l'opposition, à la tribune du parlement fédéral.

Population belge divisée

La population belge quant à elle, reste très divisée sur la question. Les derniers sondages montrent que 62% des Belges sont favorables à l'accueil des Français ; mais ce chiffre descend à 34% côté flamand. Plusieurs initiatives d'accueil ont pourtant vu le jour : ainsi, dans la province de Flandre Occidentale, certaines communes proposent des cours accélérés en West-Vlaams, le dialecte local. Le maire de Courtrai, Vincent Van QuickenBorne, a ainsi expliqué au quotidien La Libre Belgique que cette initiative devait permettre « à nos amis français de s'intégrer plus facilement à notre culture. Le message doit passer : ils sont bien sûr les bienvenus en Belgique ! »

Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer