C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Enzo

10 ans
Homme
Ecolier
Vit à Quimper
Devise : J’vais me balader.
Bio :

Enzo bouillonne. Foot entre les voitures, combine entre potes, petits textes griffonnés sur des bouts de papier, il n'arrête jamais, et son imagination déborde. Dans sa tête, il refait le monde, celui qui peut-être un jour lui appartiendra. En attendant, il traine ses rêves dans son quartier, le Kermoysan. Futé et sensible mais turbulent et hyperactif, son manque de concentration à l'école lui vaut la détestation de son institutrice. Un traumatisme enfoui ? Une chose est sûre, il déborde de colère. Et d'amour. Avec sa mère il entretient une relation fusionnelle. Il est son protecteur, son porteur de courses quand l'ascenseur est en panne. Il est même parfois son soutien financier, car les jours ne sont pas tous faciles quand on n'a pas de carte bancaire.

10 Dec - La pétasse !
Publié le 10 Dec 2014 à 20:40 - Mis à jour à 20:40
 3Laurent Le Breton
11785 points

Nous approchions enfin de Saint-Malo. Les remparts n’étaient plus qu’à quelques miles quand...
— Amiral ! A tribord, des navires viennent à nous !
Nous nous précipitâmes tous sur le pont.
Effectivement, trois navires de guerre fonçaient droit sur nous.
Ils portaient haut, les couleurs de la Bretagne. Super, c’était des confrères !
Arrivée à notre hauteur, ils nous demandèrent d’affaler les voiles et de mettre l’Hermione en panne. L’équipage obéit sur le champ. « Enfin, sur le pont. »
Un fois notre navire stoppé, les trois embarcations vinrent s’amarrer à notre coque.
Sitôt à couple, des hommes en armes envahirent notre navire. Ils n’avaient vraiment pas l’air sympa.
Ils nous regroupèrent tous sur le gaillard avant.
L’Amiral s’avança et demanda des explications, mais il fut méchamment repoussé :
— Retourne à ta place et tais-toi, sale gueux ! Tu parleras quand notre Reine l’aura décidé.
« Hein ? C’est quoi ce délire ? »
Je fis un pas vers ce malpoli... mais l’Amiral me retint par le bras :
— Restons calme gamin, restons calme. Pour le moment, obéissons.
Il avait sûrement raison. Je retournais donc me replacer dans le rang.
Quelques minutes plus tard, une jeune femme, très bien habillée et très jolie, vint se présenter :
— Je suis Mathilde, la nouvelle reine de Bretagne. Je réquisitionne ce navire pour mes loisirs personnels.
« Là, j’crois qu’il faut lui expliquer ! »
Je me suis avancé :
— Madame la Reine, d’abord, on est dans vot’ camps, deuxièmement, on a besoin de c’bateau pour reprendre le Mont Saint-Michel, et troisièmement, vous devriez nous parler meilleur, sinon je crois que ça va pas faire... pas faire du tout !
La Reine s’approcha de moi, me regarda avec un petit sourire... et :
— Je pourrais te faire mettre au fer pour ton arrogance, mais... ta petite taille m’amuse. Tu seras dorénavant... mon bouffon, mon nain de service.
— Plutôt mourir que de vous servir !
— Ah, si c’est ton choix.
L’Amiral s’avança à son tour :
— Votre Majesté, veuillez pardonner son...
— Il suffit ! » Hurla-t-elle.
Elle désigna l’Amiral à ses troupes :
— Jetez-moi ce gueux par-dessus bord ! Allez !
Ses hommes exécutèrent son ordre. Ploufff.
Elle nous menaça tous :
- Maintenant, écoutez-moi bien bande de dégénérés ! Je veux ce navire. Sachez que d’où je viens, Neuilly-sur-Seine, tous mes voisins ont un yacht. Moi, je n’en ai pas, enfin pas encore. Le votre a un cachet, vintage, qui va épater tous mes amis. Alors, maintenant il est à moi.
Elle fit un signe à ses hommes :
- Allez, envoyez-moi cet équipage puant croupir dans la cale d’un de nos bateau, allez !
Quelques gars refusèrent d’obéir et se jetèrent sur les militaires.
Dans la confusion générale, je réussis à me faufiler à l’intérieur. Là, je me suis caché dans un coin en attendant de voir la suite des événements.

J’entendis un bruit ! « Hein ? » Ha, j’ai dû m’endormir... Il faisait déjà nuit dehors.
La Reine était là, dans notre cabine. Un de ses hommes venait d’entrer :
— Votre Majesté, il y a des blessés graves parmi l’ancien équipage. Certains hurlent de douleur. Leurs plaintes sont déchirantes... Que fait-on ?
— Ecoutez la chanson bien douce, qui ne pleure que pour vous plaire. Elle est discrète, elle est légère, un frisson d’eau sur la mousse... Verlaine. S’ils vous gênent qu’on les jette à l’eau !
— Bien votre Majesté.Il sortit.
« Raaah... c’est pas possible d’être aussi méchante. »
Restée seule, elle se mit à coiffer sa longue chevelure :
— Miroir, mon beau miroir, qui est la plus belle ?
Là, ce fut plus fort que moi. Il fallait que je me venge, pour tout ce qu’elle avait fait :
— Non ! Ce n’est pas toi la plus belle ! Ta méchanceté te rend laide ma Reine ! La plus belle s’appelle Gwen ! Son sourire est cent mille fois plus joli que l'tiens !
Elle se précipita sur moi et m’attrapa par l’oreille :
— Ah, sale petit con ! Tu dis cela pour m’énerver, c’est ça hein ?!?
- Non ma Reine, c’est vrai ! Elle habite même à Thurso en Ecosse ! Et elle est plus jolie que toi !
- Gardes ! Venez, j’ai un colis pour vous ! Et envoyez-moi le commandant de l’escorte ! J’ai une mission urgente à lui confier !
Là, en me regardant :
- Il doit partir sur le champ en Ecosse !
« Oh noooon, Gwen ! »

Enzo et Paul
Publié le 09 Dec 2014 à 22:35 - Mis à jour à 22:35

Racontez l'histoire d'Enzo, en poursuivant celle d'hier. Aujourd'hui la consigne est simple : glissez dans votre texte une citation de Paul Verlaine. Que la poésie soit avec vous !

1 contribution
Temps restant : 0 : 00 : 00 : 00

En compétition pour la suite (1)

de la musique avant toute chose
0 votes - 10 December 2014 - 18h10
 3 32840 points
les marins même en pleine tempête ou au fond de la cale, ça chante. Moi, je savais pas, mais des chansons ils en inventent aussi. Il y a un autre mouss' avec moi, il est plus vieux, genre 15 ans, et il super drôle. Des fois, il chantent des chansons qui font rires les marins, moi je comprends pas tout ,ça parle de filles et tout ça... L'autre jour je parlais au mouss et je lui disais "pourquoi tu chantes toujours", il a rit et il a répondu, "Mon pote, dans la vie faut chanter! ça éloigne la peur et les pleurs! même que y a un poète qui disait : "de la musique avant toute chose!", moi je le comprends, le type! alors chantons!
- Mais je connais pas de chanson de marin, moi!
- C'est pas grave on va en inventer une, donne moi un sujet!
- les pirates!
-rien que ça? A la vache, attends faut que je réfléchisse là, ok:"
Dans la piraterie,
y a pas de déconvenue!
Et le jour venu
la mer nous a prit,

dans la piraterie,
y a pas d'inconnus
et le soir venu
on boit et on rit

Ohohoho je suis un pirate
ohohoho je suis un pirate

A babord et à tribord
v'là les filles du port
je les guette avec joie
je les vois avec toi

ohohoho je suis un pirate
ohohoho je suis un pirate!"

On riait malgré le vent, les vagues si haute qu'elles nous jetaient d'un côté et de l'autre du pont. On riait, jusqu'à ce que je réalise soudain, que nous étions plus que deux sur le pont. Où étaient les autres?

Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer