C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Enzo

10 ans
Homme
Ecolier
Vit à Quimper
Devise : J’vais me balader.
Bio :

Enzo bouillonne. Foot entre les voitures, combine entre potes, petits textes griffonnés sur des bouts de papier, il n'arrête jamais, et son imagination déborde. Dans sa tête, il refait le monde, celui qui peut-être un jour lui appartiendra. En attendant, il traine ses rêves dans son quartier, le Kermoysan. Futé et sensible mais turbulent et hyperactif, son manque de concentration à l'école lui vaut la détestation de son institutrice. Un traumatisme enfoui ? Une chose est sûre, il déborde de colère. Et d'amour. Avec sa mère il entretient une relation fusionnelle. Il est son protecteur, son porteur de courses quand l'ascenseur est en panne. Il est même parfois son soutien financier, car les jours ne sont pas tous faciles quand on n'a pas de carte bancaire.

13 Dec - La panoplie de Jack Sparrow !
Publié le 13 Dec 2014 à 20:17 - Mis à jour à 20:17
 3Laurent Le Breton
11785 points

J’ai très mal dormi cette nuit.
Je n’ai pas arrêté de m’dire que leur plan de mutinerie était tout pourri !
Tout a commencé hier soir, à leur réunion secrète. Déjà, la réunion secrète... Normalement un truc secret, on le fait en cachette, en chuchotant, eux non. Ils se rendent pas compte qu’avec deux ou trois verres dans l’pif, ils se mettent à parler fort, très fort même. Bon, déjà ça.
Après, ils n’ont pas voulu m’écouter quand je leur ai proposé de jeter toutes les armes par-dessus bord avant d’attaquer.
« Ben oui hein, moins y’a de risque de tuer quelqu’un, mieux c’est ! »
Mais eux, non ! Eux, ils préfèrent aller voler quelques armes, dont ils ne savent même pas se servir du reste, pour attaquer des militaires professionnels !
Ah oui, là il faut que j’explique un peu...
Sur ce bateau, il y a des marins qui savent le faire naviguer. Eux, ils sont commandés par le Capitaine.
Il y a aussi, et surtout, des militaires, commandés par le Commandant justement.
Bref, ça partait mal...ça partait franchement mal...

Alors ce matin, je m’suis levé avant tout le monde pour essayer de rattraper leur bêtise.
Le jour se levait... Je suis sorti sur le pont pour réfléchir...
Il y avait un brouillard à couper au couteau...
Soudain, j’entendis des pas venir dans ma direction...
Ne sachant pas qui arrivait, je me suis rapidement cacher dans une écoutille.
Les personnes se sont approchées...
J’essayai de regarder par l’entrebâillement de l’aération... mais je ne voyais que des pieds. Ils étaient deux. - Pas deux pieds, mais quatre, soit deux hommes, d’accord ? -
Ils s’arrêtèrent au dessus de moi :
— Commandant, une partie de l’équipage prépare une mutinerie.
— Vous en êtes sûr Capitaine ?
— Oui Commandant. Je les ai entendu en parler hier soir. Ils projettent, pendant le changement de quart de huit heure, de descendre à l’armurerie. Là, ils vont en voler pour nous attaquer.
— Ah les salopards... Faîtes vider toutes les armes de leurs munitions, et attendons. Cette brume épaisse nous aidera.
« Raah, les idiots, il faut que je réussisse à les prévenir. »
Mais...
— Tiens ? Le cran de sûreté de l’écoutille est ouvert ? Clic ! L’un d’eux referma la trappe.
« Oh nooon, mince, j’suis enfermé. Oh nooon. »
Les deux hommes s’éloignèrent.
J’essayai de pousser la trappe... Aaah ! Trop lourde pour moi ! « Mince. »
Il fallait que je trouve rapidement une solution !
Je cherchais...je cherchais... en vain.
« Ben dit donc, pour un héros, j’suis un peu nul. »

Peu de temps après, j’entendis des pas avancer doucement sur le pont.
Je glissai aussitôt mon œil dans la fente de l’écoutille.
Là, je vis les marins, armes en main, qui s’approchaient prudemment de la passerelle :
— Hé, les gars... les gars... c’est moi, c’est Enzo.
— Chuuuut... Tais-toi don’ morveux, tu vas nous faire repérer.
— Mais ?... Ouvrez-moi au moins.
— Chuuuut.
Un-a-un, ils commencèrent à grimper l’escalier qui conduisait à la timonerie...
quand, les vrais militaires surgirent du dessus de la cabine de pilotage ! Ils étaient armés jusqu’aux dents, eux !
— Jetez vos armes et redescendez sur le pont ! » Hurla l’un d’eux.
Les mutins obéirent aussitôt.
« Pfuuu, les mauviettes. »
Un des fusils lâché, tomba et rebondit sur l’écoutille. Clac !
« Ouais, il a fait sauter la barre qui la maintenait fermée, j’suis libre ! Mais maintenant, j’attends le meilleur moment pour sortir. »
Le Commandant regroupa les traîtres sur le pont :
— Alors, bande de pirates de série B, on a voulu se rebeller, hein !?! Comme je me sens de bonne humeur ce matin, je ne vais faire qu’UN exemple. Toi, oui, toi derrière, avance-toi ! Viens !
Le malheureux s’approcha. Là, le Commandant sortit son pistolet et posa le canon sur la tempe du marin :
— Ça tombe sur toi, dommage...
« Non ! »
Je soulevai la trappe et bondis à l’avant du bateau :
— Lâche-le ! J’ai averti tous mes amis par radio ! Ils seront là d’une minute à l’autre ! Lâche-le !
Le commandant me regarda et se mit à rire :
— Ah, ah, ah, Qui va venir Hein ?! Une poignée de pêcheurs édentés, armés de casier à crabe ! Ah, ah, ah !
Soudain, le navire stoppa net ! Et fit même machine arrière !
Tout le monde chancela !
Le Commandant en perdit son arme ! Là, je me penchai pour la ramasser, quand j’entendis un gros boum. Je me redressai... tous les militaires avaient jeté, d’un même geste, leurs armes au sol !
« Hein ??? C’est moi qui leur fais un tel effet ? »
Tous les hommes me regardèrent éberlués !
Un des militaires leva son doigt en tremblant et désigna quelque chose derrière moi :
— Là, droit devant ! Là dans la brume ! C’est l’USS Abraham Lincoln ! Un porte-avion américain !
Je me suis retourné... effectivement, une immense masse sombre nous barrait la route.
« Ouahou ! Là, t’es super, super fort Enzo... Un porte-avion. »
Les marins rassemblèrent les armes et firent descendre les militaires et le méchant Commandant au cachot.
« L’Amiral aurait été très fier de moi... on a pris le navire sans arme et sans violence. »

Un peu plus tard, un marin vint me voir :
— Enzo, comment qu’t’as fait pour le porte-avion ? Franchement là...
— Ben ça, c’est mon secret... Par contre, si l’équipage veut m’faire un cadeau pour mon Noël, j’aimerai avoir la panoplie de Jack Sparrow... Juste pour être écouté dès le début des opérations !
— Accordé !

Enzo et le père Noël
Publié le 12 Dec 2014 à 18:33 - Mis à jour à 21:03

C'est bientôt Noël ! Enzo rêve d'un cadeau...

1 contribution
Temps restant : 0 : 00 : 00 : 00

En compétition pour la suite (1)

Réunion de famille pour Enzo
0 votes - 13 December 2014 - 19h48
 3 21923 points
Tête de Fouine m’a à la bonne, ça se voit, et le costaud, Gros Balèze, il est vraiment balaise et c’est vraiment pas une flèche.
« Mutinerie ? Pourquoi ? Ben non, hé, Mathilde nous a promis une grosse récompense si on rentrait à Saint-Malo avec la gamine !!! »
Je hurle de nouveau « Quelle gamine ? Gwen ?!? »
« Mollo, gamin, mets la en veilleuse, faudrait pas que l’Amiral se doute de quelque chose »
Tête de Fouine re fronce les sourcils, ça chauffe sous le bonnet !
« Bon, c’est bientôt Noël, alors on va dire que la cambuse a organisé une soirée festive, un p’tit apéro rhum citron tafia ! Et on arrose bien l’Amiral et les deux roquets de sécurité qui lui collent aux basques, après y’a plus qu’à se servir, prendre les armes, et hop, à vous de jouer Commandant Enzo !»
« Ouais, du rhum, du rhum !!! »
« Pas pour toi, Gros Balèze, tu sais bien que tu tiens plus la route au bout de la première pinte ! Tu auras ton tonneau personnel pour Noël !...Et toi Enzo ? Qu’est ce que t’as demandé ? »
« Moi, commander au Père Noël, mais tu me prends pour un mioche demeuré ou quoi ! … N’empêche, ce que j’aimerais, mon rêve, ce serait qu’on se retrouve ensemble, comme une vraie famille, vous et ma maman, mes papi mamie, Marylou, Georgette, mon amour Gwen, mon papa Yannick, tous ensemble autour d’un grand feu de cheminée, un sapin décoré, et plein de cadeaux ! »
Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer