C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Toulouse : vivre sans argent c'est possible

Publié le 13 Dec 2014 à 19:05 - Mis à jour le 14 Dec 2014 à 11:40

À Toulouse, l'utopie d'un monde sans argent devient réalité. Recueil des témoignages des Toulousains qui vivent cette expérience unique en France.

« Une heure de plomberie, contre un cours de maths ? » Place du Capitole, des stands sont installés et affichent la couleur sur les talents et compétences à troquer. Les as de l'informatique, les matheux, les cuisiniers, les artisans de tous corps d'état, proposent d'échanger leurs services mais aussi des marchandises. Tout dépend de l'offre et de la demande et de l'urgence. Ce matin Cgood nous dit avoir « troqué huit heures de cours de maths de seconde contre une visite du plombier... J'ai pas trop négocié, j'avais une fuite dans ma cuisine ! »

La généralisation des systèmes d'échange

Belial nous explique le fonctionnement du système qui généralise les services d'échanges préexistants : « À Toulouse, plusieurs associations proposaient déjà des services d'échanges où l'argent n'intervenait pas. » Le système est maintenant étendu aux biens : « En bricolant un minimum, des tas d'objets du quotidien peuvent être réutilisés intelligemment ! À titre d'exemple j'ai échangé avant-hier un abat-jour fait à partir d'une passoire métallique, contre un manche à balai qui était devenu une tringle à rideaux... Et ce qu'il y a de bien avec ce système, c'est que quand on ne veut plus d'un habit, d'un objet, on trouve toujours quelqu'un qui lui trouvera un usage ! »

Une nouvelle économie de partage

Pour, Jeremy, c'est le passage à une économie de partage et d'échanges. « Les objets ultra personnels n'existent presque plus. Les objets ne s'échangent plus selon leur ancienne valeur monétaire, mais selon le besoin de l'autre personne. Par exemple, un boulanger ayant besoin d'un vélo, pourra en obtenir un en échangeant son pain avec un cycliste affamé. »

Les paysans sceptiques

Tout le monde n'est pas encore totalement convaincu pour autant. Pour Didier Bozouls, maraîcher à Deyme, aux abords de la ville rose, l'abandon de la monnaie n'allait pas de soi. « Moi au début j'étais pas convaincu de leur idée, aux Contestaires (membres du mouvement Contestacio, prononcé "Contestaïréss", ndlr). Dans les villes ça peut marcher, parce qu'au fond, une ville, c'est beaucoup de monde qui vit serré au même endroit. Donc trouver quelqu'un qui veut bien échanger ce qu'il a et que vous voulez avec ce que vous avez, c'est facile. Le type ou la typesse, vous l'avez quasiment sous la main. Dans les petits patelins si on fait pareil, avec les problèmes de déplacement qu'on a en ce moment... Pour les échanges entre producteurs on a encore besoin de monnaie à mon avis. »

C'est bien la question que tout le monde se pose aujourd'hui à Toulouse. L'utopie toulousaine est-elle généralisable ?

Wanted

0 : 00 : 00 : 00
Le modèle sans monnaie de Toulouse est-il généralisable ?

Pensez vous que le modèle toulousain d'une société sans monnaie est généralisable à l'ensemble de la France ?

Voir plus loin
0 votes - 15 December 2014 - 19h09
 3 4352 points
Généralisable, je pense que oui. Pas sûr pour autant que cela soit souhaitable. Sans monnaie ne veut pas dire sans transaction, le problème n'est donc pas réellement réglé.
Changer de point de vue
0 votes - 15 December 2014 - 19h02
 3 19138 points
A Toulouse, la vie sans monnaie est possible car nous avons réussi à comprendre la base de cette économie : ne plus ramener l'objet à sa valeur monétaire, mais à sa valeur "affective" ou "de nécessité". Tant que les français ne peuvent pas penser comme ça, il sera impossible d'étendre cette économie au pays entier.
être sans monnaie c'est possible si on resté en petite communauté
0 votes - 15 December 2014 - 11h05
0 46 points
être sans monnaie c'est possible si on resté en petite communauté mais a grandes échelle cela serai un problème. On peut pas échanger une maison contre des vêtements mais on peut limité l'impacte de l'agent en fessant du troc ou des échange de bon procédé. j'ai besoin de matériaux de construction que je trouve en rendent des service en retours. on n'st 10 à créé un lieu de vie qui nous coût pas un sous car chaque personne a sa compétence et donc peut rendre service en retours, jusque là la communauté joue le jeu mais quand on a besoin de matériaux plus important l'argent devient indispensable pour rajouté au bout, une pelleteuse je peut pas faire l'électricité chez la personne pendant 50 ans... mais commençons on y arriveras bien un jour.
un modèle transposable
0 votes - 15 December 2014 - 10h22
 3 10467 points
le modèle toulousain est transposable, oui mais une des limites est le respect de la proximité pour une grande partie des échanges de services et produits. Internet et réseaux sociaux sont fondamentaux pour élargir le maillage. attention au développement à trop grande échelle ; ce type de modèle étant basé sur la confiance, plus il y a de distance physique ou virtuelle, plus c'est complexe .
La suite des travaux à Grenoble
0 votes - 15 December 2014 - 09h43
   3 35527 points
Eric travaillait maintenant sur la transformation des multiples petites communes rurales à proximité de Grenoble. <br />Comment favoriser l'emploi et le développement autonome de ces villages?<br />Il était réaliste sur le fait qu'il faudrait y aller progressivement, que dans un premier temps le système monétaire serait encore présent, mais perdrait de son importance. Il était tombé sur plusieurs études et avait fait une petite compilation de ces travaux citoyens. Essayant de dégager les meilleures pistes. Ils essayaient de partir d'abord sur des villages de 300 habitants. <br /><br />Le but étant de brusquer personne, mais d'effectuer un passage progressif vers un système alternatif en moins de 5 ans.<br /><br />Au début, le système social prédominant sera encore celui de l’échange et de la monnaie. En mettant tout en place pour produire les biens et services dont les communes ont besoin de façon pérenne (recyclage, réparation, réutilisation, échange de savoirs, formation , dons...), il reste encore, dans le monde actuel des biens et services que nous sommes obligésd’échanger, de payer.L’argent devient une ressource complémentaire aux ressources que ces communes auront à disposition.<br />Toutes les ressources naturelles et humaines sont utilisées pour assurer une vie saine, autonome, équitable, adaptée à la nature.<br /><br />Les biens et les services, produits par les habitants sont mis à disposition pour ces mêmes habitants.<br /><br />Le collectif décide de l’utilisation du surplus.<br /><br /><br />Dans un souci de cohérence, les habitants, avant d’acheter, étudieront tous les moyens pour développer l’auto-production et/ou le partage, la récupération, la réparation, la transformation.<br /><br />Pour les achats restants, l’importance sera donnée à la possibilité de recyclage et de réutilisation, la non toxicité, l’équité dans la production et la commercialisation, l’impact écologique (production, transport...)<br /><br />Les achats de gros seront privilégiés. Ils permettent une économie de transports et des rabais sur les prix.<br /><br />La mise en place de banques de partage des objets que nous n’utilisons pas au quotidien permet une mutualisation des moyens, économise les dépenses financières et évite les pollutions inutiles.<br /><br /><br />Cette initiative de création d’une cité agricole auto-gérée permet, à un nombre substantiel de citoyens de subvenir à leurs besoins sans<br />dégrader la nature et de vivre l’abondance. Elle est aussi un modèle pouvant être dupliqué, afin de permettre une véritable richesse.<br />Un collectif de 200 à 300 individus permet assez de diversité pour mettre en place une micro-économie locale et dynamique, sans destruction de notre écosystème.<br /><br />La vie dans les petites communes, aujourd’hui, est souvent synonyme de déplacements et transports quotidiens pour accéder aux biens et aux services nécessaires, ce qui augmente l’empreinte carbone et va à l’encontre de la préservation de l’écosystème. Le collectif doit donc être suffisamment nombreux pour pouvoir éviter cet inconvénient et permettre<br />les circuits courts.Une telle structure évite la précarité et apporte<br />richesses au territoire.<br />En effet, il est possible de rendre le département pilote d’un développement rural ambitieux, viable, durable, équitable : accès à des produits locaux<br />de qualité, emprunte carbone globale négligeable, partage de savoir-faire pratique (écotourisme, formation, médiatisation), modèle de citoyenneté (solidarité, responsabilité).
Monnaie sans spéculation
0 votes - 14 December 2014 - 23h01
  3 12934 points
Pas de monnaie veut dire troc...pas d'autre choix. Si je veux "acheter" quelque chose, il faut que je l'échange contre autre chose...quoi ? Un service, un autre bien, mais que je ne peux pas forcément rendre tout de suite...comment dès lors "acter" cette dette ? Par une forme scripturale, qu'elle soit papier ou numérique. Mais dès que cette "dette" existe, il y a quelque part monnaie. En soi la monnaie n'est pas néfaste, ce qui l'est, c'est la spéculation sur la valeur de cette monnaie, qui est la contrepartie d'une dette individuelle. Sans spéculation, on peut avoir de la dette papier (=monnaie) sans risque. Et il faut une règle absolue, valable pour un individu, ou un Etat: on ne peut acheter que ce que l'on peut payer, dans un délai maximum de 30 jours..sinon on n'achète pas !
Peser le pour et le contre.
0 votes - 14 December 2014 - 22h57
2 2472 points
@Francis Escudé, membre du réseau petites Communes Pour le Changement : "L'expérience Toulousaine a eu le mérite de nous faire réfléchir sur ce à quoi sert l'argent. Le troc ne arche que si on trouve quelqu'un avec qui échanger ici et maintenant. La monnaie, c'est ce qui permet de déplacer une partie du processus d'échange dans le temps et dans l'espace. Ce faisant une société se prive volontairement d'une quantité de biens de valeur égale à la somme de monnaie en circulation. On n'a rien inventé, il faut relire Marx et Soddy. Qu'est-ce que ça nous apprend sur la possibilité de généraliser ? Qu'il faut décider au cas par cas. Dans certaines situations, les possibilités d'échange à un moment et en un lieu donné peuvent être très limitées. C'est le cas de nos campagnes notamment. L'avantage de la monnaie joue alors fortement en sa faveur. Pour peut qu'il existe des moyens efficaces de mettre en relation les personnes voulant échanger, le système peut être mis en place dans les villes. Mais il faut vraiment limiter les coûts de transaction, liés à la recherche d'un partenaire de troc. Et penser qu'une ville peut vivre en vase clos est complètement utopique, notamment en ce qui concerne les produits agricoles. Il faudrait alors conserver une monnaie réservée aux échanges avec l'extérieur. Sommes-nous assez inventifs pour surmonter ses défis ?"
Non à une société sans monnaie
0 votes - 14 December 2014 - 21h13
 3 21923 points
La réponse est évidente : NON !!! L’Histoire nous démontre que ce type de monnaie locale ne peut fonctionner qu’en ….local ! Tout simplement parce que l’être humain a besoin d’un repère pour définir la valeur, le montant de ses transactions, en ayant confiance dans le lien social. ce qui justement fait partie de la définition d’une monnaie ! Il y a eu les monnaies coquillages, les jetons et les bons de nécessité… ! Tout ça en circuit fermé, dans une zone bien délimitée, ce qui encourage l'achat de biens et de services produits localement. Ainsi, quel que soit le niveau d'activité économique, la plupart des bénéfices vont enrichir la communauté. Le dollar était autrefois adossé à l’or, ce qui permettait de jauger sa valeur, et lorsque cette référence à l’or a été abandonnée et que la création d’argent est devenue totalement virtuelle, on en a vu les conséquences financières et humaines 30 ans après dans « la vraie vie », surtout depuis 2008. <br />
Pas pour le moment !
0 votes - 14 December 2014 - 18h47
3 21754 points
Sortir d'un système monétaire pour une Nation n'est pas une solution, certes une communauté peut vivre ainsi et une ville également mais pour cette dernière, cela ne peut se faire que sur le court terme. Il faut se le dire? Avec quoi la société EDF (pour la centrale nucléaire de Golfech) va t'elle acquérir de l'uranium pour la distribution électrique de Toulouse? 100 Vaches ? 1 tonne de Bris? Ou bien encore 2000 unités du Broyé du Poitou? Sérieusement, aujourd'hui, on a besoin d'échanger des biens et des compétences avec les autres territoires d'un pays ou d'une autre Nations afin d'évoluer ensemble, et ce, avec un même moyen universel afin de permettre à de nombreux hommes et femmes des Créations Novatrices (Innovations) dans tous les domaines de la société (Culture, High-Tech, etc...). De plus, le peuple dans sa globalité n'est pas prêt à quitter le système monétaire, nos consciences ne sont pas assez élevé (ce n'est pas négatif mais on nous dit bien que nous n'utilisons que 10% de nos capacités mentales, attendons de voir quand on aura atteint un autre stade de notre évolution) et évitons les changements trop brutaux pour tous les citoyens. Mais une chose est réelle, on doit redonner à la monnaie sa vraie valeur symbolique, il faut qu'elle redevienne ce simple moyen d'échange permettant de pérenniser la stabilité des activités de la Nation et également de créer du lien social et arrêter de l'utiliser dans un but purement égoïste d'acquisition ou de contrôle.
Star Trek
1 votes - 14 December 2014 - 18h30
2 1410 points
Pour citer le Capitaine Luc Picard dans Star Trek Générations, il explique (lors d'un voyage temporel) que l'humanité a choisi de supprimer l'argent après une crise, pour permettre à l'humain d'être au centre des rapports sociaux. Les humains sont alors au travail et au service de l'humanité toute entière et non-tourné vers l'intérêt particulier. L'humain au service du bien commun. Luc Picard est il le porte parole et héritier français de cette façon de considérer l'humanité? <br /><br />Je pense donc que oui, le modèle toulousain d'une société sans monnaie est généralisable à l'ensemble de la France et même pourquoi pas à terme, du monde entier.
Non !
1 votes - 14 December 2014 - 14h31
 3 2810 points
Non ! Organiser un circuit sans monnaie peut être complémentaire, mais pas se suffire. La monnaie sert à plusieurs choses. D'abord, si je veux échanger un kg de patates contre une bouteille de vin, il faut que je trouve un mec qui vend du vin... et veut des patates ! Quand même compliqué, non ? Et puis, la monnaie me permet de dépenser plus tard ce que je gagne tout de suite. Comment troquer quelque chose contre une voiture ? Se dire "l'argent est sale" ne résout pas le problème. C'est le circuit et la répartition qui doit changer, pas le principe de la monnaie.
Eric Pioche et Grenoble
1 votes - 14 December 2014 - 14h27
   3 35527 points
"Je pense qu'une société sans monnaie est réalisable et généralisable à l'ensemble de la France.<br />Il faudra cependant quelques années pour y arriver progressivement. <br />L'état se doit de préparer les conditions propices à ce système.<br />A Grenoble, nous prévoyons d'y parvenir petit à petit, la mairie se doit avant cela d'investir au maximum dans des infrastructures vertes, des fermes collaboratives, des logements,etc.<br />Il sera plus aisée d'installer ce système dans des petites communautés et villages, mais les grandes villes si elle structure bien le cadre, pourront aussi y arriver.<br />Dans le cadre du référendum qu'il y aura lieu ce soir à Grenoble, nous avons déjà travaillé sur de nombreuses propositions pour faire aboutir ce système.<br />Pour nous, il faut coupler les idées de société solidaire et de villes durables, capable de produire ce qu'elle a besoin sans impacter l'environnement.<br />Il y a encore énormément de détails à régler, mais je vous laisse regarder quelques mesures que nous en sommes en train d'examiner.<br /><br />-Afin de bénéficier gratuitement des services d'état (écoles, hôpitaux, bibliothèques,transports,etc) et d'un logement, chaque citoyen doit participer à 6 semaines de travail pour la commune. <br />Le TSC (Travail de Solidarité Citoyenne), pourra s'effectuer par période d'une semaine minimum et être répartit selon la volonté du citoyen sur une période de 11 mois.<br />Le citoyen pourra choisir dans quel secteur il souhaite faire son TSC (agriculture, éducation, animation, services, administration,etc).<br /><br />-Les fonctionnaires d'état, bénéficieront en guise de salaire, d'une prise en charge totale d'eux mêmes et de leur famille. Nourriture, logement, accès aux services de santé et d'éducation, accès à internet. <br /><br />-Les élus recevront le même traitement que les autres fonctionnaires.<br /><br />-La ville s'engage à fournir une connexion internet et un ordinateur à chaque foyer.<br /><br />-Le temps que le système monétaire disparaisse totalement, la ville investira dans des infrastructures vertes, un centre ville sans voitures, de nouveaux logements et dans de fermes vertes moderne et autonomes. Ces fermes auront pour but de réunir des citoyens autour de l'agriculture. Les exploitants pourront bénéficier des fruits de leur travail afin de nourrir leur famille ou l'échanger selon leurs besoins.<br /><br />-Couplé à l'interdiction totale des véhicules polluant dans la ville (voitures, deux roues, poids lourds), chaque citoyen ayant atteint sa taille adulte se verra offert un vélo pour faciliter ses déplacements.<br /><br />Ces mesures sont des exemples, traitant sur le cadre de ce système et sur l'économie d'énergie. Bien sur de nombreux autres points sont à travailler.<br />Mais nous souhaitons être une ville en avance sur cette question, et travailler de concert avec Toulouse et le village Utopy."
le troc a ses limites
0 votes - 14 December 2014 - 14h03
 2 2344 points
réponse à Kevin du 18 : pour certains produits on fait comment style le papier toilette si c'est à la feuille on a pas fini... non ?
Une autre monnaie
0 votes - 14 December 2014 - 12h24
 3 30062 points
Je pense qu'il faut une monnaie, ne serait-ce que pour réguler les échanges des biens contre les services, mais que l'argent n'est pas le modèle unique. <br />L'histoire nous l'a montré<br />Il faut une référence commune, une référence d'échange,ce qu'on appelle un étalon, comme le blé, par exemple.
no money
0 votes - 14 December 2014 - 12h03
3 12716 points
Un système sans monnaie n'est utilisable qu'a petite échelle. Le troc n'est possible que si l'on a la mémoire de ce qui est dû! Tu me donne 6 poulets aujourd'hui et je t'aiderai a couper ton bois dimanche prochain...<br />Dans un petit village ou tout le monde se connaît c'est possible, dans un quartier a la rigueur, mais dans une grande ville cela risque d'être compliqué. Comment savoir si la valeur d'échange est la bonne? que vaut un boisseau de blé, un maquereau, une poule, un choux?<br /><br />C'est pour cela que les premières civilisations on inventé d'abord la comptabilité (summer) puis les monnaies basée sur des méteaux précieux (lydie, grèce) en argent et en or.<br /><br />@Justin tresor
Douce Utopie
0 votes - 14 December 2014 - 12h00
  3 2594 points
Ce modèle fonctionnera peut-être au début. S'il dure, ce sera un miracle. <br />Les inégalités resteront même sans argent ! Si vous ne possédez pas un savoir utile à autrui ou un objet dont il viendrait à avoir besoin, cela reviendra à la situation d'une personne sans argent. L'enfant d'à côté à besoin d'un cours de maths ? Quel dommage alors, vous êtes professeur de lettres et ce n'est pas vraiment votre domaine. Et que direz-vous au clochard qui traîne dans la rue et qui n'aura rien à échanger contre un service ou un objet à part sa personne ? Vous saisissez le problème ?<br />Ce système fonctionnerait peut-être dans les villages où tout le monde se connait. On sait qui à quoi, qu'il s'agisse de savoir ou d'objet et la communauté peu facilement retrouver la trace de ce dont il peut avoir besoin. Patrick cherche un grille pain ? Il n'a qu'à demander à Georges, il sait qu'il en a un. Georges ne l'a plus hélas mais il l'a échangé à Martine. Il suffira donc d'aller la retrouver. Le village étant une petite communauté, cela mettra peu de temps et si tout le monde connait tout le monde, le message peut aussi circuler vite. <br />En ville, surtout dans de grandes agglomérations, cela sera sans doute beaucoup plus complexe, sauf si on se limite au quartier mais tout le monde connait quelqu'un en dehors des frontières de son chez lui. <br />On pourrait aussi parler du fait qu'il serait facile d'arnaquer les gens plus faibles via des menaces, manipulations ou en leur mentant. "Le grille pain fonctionnait très bien je vous dis. Enfin, il y a dix ans de cela." Détail, hein ? <br /><br />Le Modèle Sans Monnaie peut aider un peu mais certainement pas ad-vitam aeternam.
Dangereux
0 votes - 14 December 2014 - 11h57
3 8613 points
A aucun moment le système sans monnaie testé à Toulouse ne pourrait être généralisé. A un moment donné, la valeur donnée à un bien ou à un service prêtera à discussion plus ou moins vive, à conflit, à victimes<br /><br />@DG6909
Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer