C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Enzo

10 ans
Homme
Ecolier
Vit à Quimper
Devise : J’vais me balader.
Bio :

Enzo bouillonne. Foot entre les voitures, combine entre potes, petits textes griffonnés sur des bouts de papier, il n'arrête jamais, et son imagination déborde. Dans sa tête, il refait le monde, celui qui peut-être un jour lui appartiendra. En attendant, il traine ses rêves dans son quartier, le Kermoysan. Futé et sensible mais turbulent et hyperactif, son manque de concentration à l'école lui vaut la détestation de son institutrice. Un traumatisme enfoui ? Une chose est sûre, il déborde de colère. Et d'amour. Avec sa mère il entretient une relation fusionnelle. Il est son protecteur, son porteur de courses quand l'ascenseur est en panne. Il est même parfois son soutien financier, car les jours ne sont pas tous faciles quand on n'a pas de carte bancaire.

15 Dec - L’Amiral au thé chaud
Publié le 15 Dec 2014 à 21:13 - Mis à jour à 21:13
 3LaRose
21923 points

« L‘Amiral ! Oh l’Amiral ! Secouez vous, c’est vot’ tour à la vigie ! »
« Hein, quoi ? Oh putain...J’en tiens une bonne moi !»
« Vous avez 5 minutes pour prendre un thé à la cambuse et dessaouler… et puis vous réchauffer pa’c que là vot’ pif on dirait un gyrophare au milieu de la figure ! »
« Oh, oh la Fouine, tu oublies à qui tu parles morbleu ? Depuis quand les matelots se permettent d’enguirlander leur Amiral de cette façon ?! »
« L’Amiral, réveillez-vous ! On en a discuté tous ensemble hier pendant des heures !!! La nouvelle charte, not’ nouvelle Constitution….Le rhum vous a cuit la cervelle nom d’un maquereau ! »
L’Amiral se secoue, et se traine en clopinant jusqu’à la cambuse.
Enzo : « Mes respects l’Amiral ! Tenez, vous êtes mon cobaye, ce matin le cuistot m’a appris comment faire des boissons chaudes à base de plantes, c’est bon pour la santé toutes ces vitamines infusées ! »
« Beuarkkk…Dis donc, moussaillon, t’aurais pas plutôt un bon vin chaud, sans cannelle hein, ça c’est pour les gonzesses »
« A propos de filles, si Marylou était avec nous, elle aurait sorti son attirail pour vous mettre un bon coup de pinceau sur la figure. Ca vous ferait pas mal pour une fois, un peu de maquillage ! »

Enzo s'emmêle dans les mots
Publié le 14 Dec 2014 à 20:25 - Mis à jour à 20:25

Racontez l'histoire d'Enzo, en poursuivant celle d'hier.
Aujourd'hui, une seule contrainte pour voir votre récit sélectionné, l'histoire d'Enzo doit inclure quatre mots : pinceau, enguirlander, thé et gyrophare. Aucun rapport entre ces mots me direz-vous, mais c'est là ou réside la contrainte...

2 contributions
Temps restant : 0 : 00 : 00 : 00

En compétition pour la suite (2)

Sur la cinquième avenue, les gars !
0 votes - 15 December 2014 - 19h48
 3 11785 points
— Amiral, Amiral ! Relevez-vous ! L’image que vous donnez n’est pas digne d’un capitaine ! Déjà qu’ils hésitent à vous confier le poste... Allez, debout Amiral !
— Hein ?!? Mais referme don’ la porte, y’a des courants d’air partout dans ma cabine.
— Mais Amiral, vous n’êtes pas dans votre lit, vous êtes dehors, allongé sur le pont comme un ivrogne !
— Ha ?... Oh, hé ! C’n’est pas une raison pour m’enguirlander moussaillon ! Je suis le capitaine de c’navire tout de même !
Un gars s’approcha :
— Ça notre capitaine !?! Tu parles ! Qu’on le transporte jusqu’à une bannette, qu’il y dessaoule avant de vouloir nous commander !
Les autres lui obéirent, et l’Amiral fut, illico, descendu au chaud.
— Aie ! Attention à mes pinceaux bande de traîtres ! J’ai le gros orteil coincé dans la rambarde !
« Raah, franchement, y ferait mieux de boire du thé... Quand tu vois les Anglais, ils se sont toujours pas trop mal débrouillés sur les mers... et tout ça en buvant du thé... comme quoi. »

Peu de temps après, ce que je craignais arriva. Les hommes n’arrivaient toujours pas à se mettre d’accord sur la personne qui pourrait les guider... sobrement.
Une nouvelle fois, ils allaient en venir aux mains...
« Bon Enzo, t’as pas le choix. Il faut que tu trouves, encore, une solution. »
Je réfléchissais... mais... Quand :
— Enzo ! Enzo ! Viens voir ! Tu deviens une vedette mondiale ! Viens voir !
« Raah, on peut jamais être tranquille cinq minutes dans c’t’histoire. »
Je me précipitai dans la timonerie.
Là, une bonne partie des hommes étaient devant l’écran d’un PC portable. C’était un cadeau laissé par les américains pour qu’on puisse rester informés des événements extérieurs.
Là, je n’en crû pas mes yeux ! L’équipage du porte-avion avait filmé toute la scène – quand j’ai désarmé le Commandant – avec une caméra infrarouge !
« On me voit, moi un enfant de dix ans, on me voit jaillir de l’écoutille ; menacer, avec de grands gestes mais sans arme, tout un équipage armés jusqu’aux dents ; et d’un coup, sans que j’ai à le répéter deux fois, tous les hommes jettent leurs fusils au sol... »
« Le Buzz ! 2 547 932 vues à l’heure où j’ai écris ces lignes ! Alors maintenant, Oh là... »
Là, je me suis senti grandir... Non, plutôt gonfler... Des chevilles surtout. Peut-êt’ dû à l’humidité, ou au froid.
J’ai interpellé l’équipage :
— Bon les gars... Vos querelles commencent sérieusement à m’gonfler. On s’croirait vraiment dans la cours de récréation d’une maternelle ! Il vous faut un chef, ça c’est sûr. Alors, moi, ce que je vous propose, c’est simple, écoutez-moi bien... Ce rafiot, l’Hermione, c’est la réplique exacte de la Goélette de Lafayette. Pour ceux qui ont un doute, c’est bien lui qui a aidé les américains à accéder à une chose qui n’a pas de prix... La liberté ! Leur liberté ! Alors, bon, j’sais pas si on aura le temps ces jours-ci mais, si vous êtes avec moi les gars, un jour, nous irons jusqu’aux Amériques avec ce rafiot ! Et là, nous serons tous accueillis comme des héros ! Oui, vous aussi vous serez considéré comme tel ! Et on défilera sur la cinquième avenue de New-York, acclamés par une foule en délire ! On sera escorté par des centaines de véhicules de police ! Avec les gyrophares et les sirènes ! Alors ?! Vous êtes avec moi !?!
— OUI MON CAPITAINE !!! » Cria d’une même voix tout l’équipage.
La Mignonne Hermione
0 votes - 15 December 2014 - 19h29
  3 12934 points
Je l'ai réveillé doucement, il s'est relevé en râlant, et pour marcher...oh pétard, comme dirait ma grand-mère: il avait les pinceaux en arc de cercle, marchait comme un manchot, il devait avoir sous le casque des lumières d'un gyrophare...Mais il a par miracle retrouvé le chemin de la bouteille de rhum arrangé...Je lui ai tendu une tasse de thé vert, Mémé elle dit que c'est radical contre le mal de crâne. Là, je me suis fait enguirlandé comme jamais !!!"Tonnerre de Brest, pas de ça moussaillon !" et il a jeté la tasse par-dessus bord. Mais, ça l'a calmé et il s'est tourné vers l'équipage, mut qui le regardait. "Ben quoi ! vous avez jamais vu un amiral en quête de sens ? Allez, en route, voiles babord toutes, direction la terre ferme ! Souquez moussaillons !" Et l'Hermione gonfla ses voiles et prit le large.
Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer