C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Ses personnages (7)

Eric Pioche
Pour une société solidaire et des villes durables.
Alain Frost
La beauté justifie tout le reste
Al
Mort aux fachos
Jane C
Discrétion,Précision,Efficacité
Lilou
Donner sans compter, ta vie n'en sera que plus belle!
Xavier
L'avenir par la science
Juan
"Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde" Gandhi

Ses participations (927 publiées - 11 gagnantes)

[Meta Gaming mais on s'en tape]

le 18 Dec 2014 à 23:52
Marty Chaud a interagi avec moi :
Voilà, ça se termine, j'ai déjà envoyé mes remerciements à la rédac, maintenant je m'adresse aux autres auteurs. J'ai choisi de le faire sur le profil de Marty parce que c'est celui sur lequel vous avez le plus de chances de repasser...Je remercie donc tous les auteurs qui ont pu coopérer avec moi, et donc particulièrement : The Peacemaker pour @Juan , Ndish pour La Crête, @Isis , James et Utopy, heyMamzelleBook pour @Ellie même si ce fut plus tardif, Eric Sawal pour @Eric Sawal (ça ne s'invente pas), kate pour @Zenone , manudrudru pour @Conseiller Bac Plus 15 et @le Petit Nicolas , Gally pour @Guy et ashra pour @DELAQUAIRE Paul . Je remercie aussi les gens qui ont lu mes textes, comme par exemple log4rithme et Fleursdeschamps. Bon courage aussi à LaRose pour les dernières minutes contre Willy pour la quatrième place. J'espère que je n'ai oublié personne, dans le cas contraire j'en suis vraiment désolé... Sur ce je vous laisse, je dois regarder France 4 pour savoir comment Marty Chaud va en finir ! (sûrement pas par un clic ;) )

Pas une fin mais juste le début d'une autre histoire...

le 18 Dec 2014 à 23:32
Ellie a interagi avec moi :
Cette après-midi je passais voir @Juan  et ses plantations. Il passait sa vie là-bas désormais, dans ses serres, le nez plongé au dessus des massifs. Il était quand même trop mimi, le joint à la bouche, les mains terreuses et le bandeau en chanvre que je lui avait fait sur son oeil. Je restais à quelques pas de lui à l’observer, il ne m’avait pas vu et pourtant je prenais autant de place qu’un semi-remorque. Ma grossesse me pesait et j’en avais trop marre. Et dire qu’un an s’était écoulé depuis nos aventures. On en avait vécu des choses. On s’était battu comme des lions. Je regardais Juan et je repensais à tout ce que nous avions fait. Ma première pensée fut pour notre ami La Crête. Saletés d’hormones, j’avais déjà les larmes aux yeux. On lui avait fait un bel hommage avec cette statue au centre de la cité. Il aurait aimé ce que nous avions accompli. Mon coeur se serra et je revins à la réalité. Juan m’observait et je savais qu’il se doutait à qui je pensais. Dans mon dos des petits cris me firent sourire. @Isis  arrivait avec Philie la chipie. Me voyant larmes aux yeux elle s’approcha et m’interrogea du regard. Juan nous avait rejoint. Il m’embrassa le ventre et prit Philie dans ses bras. Je jette un regard à la statue derrière moi et Isis comprit. Nos fêtions les un an d’Utopie mais nous célébrions aussi la disparition de notre ami. Juan me caressa le ventre et me ramena à ma grosse bedaine. Mes larmes disparurent laissant place aux flammes de l’enfer dans mes yeux. Je lui jeta un regard noir auquel il répondit en souriant. - Marre toi bien mais c’est ta faute tout ça, ralais-je en montrant mon énorme ventre. Je suis grosse, moche et j’arrive à peine à bouger ! Et c’est bel et bien toi le seul responsable… tu vas payer cher pour ça !Isis qui venait d’accoucher ne put qu’acquiescer. Juan l’implorait du regard.- Ah nan chéri, tu gère avec elle. Et puis je ne t’ai pas encore tout à fait pardonné moi non plus pour ces 9 mois de galère ! fit-elle en riant.- Merci du soutien, répondit-il. Il leva Philie en l’air et ajouta : Heureusement t’es la toi pour ton papa…Quelqu’un arriva derrière nous et ce que je vis en me retournant n’arrangea guère mon humeur : le père d’Isis.- Ah v’là l’heureux grand-père, raillais-je en levant les yeux au ciel. Ce type me laissait et c’était réciproque.Il regarda Isis d’un air résigné et répliqua :- Ah v’là la bombe hormonale à retardement !Je m’apprêtais à le mordre quand Juan lui colla Philie dans les bras pour faire diversion et ainsi éviter une explosion immédiate de ma fureur.Isis riait et murmura : -C’est bientôt fini ma belle et flinguer tout le monde à tout va ne fera pas accélérer les choses.Son regard tendre eu raison de ma colère. Elle réussit à m’apaiser. Juan réapparu une fleur à la main qu’il me tendit. Retour des hormones version saule pleureur, ma grossesse me faisait virer fleur bleue. Il voulait me détendre, ce soir il devait partir pour bordeaux avec son label. Il ne voulait pas me quitter en colère. Il était parfait.- Tu devrais te reposer un peu, la cité tourne, les autres avancent bien. Reste un peu au calme s’il te plait.Il avait raison. Tout allait bien désormais. Notre rêve avait pris forme. Nous avions fondé notre famille… atypique comme toute notre histoire d’ailleurs. Utopie vivait et nous, nous étions heureux. J’aimais plus que tous Isis et Juan, Philie était un amour pour qui je pourrais donner ma vie et une petite Eve allait combler notre bonheur. En ce qui me concernait, le combat était gagné.

Utopya Museum

le 18 Dec 2014 à 23:12
Alain avait rapatrié toute sa collection d'oeuvre d'arts à Utopy.
Il s'offrait une nouvelle jeunesse!

Cocktails et marijuana, Alain avait pu construire un véritable musée. On venait du monde entier pour admirer ce que le vieil homme avait mis des décennies à glaner et à acquérir.

En échange d'une visite, il acceptait toute sorte de choses. Il n'était pas compliqué, et bien souvent, on lui faisait même cadeaux d'oeuvre artisanales. 
Alain avait donc ouvert une seconde aile dans le musée, et cela la ravissait.

Il donnait la moitié de ce qu'il recevait à la communauté, en guise de remerciement pour lui avoir prêté ce terrain et aider à construire ce gigantesque musée de bois.

Alain avait arrêter de voler des objets d'art, il coulait désormais des jours tranquilles à Utopy, et s'était même mis à peindre.

Après tant d'années, il s'essayait lui même à l'art.
Et en grand connaisseur, il était pointilleux, exigeant et travailleur.

Ses premiers résultats étaient prometteur, Juan lui en avait déjà pris contre une cargaison d'herbe.

Y'a pas à dire, à Utopy, on est biiiiiiiiiiiiien. Allez viiiiiiiiiiiens! 

@Ellie @Guy @Isis @Erick Foax @Eric Sawal 

1 ans après pour Adria Helios

le 18 Dec 2014 à 22:53
Adria Helios a interagi avec moi :
Il y a un an de cela, j'ai assisté impuissante aux événements qui ont frappé nos Cités, nos Campagnes, nos Iles. Nous devions simplement sortir de la Zone Euro et attendre tranquillement la nouvelle monnaie qui n'est jamais venue à nous. La crise s'est amplifiée et par égoïsme, les individus ont fait preuve de violence les uns envers les autres alors que des solutions existaient, beaucoup de localité en France ont maintenu un climat de paix et de solidarité extrême et ont même demandé de l'aide auprès de partenaires étrangers, comme c'est le cas du Canada envers le Poitou-Charentes. Nous pensions être seuls alors que c'était faux, de nombreux pays soutenaient notre cause mais nous n'avons pas voulu écouter. Et vînt le despote, qui pensait régler la situation de cette France qui se divisait de plus en plus, en marchant sur chacun des individus qui s'opposait à ses idées. J'étais à Poitiers ce jours là et j'ai vu les troupes du Capitaine Valois entrer dans le Centre Ville, j'ai vu la panique des passants qui couraient dans tous les sens pour éviter les balles et moi, j'ai couru pour continuer à vivre. Puis quand le calme est revenu, je suis retournée dans la Rue où des corps jonchaient le sol et où le sang se rependait dans les caniveaux, j'ai fais de mon mieux pour soigner ceux qui pouvaient encore l'être mais quand cet enfant de 7 ans est mort dans mes bras, le symbole de la pureté et de l'innocence avait été sali, j'ai compris que je devais canaliser la colère en moi pour me donner de l'énergie à accomplir une mission, celle de faire changer les choses. Poitiers a été libérée comme Châtellerault et Limoges par les troupes du Colonel du Peyroux et je suis heureuse que des personnes des Forces Armées qui défendaient les valeurs Humaines étaient là pour nous sauver. 2000 Personnes sont mortes dans notre région et encore plus dans la France entière, je ne pouvais acceptée cela. Dès que les Eveillés ont mis en place le Forum Social à l’Élysée, je me suis sentie prête à jouer mon rôle avec les compétences dont je disposais et j'ai rejoint la Capitale, des individus ont osé me qualifier d'arriviste alors que je ne faisais que mon devoir de Citoyenne Française. Puis, les événements se sont succédé et on m'a demandé de tenir provisoirement le Ministère de l’Éducation jusqu'à la prochaine élection légitime. En tant que Professeures des Écoles qui subissait la vétusté de cette Institution je devais agir à la hauteur de mes moyens et j'ai acceptée afin de lui redonner son véritable rôle qui n'est pas seulement de transmettre des connaissances ou de socialiser les enfants, comme beaucoup le pense encore, mais de transformer un être immature en personne autonome, responsable et épanouie, capable de bien vivre avec les autres, conformément à son désir et des valeurs Humaines. Le défaut de l'ancien système scolaire était qu'il mettait au centre le savoir et non l'être humain. Il donnait la priorité à ce qui est secondaire, le savoir du maître à transmettre avec son objectivité et sa rigueur, et il négligeait l'essentiel, le désir de s'améliorer de l'élève, avec toute sa subjectivité, sa singularité, sa personnalité. Les grands pédagogues le disent depuis Rousseau : Pestalozzi, Montessori, Freinet, Steiner, Tous savaient qu'il fallait mettre le désir d'évoluer de l'enfant au cœur du processus éducatif et c'est cette mission que j'accomplissais car pour moi, nos enfants sont et seront toujours les véritables bâtisseurs de cette nouvelle société que l'on souhaite tous, c'est à nous de leur transmettre les clés pour bâtir le véritable avenir de la France. Quand le Gouvernement a été élu, je suis retournée m'occuper de mes élèves de l'école de Marçay car j'avais réalisé mon devoir, celui de mettre les bases des futures décisions des Ministres de l’Éducation. Depuis ce temps qui me semble si proche et si éloigné à la fois, je mets mes compétences aux services des futurs fonctionnaires de l’Éducation en leur enseignant les nouvelles pratiques pour faire évoluer nos enfants dans l'Amour de l’École et donc de l'Avenir de la Société. A tous ! Rien n'est terminé, tout est à faire et merci à tous d'avoir été les prémices de ce Changement." Adria Helios @Monique @Thomas  @Dr Lavigne Mathieu @Charles Vennec @José Manu Borraso @Obama @Liza Brody @Guy @Alexandra Lagneaux @Lisa Hoffmann @Sandrine @justin tresor @Dominik devilepin @Eric Sawal @Erick Foax @Marilou @Jean-Louis Le Braz @Lilou @Ada Erasom @Maurice Upian @Le Prophète @Aziz @ALAD @La source @Kévin @Martin Rochteau @Walter @Père Mounier @achille @Jean-Marc Ayrault @Devi Sweetie  @général crelcel @Chancellerie @Maréchal Ferbert @Général there @Montpellier @Robin des Bois @Francis Escudé @Michel Henry  

Le Faiseur de Paix

le 18 Dec 2014 à 22:39
Depuis le haut du phare, je regardais plus loin la cité d'Utopy.

Un an plus tard tout était encore debout, et tout fonctionnait à merveille. 
Nous avions gagné notre combat pour la liberté!

J'aimais venir ici pour réfléchir et admirer tout notre travail. 
Le symbole du phare était quelque chose qui me touchait.

Protecteur, il veille et guide, sa lumière éclaire ceux qui se sont égarés, il résiste aux colères des flots.
Au fond de moi j'espérais qu'Utopy soit cette ce phare. 
Cependant dans toute la France d'autres lumières venaient briller. Les consciences avaient changé et j'espérais que notre pays aille encore de l'avant.

Le soleil allait bientôt se coucher, il fallait que je rentre, ce soir tout le label Utobeat jouait à Bordeaux.

Je tenais à passer voir @Ellie , @Isis et Phillie avant de partir.
Sur le chemin, je passais devant les serres, et aperçut du coin de l'oeil la première fleur d'Ellis. 
Sous sa cloche, cette beauté jaune et noire m'avait valu six mois de travail, mais le résultat valait le coup.
Je croisais en premier Ellie, qui peinait à soulever des bûches de bois pour le feu.
Sans lui laisser le choix, je la débarrassai de ce fardeau.

-Ellie, tu devrais te poser, t'es ronde comme un ballon.

-Rha tais toi! dit elle mi énervée, mi amusée. Je tourne en rond là! C'est quand qu'elle sort!

J'attrapai la main de ma belle et l'attirait vers moi.

-Tu sais que râler ne sert à rien! 

Je l'embrassais sur le front.

-Reposes toi chérie, ou c'est moi qui t'attaches, dis-je.

Ellie arrivait à terme, j'allais être papa pour la seconde fois, incroyable.
Moi qui ne voulait pas d'enfants, je viens d'en avoir un et le deuxième arrivait.
Quand Isis m'avait annoncé qu'elle était enceinte, j'étais d'abord resté con, pas prêt du tout. 
Et au final je m'étais étonné tout seul, et avais pris la nouvelle avec chaleur et philosophie.
Quand quelques mois plus tard, Ellie m'annonçait qu'elle à son tour attendait un enfant, je cru d'abord à une blague.
La crise d'hystérie qui avait alors suivie m'avait indiqué que non, ce n'était pas une blague et que mes deux muses allaient toutes les deux être mamans, et moi doublement papa. 

J'avais reçu pendant plusieurs mois un déchaînement d'hormones en pleine face. Il était même arrivé que les filles se montent le bourrichon entres elles pour finir par se retourner toutes les deux contre moi! 

Quel bordel!

Mais c'était joyeux, c'était vivant. @Amandine et Stella étaient restées à Utopy, @Erick Foax passait régulièrement, même @Eric Sawal était venu nous voir une fois.

Tous les jours je fumais un joint devant la statue de La Crête, j'avais pas toujours approuvé les méthodes de mon barjo adoré. 
Mais cet homme nous avait montré qu'un chemin vers la liberté était possible. 
Je portais sa mémoire sur moi, l'absence de mon oeil droit me rappelait chaque jour ce moment funeste, où notre ami nous avait quitté.

Je m'étais quant à moi habitué de la perte de l'un de mes deux yeux, je n'avais de toute façon pas vraiment eu le choix. Ellie m'avait confectionné un chouette bandeau en chanvre, je trouvais ça plus sympa que le cache oeil, puis je ne voulais pas faire peur à ma fille.

J'avais hérité de la Ferme Verte de grand père dans le Vercors, c'était plus ou moins devenu une annexe d'Utopy et ça me rendait fier de savoir qu'un tel lieu existait aussi dans mes montagnes. 
JeanSé s'en occupait à la perfection et il y avait déjà une quarantaine de personnes sur le site.

Après avoir convaincu Ellie de se poser et de se calmer un peu, Isis arriva avec Phillie dans les bras. 
J'embrassais mes princesses mais fus obligé de partir rapidement, les zikos m'attendaient.
Ce soir on allait enflammer Bordeaux, c'était la deuxième date qu'on faisait là bas mais on savait qu'on serait bien accueillis. Le label marchait bien, j'avais repéré des perles, mais également des artistes extraordinaires étaient venus à Utopy d'eux-mêmes. 
On laissait les gens donner ce qu'ils voulaient pendant le concert, mais beaucoup avaient bon coeur, nous étions obligés parfois d'organiser des convois pour ramener au village les dons des spectateurs.

J'avais enfin l'impression d'être à ma juste place. 
Je vivais exactement comme je voulais, sans faire de mal à personne. 

J'avais la mer, ma drôle de famille, mes plantes et la musique.

Mais surtout, j'étais libre, libre comme l'air et heureux. 

C'est en repensant à tous ceux qui m'avaient accompagnés et qui avait partagé avec moi ces folles aventures que j'arrivais au van.

Utopy était debout, c'était notre victoire!

Guy un an après

le 18 Dec 2014 à 22:29
Guy a interagi avec moi :
FlashbackGuy venait de finaliser la liste du gouvernement provisoire. Ca lui avait pris la nuit entre les coups de fils, les tirages au sort , les mails, les demande de changement, il était à bout. Au petit matin, la liste finie était prête pour la conférence de presse. Juste avant il appela Amandine, pour ses 18 ans. C'était son anniversaire et Guy ne l'aurait certainement pas oublié. Amandine, il l'aimait comme une petite soeur, il était heureux pour elle et Stella, surtout car elles disaient qu'elles se sentaient bien à Utopy dans leur dispensaire. Il se dirigea vers la presse et donna les noms de ceux qui allaient incarnés en tant que citoyens le gouvernement provisoire. Il ne prit aucun poste, trop heureux de pouvoir donner à tous ces citoyens la possibilité d'influer même de façon temporaire la direction d'un pays en reconstruction. Le texte de 6eme République restait à valider sur son bureau, il le laissait bien en évidence, Sawal passerait sûrement par son bureau ce matin. Tout était près. Guy pouvait partir la conscience tranquille. En sortant de l'Elysée, sans dire au revoir à personne, comme on quitte la scène, il respira enfin. Le temps était ensoleillé, il faisait bon malgré le mois de décembre. Son téléphone sonna, c'était Jean Légal. le procès de jérémie avait eu lieu ce matin et les coupables seraient arrêtés, un mandat d'arrêt international avait été lancé contre Cabestany et Ségo, tous en fuite. Guy ne put rien dire d'autre que "merci", il était dévasté par le soulagement. Il avait vécu avec ce poid trop longtemps, si la justice n'avait pas tranché, il aurait pu sombrer dans la folie et la tristesse de son deuil. Le deuil d'un premier amour jamais réalisé. Machinalement, sans savoir où il allait, il marcha des heures dans Paris, et se retrouva brusquement devant la fresque des Eveillés, celle peinte par cette artiste un peu borderline et drôle. On y voyait les Eveillé-e-s dans les camps, ceux qui étaient décédés au combat, et ceux qui étaient là depuis le début , Victor et Camille, Lilou avec son hôpital, des journalistes de FranceIndé, Sawal à la sécurité et Amandine avec ses paniers. Au bout de la fresque, il y avait un jeune homme avec des lunettes qui brandissait des textes qui sortaient des imprimantes, reliées à des dizaines d'ordinateurs  même le sol. C'était Guy et son manifeste des Eveillé-e-s... Comme le temps avait passé, Guy eut du mal à se reconnaître. il avait tellement changé. Jérémie lui manquait horriblement. Il se souvint que dans un vieux restaurant kébab pourri, Jérémie et lui avaient refait le monde avec Marianne Guérin et d'autres, le soir de la sortie de l'euro, avant de rejoindre les camps des Indignés. Les Eveillé-e-s étaient nés de leurs rencontre et de leurs combats. Guy regardait le visage de Jérémie peint sur cette immense fresque. "c'est fini, dit-il. J'ai fait ce que j'ai pu pour la sixième rép, j'ai donné tout ce que j'avais pour qu'on te rende justice et que les coupables soient punis. Jérémie, il est temps que je reprenne ma vie, même si sans toi, elle me semble vide". Guy embrassa le visage de son premier amour, les lèvres peintes étaient glacées... c'était son premier baiser. jamais avant il n'avait pu prendre la main de l'homme qu'il aimait, jamais il n'avait pu lui avoué son amour, et pourtant... c'est avec Jérémie qu'il avait compris qu'on ne pas se battre sans idéaux, que l'amour n'est pas forcément avec la personne que l'on croit. Guy déposa ses lunettes devant le Manifeste, il ne voulait plus rien voir. Et partit en silence dans la nuit de Paris._________________________________________________________________________1 an plus tard_______________ En Inde, Guy vivait retiré dans un ashram, il méditait avec une communauté de personnes qui avaient fait voeux de silence. parfois il voyageait pour donner des cours de communication non-violente. il était devenu ami avec le Dalaï lama, dont il appréciait la tempérance, et espérait qu'un jour il pourrait se relever de son deuil. Il envoyait à Amandine et à des organisations caritatives pour les enfants ses salaires reçus pour ses conférences. Guy a eu 24 ans cette année.@Matt @Victor @Isis @Gilles Froid @Eric Sawal @Erick Foax @Lilou 

Bientôt à Nantes?

le 18 Dec 2014 à 21:18
Jean-Marc Ayrault a interagi avec moi :
Chère @Lilou 

Ravi d'avoir de vos nouvelles, et de savoir que vous vous dévouez toujours pour les causes humanitaires. Nos soirées rue de vaugirard restent pour moi un des meilleurs souvenirs d'une époque troublée, mais intense.

Menez bien votre vie, et quand vous passez à Nantes, n'oubliez pas de me faire signe: Il y aura toujours du chouchen arrangé au frais pour vous!

Votre ami: Jean-Marc Ayrault

Remerciement

le 18 Dec 2014 à 21:07
François a interagi avec moi :
Hors scénario complet mais sincère.
Merci à ceux qui ont rendu possible les 8 semaines d’interaction, Manudrudru avec @Jesus routier et ses autres personnages pour avoir pris Aziz en route.
Log4rithme pour m'avoir permit de finir l'aventure en beauté avec François et @Ada Erasom (et grâce à qui j'ai eu une suite séléctionnée pour Jacques et son Loic).
Peacemaker pour son @Al totalement tripant.
Les autres que j'oublie et les gens qui avaient des personnages intéressants que j'aurai pu exploiter si on avait eu 8 semaines de plus.

Et merci à France 4 pour la possibilité de s'amuser un peu :)


On the road again...

le 18 Dec 2014 à 20:58
Jean-Marc Ayrault a interagi avec moi :
Chère @Mia 

Merci de votre charmant message.

Comme vous le savez j'ai pris la route avec mon camping car, pour promouvoir le moteur à eau, une invention française, bien nécessaire pour redonner de la vigueur à notre belle industrie...

Je le fais par devoir (à mon age on ne se refait pas) mais j'avoue regretter ces chaudes soirées avec vous, @Pépette , @Monique , @Diva , @Ellie , @Lola Fritz @Marilou @Amandine @Laura @Charlotte @Alexia @Lilou @Nicole @Georgette @Capucine Cher @cleo @salomé  et quelques autres, à refaire le monde dans mon camping car garé rue de vaugirard, en buvant des Chouchen Libre...

Portez vous bien, et si vous passez par Nantes, passez à la maison!

Votre ami: Jean-Marc

Outside Xavier

le 18 Dec 2014 à 19:56
Après son passage au Ministère de l'Ecologie, Xavier s'est ensuite rendu sur Grenoble et y a déménagé sa start up. C'est son entreprise qui entreprend tous les travaux pour faire de Grenoble la ville la plus verte d'Europe. Afin de ne pas profiter d'un monopole du marché, le pôle production et industrie de l'entreprise est devenue publique, en accord avec le maire Eric Pioche. Seul le pôle recherche est resté privé. Il a enfin pu inaugurer son premier chantier d'éco quartiers, alimenté en électricité grâce à la pression des pas des piétons sur le sol. Xavier et Eric Pioche sont devenus de bons amis, ils ont tous les deux la volonté commune de faire de Grenoble la première métropole durable et autonome en énergie du continent. Xavier est toujours avec sa femme Lana, cette dernière attends des jumeaux.

L'avenir sera vert et durable

le 18 Dec 2014 à 19:54
Après son passage au Ministère de l'Ecologie, Xavier s'est ensuite rendu sur Grenoble et y a déménagé sa start up. C'est son entreprise qui entreprend tous les travaux pour faire de Grenoble la ville la plus verte d'Europe. Afin de ne pas profiter d'un monopole du marché, le pôle production et industrie de l'entreprise est devenue publique, en accord avec le maire Eric Pioche. Seul le pôle recherche est resté privé. Il a enfin pu inaugurer son premier chantier d'éco quartiers, alimenté en électricité grâce à la pression des pas des piétons sur le sol. Xavier et Eric Pioche sont devenus de bons amis, ils ont tous les deux la volonté commune de faire de Grenoble la première métropole durable et autonome en énergie du continent. Xavier est toujours avec sa femme Lana, cette dernière attends des jumeaux.

1 an plus tard pour France BN

le 18 Dec 2014 à 19:35
France BN a interagi avec moi :
Bonsoir à tous nos abonnés, Cela fait maintenant 1 an que la société Française s'est relevée de la terrible tragédie qui a touché notre nation. Rappelons-nous de ces événements qui nous ont traumatisé. Mais nous tous, journalistes qui été au temps jadis concurrents, nous avons décidé de nous unir afin de diffuser la vérité et défendre les valeurs de notre métier. Suivre chacune des actualités n'a pas été chose facile, nous avons été les cibles de terroristes, nous avons infiltré des groupes dangereux, nous avons mis nos vie en jeu et pour tout ça, je voulais personnellement remercier nos journalistes sur le terrain qui ont continué a faire leur devoir, Merci à Stéphanie Ditrot, Candice Arnaux, Bastien Marceau, Jack Mcintayer et Nathan Bayle. Merci également à toute l'équipe technique et mon collaborateur Djahed Fakitou pour le travail extraordinaire qu'ils ont effectué durant cette période sombre. Merci à nos partenaires @FranceIndé , Anarchy.fr, @Occitania Info , @justin tresor@Liza Brody ou bien encore @Michel Henry  avec qui on l'espère, nous continuerons à partager et qui ont joué un rôle important pour nous. Aujourd'hui et grâce à votre fidélité, le nombre de nos abonnés a atteint la barre symbolique des 200 000 personnes, a vrai dire, nous n'avions pas franchement imaginé un tel succès lors du lancement du site d'informations @France BN en 2001 (et de notre application, en 2008). Sept ans plus tard, et après six années bénéficiaires qui viennent consolider notre indépendance, France BN est devenu le journal numérique d'un large lectorat, motivé, investi, qui n'a de cesse de débattre dans les fils de commentaires ou d'enrichir par ses contributions dans Le Club les contenus éditoriaux.  Grâce à vous, France BreakingNews parvient à s'imposer comme l'un des rares médias totalement indépendants (il est contrôlé par ses fondateurs et son équipe), dans un paysage médiatique français en pleine construction mais où quelques oligarques et industriels essayent toujours de faire main basse sur la presse écrite quotidienne. Le pluralisme de l'information, le journalisme d'enquête, l'écriture multimédias, la vidéo, les réseaux sociaux et le dialogue permanent avec nos abonnés : Nous avons pu faire vivre ces enjeux d'une nouvelle information à l'heure de la révolution numérique. Merci à tous, et nous vous le promettons, nous continuerons dans ce chemin. Vanessa Tiroup, Directrice de la Rédaction de @France BN Abonnés : @Monique@Baratribord @Dr Lavigne Mathieu @Charles Vennec @José Manu Borraso @Obama @Charlito @Guy @Lisa Hoffmann @General Alcatraz  @Dominik devilepin @Eric Sawal @Erick Foax @Marilou @Ada Erasom @Maurice Upian @Le Prophète @Lilou @EveillésManifeste @Hervé Le Bras @Aziz @ALAD @La source @Kévin @Martin Rochteau @Walter @achille @Jean-Marc Ayrault @Devi Sweetie  @Martine Aubry 

Metamorphosis

le 18 Dec 2014 à 19:12
-Allez chérie fais pas la gueule! Souris un peu, dit @Eric .

-Tu vois bien que je suis pas rassurée, râla Jane. Puis cette robe est vraiment pas confortable!

-Je me ferais un plaisir de te l'enlever juste après, chuchota-t-il.

Jane pouffa de rire et mis un petit coup de coude à Eric. Qu'est ce qu'il était idiot! Et elle l'aimait principalement pour ça...

-Hum hum, dit une voix proche d'eux. On peut y aller?

Jane et Eric se tournèrent à l'unisson vers l'homme, bien conscient que toute l'assemblée les regardait faire les pitres.
Rouge de honte, Jane baissa son voila et tenta de se faire toute petite.

-Bien, dit le prêtre. Les futurs mariés sont enfin prêts, nous allons pouvoir commencer!

Libre

le 18 Dec 2014 à 18:57
-Hé Nour! Tu te ramènes? Le concert est dans quelques heures et on est à la bourre!

Je me retournai, et fit signe à Juan que je le rejoignais rapidement. Ce soir tout le label "UtoBeat" se produisait à Bordeaux et je devais clôturer le spectacle avec un set de 3 heures.

Je me trouvais sur une plage de Lacanau, pas très loin d'UTOPY, avec cette fameuse bouteille.
On approchait de la première année anniversaire de la création du village, et quelqu'un avait donné l'idée que chaque habitant célèbre cela en envoyant une bouteille à la mer, porteuse d'un message d'espoir et de paix.

Avant d'envoyer cette lettre vers les flots, je la relus une nouvelle fois:

"Cher Abdel,

De l'eau a coulé sous les ponts depuis que tu m'as quittée. Perdre mon meilleur ami a été la pire chose qui me soit arrivée durant cette terrible galère. J'aurais voulu que tu soit là aujourd'hui, pour voir le village UTOPY.
Tu étais tellement plein de convictions et d'espoir, et moi je ne te croyais pas.
Abdel, tes rêves sont en train de se réaliser sous mes yeux, et je pense à toi tous les jours.

Au mois de février, Juan ma contacté, pour me dire qu'il avait enfin réussi à monter son label et qu'il me voulait comme artiste principale.
Au début j'avais eu du mal à le croire, toujours méfiante vis à vis de lui.
Puis je suis venue à UTOPY, et j'ai vu de mes propres yeux ce qu'est la liberté.
Je ne suis plus jamais repartie, mais depuis je me produis de partout en France, le label est très apprécié dans le milieu underground.
On ramène des vivres et de matières premières au village en échange de concerts, je trouve ça génial.
Je suis toujours seule, mais je suis amoureuse. Et bizarrement j'agis comme une greluche. C'est un ami de Juan, il s'appelle Gilles Froid et c'est quelqu'un de bien, mais va savoir pourquoi, je n'ai pas encore osé aller lui parler.

Abdel, tu avais raison, il faut se battre et croire en ses rêves. Ne pas oublier que c'est une question de choix, et que chacun peut être libre s'il le décide.

Je veux dire à la personne qui trouvera ce message, que dans les pires moments, il faut toujours garder espoir. Que c'est de périodes sombres que jaillissent les lumières les plus aveuglantes.
Vous avez le choix d'être le seul maître à bord de votre destin et d'aspirer à la vie que vous souhaitez.
Personne n'a le droit de vous dicter de quelle manière vous devez vivre, de décider de votre avenir ou encore de vous laisser mourir de faim.
Si vous vous trouvez dans un pays gouverné par la tyrannie ou par l'argent et que vous en souffrez, essayez de contacter la communauté UTOPY, en France.
Nous avons les moyens de venir vous chercher et de vous offrir l'asile.
Qui que vous soyez, vous trouverez dans cette bouteille l'air de la liberté, de la solidarité et de l'espérance.
Faites en bonne usage."

Martin, un an de responsabilités

le 18 Dec 2014 à 18:30
Martin Rochteau a interagi avec moi :
"Et voilà, ça fait déjà un an..." Je rentrais dans le Capitole, après avoir fait mon discours de commémoration de ce 30 Octobre. J'avais eu beaucoup de responsabilités pour un jeune de 24 ans. J'avais rejoint le gouvernement provisoire mis en place pour la 6ème république, étant notamment en relation avec @justin tresor et @Eric Sawal pour l'économie. Pendant 4 mois, j'ai pu défendre l'idée d'une économie sans monnaie, ce qui avait quand même intéressé pas mal de gens. Puis, grâce à l'idée de France fédérale, en mars j'avais été élu leader du Conseil dirigeant régional d'Occitanie, alors qu'Erick avait refusé le poste, préférant faire la révolution aux USA. Je me souviendrais longtemps de la tête de Laura lorsqu'elle fut au courant... J'ai gardé contact également avec @Guy, le seul avec qui je pouvais tenter des private joke de Sciences Po ! J'allais aussi quelques fois à Utopy ces derniers mois, pour voir comment allaient @Ellie et @Isis. Cette dernière me rappelait beaucoup ma soeur. Malgré son sale caractère, elle avait fini par accepter mon amitié, et il n'était pas rare de faire des soirées chouchen/foie gras avec entre autre les Foax, Lilou, pas mal de monde d'Utopy et bien sûr @Jean-Marc Ayrault ! Aujourd'hui, c'était une grande fête qui était prévue, avec notamment le groupe Tarbais de Boulevard des Airs devant une place du Cap' pleine à craquer. La petite surprise était la présence du groupe de musique d'@Al et Erick, les "Al Catraz" ! Vivement les vacances...
 

Dans son viseur (30)

Auteurs (2)
 3
21923 points 6
Anticonstitutionnellement
   3
15159 points 8
On ne peut pas tuer une idée !
Personnages (28)
C'est au pied du mur qu'on voit mieu le mur 
02
par
2 1219 points 0
L’intérêt est subjectif, le savoir est imparfait .  
01
par
0 95 points 0
Plus le mensonge est gros, plus il passe 
01
par
2 1863 points 1
Liberté, Egalité, Fraternité, ou la Mort 
01
par
 3 19138 points 4
Suis le lapin blanc 
01
par
1 150 points 0
La Bretagne Libre! 
01
par
0 77 points 0
Detruire le mal dans ses racines  
01
par
1 361 points 0
En temps de crise c'est chacun pour soi et même ton meilleur ami peut te trahir 
02
par
 3 6169 points 4
If you're going through hell - keep going. 
03
par
1 266 points 0
TOUT EST DANS LA BOITE 
01
par
2 571 points 1
Droit devant ! 
03
par
2 1284 points 5
Ordre et Progrès 
01
par
3 6562 points 3
 
06
par
3 3141 points 5
Ce qui ne me tue pas me rend plus fort 
02
par
1 293 points 0
Ose savoir! 
02
par
2 611 points 1
ÉLIMINE SANS REMRORD  
01
par
1 281 points 0
Affirmanti incumbit probatio - "La preuve incombe à celui qui allègue." 
04
par
2 794 points 2
« O argent, Dieu visible, qu'est-ce que tu ne nous ferais pas faire." 
01
par
2 631 points 1
Sans froid ni loi. 
01
par
  3 10334 points 5
Tout relativiser de peur d'être réduit à néant 
03
par
3 8613 points 3
Esse, Non Videri (Être, ne pas paraître) 
36
par
2 547 points 0
L'Humain avant tout ! 
107
par
 3 4243 points 10
Tout est une question de 1 et de 0 
02
par
1 365 points 0
Tricher, mentir, gagner 
12
par
1 286 points 0
Assister, mais pas trop. 
13
par
 1 319 points 0
Vitam impendere vero. 
01
par
0 54 points 0
Nous sommes liés de plus près à l'invisible qu'au visible.  
02
par
 3 8255 points 4
Une utopie est une réalité en puissance 
16
par
   3 15159 points 8
Suivre le Live

Le top 5 des auteurs

   3
35527 points  https://soundcloud.com/the-titoo ; t.sanchez116@gmail.com Grenoble 
Devise : Let's play! 
Devise : Let's play! 
 3
32840 points    
Devise : vive AnarchyF4! 
Devise : vive AnarchyF4! 
 3
30062 points  http://belleville-sur-cour.blogs.letelegramme.com/ saint-pierre de La Réunion 
Devise : Que sera sera 
Devise : Que sera sera 
 3
21923 points    
Devise : Anticonstitutionnellement 
Devise : Anticonstitutionnellement 
3
21754 points Will Mcintayer  Poitiers 
Devise : S'adapter est ma force 
Devise : S'adapter est ma force 
Voir tout le classement

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer