C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

David Durel

36 ans
Homme
Contractor
Vit à Paris
Devise : Faut que ça quiche
Bio : L'armée c'était cool. Les Opex, c'était super cool. Bosser pour la sécurité dans les trains, c'était déjà moins cool... et vachement moins payé. Il y a un moment dans la vie où il faut prendre son destin en main. Quand je suis tombé sur un pote avec qui j'avais fait Djibouti sur facebook et qu'il m'a parlé de son taf, faut bien dire que j'ai viré au vert. Super caisse, super baraque, six mois de boulot par an, et de l'action. D'un seul coup, j'ai senti à quel point je m'emmerdais dans la vie. Ma femme est super, ma gamine est super, mais elles méritent mieux que cette vie de cons et moi aussi. Je n'allais quand même pas passer les vingt prochaines années à me faire insulter par des wesh wesh à qui on ne pouvait même pas envoyer un pain éducatif dans la tronche. Il m'a filé les coordonnées de la formation. Il fallu trouver le financement, mais on s'est serré la ceinture, j'ai vendu mon matos de combat médiéval et je suis parti deux moins m'entraîner avec des SAS en Angleterre. Ça va bien que j'étais bon au tir, mais physiquement, j'en ai chié. 400 mètres, 50 pompes, 400 mètres, 50 pompes et on recommence encore et encore. J'ai eu un bon score aux épreuves en situation. Le type qui faisait le djihadiste doit encore se souvenir du placage qu'il a pris dans la tronche. Je suis arrivé deuxième de la promo. J'étais officiellement "agent de protection rapprochée en terrain hostile". J'ai enchaîné avec une formation de médic en Italie : poser une perf, les sutures, tout ça... Quand tout a pété, j'en étais à chercher mes premiers contrats et j'étais bien parti pour signer avec Areva. Lauriane, ma femme faisait méchamment la tronche à l'idée de se retrouver toute seule avec la gamine pendant deux mois. Quand j'ai vu le bordel avec les distributeurs, j'ai tout de suite compris. La bourgeoise qui venait de mettre sa carte gold dans le distributeur était sur le point de se faire lyncher. J'ai fait comme à l'entraînement, j'ai foncé dans le tas, filé une ou deux baffes et raccompagné la dame jusque chez elle. Elle m'a filé cent euros pour me remercier, je lui ai donné ma carte pro. Elle aura encore besoin de moi, son mari aura besoin de moi, les amis de son mari, je vais me faire des couilles en platine et dormir dans mon lit tout les soirs. Plus besoin de partir en terrain hostile, parce que Paris pour moi en ce moment, c'est Disneyland.
Par
 3
7890 points 5
191 associés

Son histoire a lui

demain
0 votes - le 14 Dec 2014 à 19:15

justin tresor a interagi avec moi :
que sera demain?  On ne pourra répondre a cette question que lorsqu'on y sera. Les futurologues se sont toujours trompés quelque soit la durée de leurs prévisions. Je ne vais donc pas m'aventurer a y répondre. Mais ayant vécu le pire, nous pouvons maintenant attendre le meilleur. Et pour avoir ce meilleur il va falloir se retrousser les manches et aller au charbon. La journée de demain sera probablement longue et difficile pour beaucoup d'entre nous. Je vous souhaite une bonne nuit et  vous dit a demain.Justin Tresor.@Youri Gagarine @Costard rose @Celia Perez @Chouquette @FranceIndé @France BN @Baratribord @Antoll MA @Kayla aka Midas @Justine Abdaloff @Liv @Monique @Eric @Loulou @Natalie @Marilou @Capucine Cher @Jean Boitro @Loulou @Thomas Carcet @Eric Sawal @Jeff Carlan @Tom GIRARD @ Jimmy Nulti @Idris Stringerbehl @Deadlock @Papa Klaus @David Durel @Auguste @ REGIS DU MOULIN @Baptiste @DR HOUSE @Al @Thérèse @Christophe Flavier 

Emprisonnés à l'Elysée
0 votes - le 03 Dec 2014 à 23:20

Conseiller bac+15 a interagi avec moi :
ça y est, nous sommes emprisonnés,  enfin officiellement "sous sécurité". Tu parles...Leur leader, un certain Eric Sawal, a l'air complètement fou et surtout il ne semble pas maîtriser ses troupes...Je compose sur une ligne sécurisée les numéros de @Jane C et de @David Durel deux spécialistes des actions spéciales, pour voir comment nous sortir de cette situation. Larcher est complètement stone, c'est vraiment la vacance du pouvoir...

ça urge !
0 votes - le 02 Dec 2014 à 21:53

Conseiller bac+15 a interagi avec moi :
On est envahis ! Je me doutais que l'Elysée serait l'objet de la vindicte populaire, tôt ou tard...J'appelle @David Durel pour qu'il nous aide au plus vite sur comment gérer la situation. Mais faut faire vite, on a déjà vidé les principales pièces du 1er, mais on tiendra pas longtemps.

0 votes - le 22 Nov 2014 à 19:49

Il fut très touché quand @Cathy Opex lui demanda des nouvelles de sa femme et de sa fille. "Elles sont en sécurité" fit-il. En tout cas il l'espérait. Elles étaient parties avec Deadlock, une fille avec qui il s'entraînait régulièrement. Deadlock se prétendait experte en faille de sécurité informatiques, connaissant le personnage, il en déduisait que le terme approprié était "hackeuse". Deadlock voulait se mettre au vert dans sa maison-bunker au fin fond de nulle part, il lui avait fourni le van pour déplacer son matos, elle avait proposé d'emmener Liliane et Abby. Deadlock était brillante, passionnée par le survivalisme et les arts martiaux mais elle était à peine majeure, ses parents s'étaient barrés à l'étranger et elle craignait sans doute la solitude. Toujours est-il qu'il n'avait plus personne sur qui veiller à Paris à part lui-même. La situation empirait de jour et jour, il y avait de plus en plus de blessés, et ça n'allait pas s'arranger tant que le pays ne se fédérerait pas autour d'un projet. Il posa à Cathy la question qui le préoccupait : "Et maintenant on fait quoi? On fait quoi pour ce merdier?"

0 votes - le 22 Nov 2014 à 13:12

Cathy Opex a interagi avec moi :
Cathy avait été tellement débordée ces jours derniers avec l'afflux des blessés, la chasse aux médicaments manquants, les gardes tournantes, qu'elle ne savait plus où elle en était. Le nez dans le guidon l’empêchait de voir la route. Elle croisait sans avoir le temps de discuter @David Durel  qui paraissait à cran aussi. Il se donnait sans compter avec conviction. Avait il seulement eu le temps de régler le point de chute de sa femme et de sa fille ?  Il fallait qu'elle le choppe car certes ils étaient utiles ici mais ils n'étaient pas infirmiers, ils étaient soldats ! 
Hormis la noria de blessés physiques ou psychologiques de plus en plus nombreux, il ne se passait plus rien. @Lilou n'arrivait pas à fédérer et a donner du sens malgré toute sa bonne volonté et ses convictions humanistes.Tout ça c'était bien joli mais Cathy n'avait pas l'intention de rester dans cet hôpital de campagne encore plus longtemps. Cela lui rappelait les bons sentiments mais l'inaction des ONG en théâtre d'opération. En plus, ça commençait à devenir aussi chaotique dans ce camp que le vide laissé à la tête de la nation par le décès de Hollande et Sarkozy. Quand il n' y a plus de chef, ce n'était jamais bon. Elle ne devait pas rester isolée mais ne souhaitait pas jouer à la nounou pendant que l'Histoire s'écrivait. Ne pas subir ! 

Sonner le réveil
0 votes - le 18 Nov 2014 à 20:33

Merde, @Lilou venait de s'effondrer juste devant lui. Comme il était en train de l'écouter, il réagit avec une demi-seconde de retard. Pas bon, ça... Il se contenta de contenir la foule pendant que @Cathy Opex vérifiait ses constantes. Lilou était pâle et avait les yeux creusés. Pas besoin d'avoir fait médecine pour comprendre qu'elle venait de tomber d'épuisement. Ils la ramenèrent à l'intérieur de la tente : Cathy lui fila de l'eau et une barre de céréales dégotée on ne sait où. Bref, il faudrait bien que Lilou laisse les autres s'activer le temps de prendre quelques heures de repos. Mais elle avait carrément raison, sans leaders, sans organisation et sans projet, les Eveillés n'iraient nulle part. Il était temps de définir une stratégie.

Let's do the job
0 votes - le 18 Nov 2014 à 19:21

C'était déjà pas réjouissant de conduire au milieu de la foule, mais le cordon de CRS, ça c'était un vrai problème. Pour être honnête avec lui-même, il avait eu la tentation de foncer dans le tas, surtout quand ils avaient tenté d'empêcher l'évacuation des blessés. Merde, il conduisait une ambulance! Finalement, ça s'était bien goupillé : les forces de l'ordre avaient eu trop peu de se faire lyncher et l'un des leurs étaient salement touché, il l'avait embarqué dans le véhicule fourni par @Lilou avec les autres . @Cathy Opex avait assuré comme une bête, c'était un putain de militaire qui savait garder son sang froid. Il avait reconduit le véhicule jusqu'à l'hôpital improvisé des Eveillés. Lilou avait soigné le CRS et les manifestants  avec le même dévouement, et il l'admirait pour ça. Il avait filé un coup de main comme il pouvait : désinfecter, virer les éclats, recoudre... ça c'était dans ses cordes. Et puis Lilou avait pris le mégaphone.

Virage
0 votes - le 18 Nov 2014 à 13:49

Lilou a interagi avec moi :
Lilou était amorphe...

Elle n'avait pas dormi de la nuit, elle revoyait le pauvre Jérémie inconscient.
La jeune femme avait cogité toute la nuit, sur le but de ces luttes, si cela valait le coup de perdre des personnes.

Le camp des Éveillés étaient toujours bouclé, et les tensions ne retombaient pas.

Au sujet du jour: le départ forcé de Michel Cabestany, et bien sûr le décès de Jérémie.
Des rumeurs courraient déjà comme quoi des policiers seraient mêlés à l'histoire.
Mais Lilou n'en avait que faire, elle refusait de soigner des gens pour rien.

Elle se leva, et se dirigea vers l'avant du camp, où @Eric Sawal, à la tête d'un groupe de mécontents, lançait des invectives à un policier pendant que d'autres personnes se prenaient le bec avec les membres des forces de l'ordre.

Lilou le savait, beaucoup de gens étaient en colère et tout pouvait basculer dans le chaos à tout moment.

Elle s'empara d'un haut parleur, et pris son courage à deux mains:

"A tous les éveillés présents ici! @Victor , @Liza Papanov , @Amandine , @Guy, @EveillésManifeste  , @David Durel , @Cathy Opex, @La Crête  , et bien sûr tout le monde! Je vous prie de m'écouter!
Nous ne pouvons pas continuer comme ça! Nous n'avons même pas de revendications! Voulez vous encore voir d'autres personnes mourir au nom d'une cause inconnue? La violence seule ne résout rien, il est injustifié de nous battre si nous ne proposons pas de solutions! Nous n'avons pas de leaders, ni même un embryon de programme politique ou de propositions destiné à l'état. Personne ne fait le relais entre nous et le gouvernement, notre parole n'est pas prise au sérieux car pour le moment elle n'est que violence, sang et larmes!
Nous avons prouvé en montant ces camps et en trouvant de quoi nourrir tout le monde nous étions capables de nous organiser. Continuons donc dans cette lancée! Il nous faut un groupe capable de parlementer, de nous représenter et de défendre nos revendications avec nos dirigeants.
Mais avant ça, il faut que nous gravions dans le marbre ce que nous voulons! Quels sont nos souhaits pour la France de demain?"

Lilou fit une pause, les gens s'étaient arrêtés de discuter et tout le monde l'écoutait, même les policiers. Cela était intimidant mais elle voulait que les gens se résonnent. 
Après une inspiration, elle continua:

"Qu'est ce qu'une française comme moi souhaiterait? Certainement une nouvelle façon de faire de la politique dans notre pays, redonner le pouvoir aux citoyens et ne pas tomber dans les extrêmes!
Il faut que l'Etat soit à nouveau capable de défendre l'intérêt de tous! Il faut que nous replacions les valeurs humaines, sociales et environnementales au centre du débat politique!
Nous devons mettre fin à l'omnipotence de la finance et aux idées obsolètes qui ne fonctionnent plus aujourd'hui! Nous avons laissé trop longtemps notre pays avancer sans se préoccuper de l'avenir. Cette vision à court terme doit cesser de la part de nos dirigeants, nous avons besoin de personnes courageuses, réalistes et pragmatiques pour changer la choses!
Qui sont les Éveillés? Ce sont celles et ceux qui ne se sont pas résignés! Ceux qui n'acceptent pas le défaitisme et le laisser aller. Nous agissons pour la liberté, la dignité humaine, contre le repli sur soir et la peur de l'autre. J'aimerai en tant que citoyenne me sentir représentée de manière légitime. Et non pas par des personnes qui ont fait de la politique une carrière, éloignées du peuple et de la réalité des électeurs. 

NOUS ELISONS DES HOMMES DU PEUPLE ET NON PAS DES HOMMES DES LOBBIES!

Tout l'effort reste à faire. Restons conscients et pragmatique sur le fait qu'il est impossible de changer la France et l'Europe en quelques années. Il est temps de penser sur le long terme, de penser au futur des générations suivantes et à la santé de notre planète. Nous sommes nombreux à ne pas nous être résignés! Aujourd'hui les Éveillés sont des milliers! Il faut faire entendre notre voix, et non pas avoir recours à la violence!
Les règles doivent changer et c'est à nous de redistribuer les cartes!"

Lilou tremblait et avait des vertiges. Le stress, la colère et la fatigue avaient raison d'elle. 
Elle n'avait pas dormi de la nuit, et venait de jeter ses dernières forces dans ce cri de S.O.S.
Et soudainement, elle s'évanouit.


0 votes - le 17 Nov 2014 à 21:53

Cathy Opex a interagi avec moi :
Elle lui laisse les clefs  car vraiment elle est crevée. Et puis franchement elle aime bien se faire conduire. Le genre de type style @David Durel pilotait forcement bien et en plus c'était sa bagnole. Il devait être rudement débrouillard pour obtenir de l'essence en ce moment et circuler avec son véhicule dans Paris avec toutes ses manifestations et son cortège de voitures brûlées ou renversées. On est bien assis, il fait chaud, Il conduit souplement comme elle le pensait, c'est une musique douce qui sort du poste radio, elle commence à piquer du nez, un douce torpeur l'envahit. Que va t'il penser de son nouveau binôme qui s'assoupit après dix minutes de trajet !
Un freinage brutal la projette vers l'avant. 
- "Merde les CRS bloquent l’accès qui mène à l’hôpital de @Lilou" dit David.
Au même moment la radio émet un flash spécial :
-"le ministre Cabestany a décrété l'état d'urgence dans le pays "

Shake
0 votes - le 16 Nov 2014 à 21:35

Nous nous  tapâmes dans la main. c'était cool d'avoir une équipière avec le même parcours que moi, au moins elle ne risquait pas une connerie en cas de situation tendue,nous avions été formés à la même école. "@Cathy Opex , tu veux conduire?" demandai-je. Ce n'était pas une manière de faire des politesses, en situation de crise, c'est celui qui est le plus compétent qui s'y colle. Bref, si c'était une as du volant, autant qu'elle soit en charge, sinon, je ferais aussi bien l'affaire.

Au paquet !
0 votes - le 16 Nov 2014 à 18:41

Cathy Opex a interagi avec moi :
Il était attachant ce @David Durel  quand il parlait de sa famille. Il se faisait à juste titre beaucoup de soucis pour elle et Cathy se félicitait de n'avoir personne sur qui veiller à part sa petite personne. En fait, elle était contente de le rencontrer. Même si elle était restée évasive sur sa vie personnelle, elle se sentait en confiance avec lui, peut-être parce qu'ils partageaient visiblement des valeurs communes. Elle s’apprêtait à approfondir un peu plus le sujet de son positionnement politique et humain face aux événements quand il lui dit ""Cathy, ça te tente une mission de sauvetage du côté de la place d'Italie? Une ambulance, on donne les premiers soins, on évacue les blessés et on évite les projectiles. Comme d'hab quoi... Cette fois-ci c'est pas un mandat de l'ONU, c'est sur mandat des Éveillés". Pétard, signe du destin ! d'une part parce que David était de toute évidence de son bord, d'autre part parce que cet appel d'une infirmière, pour l installation d'un hôpital de fortune vers la Bastille, elle l'avait entendu....Sans se décider à y aller alors qu'elle avait tout pour aider. Elle avait démarré sa carrière militaire comme secouriste de l'avant à Toulouse au sein du détachement d'intervention parachutiste. Son SC1 et son instructorat de secourisme étaient à jour des recyclages C'était à l'image de sa vie depuis des jours : incapable de se décider, d'aller au carton ! En situation d'urgence, faut pourtant savoir accorder sa confiance rapidement et choisir son camp. La proposition de David tombait à pic. 
- " go, go, go ! Je suis ton homme David ! binôme ? " lui dit elle en tendant sa main à plat, paume ouverte, pour un shake de confiance.

0 votes - le 16 Nov 2014 à 17:39

Ce que @Lilou lui proposait, c'était précisément ce à quoi il s'était entraîné depuis des semaines. Restait à voir si @Cathy Opex était partante. Pour ce qu'il en savait, elle avait une bonne réputation sur le terrain. "Ouais, ça va le faire", répondit-il à Lilou.Il chercha Cathy dans la foule, elle n'avait pas bougé. "Cathy, ça te tente une mission de sauvetage du côté de la place d'Italie? Une ambulance, on donne les premiers soins, on évacue les blessés et on évite les projectiles. Comme d'hab quoi... Cette fois-ci c'est pas un mandat de l'ONU, c'est sur mandat des Evéillés".

David Durel
0 votes - le 16 Nov 2014 à 17:01

Lilou a interagi avec moi :
Lilou s'épongea le front, malgré le froid, elle était en nage.
La situation était encore sous contrôle mais tout pouvait dégénérer rapidement.
Les affrontements place d'Italie continuaient. Certains fonctionnaires étaient encore là.
On avait déjà du escorter 4 personnes vers un hôpital proche, dont l'une blessée très gravement. L'infirmière se demandait si ce jeune garçon avait survécu.
Un homme qui en soutenait en autre sur ses épaules arriva. Il se présenta, il s'appelait @David Durel et prétendait avoir suivi une formation en soins tactiques.
Ils installèrent sur un lit de camp l'homme que portait David, il était salement blessé à la tête.

-Vous tombez vraiment à pic David, dit Lilou pendant qu'elle essuyait le sang autour de la plaie. Ici les gens travaillent à fond, mais beaucoup ont encore besoin de mon avis pour savoir quoi faire.

Elle fit une pause, attrapant du désinfectant et commença à imbiber une compresse.

-Est-ce que vous êtes capable d'aller intervenir dans les endroits chauds? J'ai ici un camion de la croix rouge, qui est équipé comme une ambulance. 
Si vous trouvez une autre personne, vous pourrez former une équipe d'intervention pour aller récupérer les blessés place d'Italie et prodiguer les premiers soins sur place. Il y a le plein, au vu comme c'est partit vous allez faire des allers retour jusqu'à tard ce soir.

Concentrée sur les sutures qu'elle commençait à faire, elle s'interrompit dans sa tâche et leva les yeux vers David:

-Alors, vous pouvez le faire? 

Filer un coup de main en attendant mieux
0 votes - le 16 Nov 2014 à 16:46

Pas de hiérarchie pour me dire quoi faire, et j'étais un peu perdu, mais ce n'est pas dans mon tempérament de rester sans rien faire. L'action était à Bastille, ma place était à Bastille. Punaise, on se serait cru à Bagdad! Un type tomba à mes pieds, il avait une large entaille à la tête. Je le chargeai sur mon épaule et l'emmenai au centre de secours improvisé par les Éveillés. C'était la panique et ils se trouvaient complètement débordés. "Je peux filer un coup de main?" demandai-je à un type. "Va voir @Lilou " me répondit-il en me désignant une femme qui s'activait un peu plus loin. Je déposai le blessé et me présentai : "je suis David Durel, je viens de suivre une formation SMAT en soins tactiques. Qu'est-ce que je peux faire?"

Que les choses rentrent dans l'ordre
0 votes - le 15 Nov 2014 à 17:32

@Cathy Opex était sur le qui-vive, contrôlant sans cesse son environnement et il s'aperçut que lui aussi. A force, il n'y prêtait plus attention mais il était sans cesse sur ses gardes, une habitude des missions de terrain qui ne se perdait jamais. D'un seul coup, cela fit tilt. Évidemment, une guerre civile se préparait et elle voulait savoir de quel côté il était. Il décida de jouer cartes sur table avec elle, pas par simple souci d'honnêteté, non, parce que s'il y a bien un truc qu'on apprend à l'armée, c'est de ne pas l'ouvrir à tort et à travers, mais peut être qu'elle pourrait l'orienter vers quelqu'un qui embauchait ou qu'elle aurait un éclairage intéressant sur la situation. "Tu vois, Cathy, j'ai rencontré la femme de ma vie il y a quelques années et niveau boulot j'ai essayé de me ranger : je suis rentré dans la sécurité à la SNCF. Faut être honnête, c'est pas exactement le boulot dont je rêvais. Du coup, j'ai fait une formation d'Agent de protection en milieu hostile, avec la certification médic assortie. Le plan, c'était de bouger à l'étranger : six mois en mission, six mois à rester avec ma femme et ma fille et un max de fric. Vu le bordel, pas question de les laisser toutes seules ici, pas question non plus de les traîner dur une zone de conflit et je ne me vois pas les parachuter dans un pays cool mais où elles ne connaîtront personne, et puis ce n'est pas le genre de ma femme. Parce que figure-toi que ma chère-et-tendre est intermittente du spectacle, végétarienne et pleine de convictions peace and love, c'est bizarre des fois la vis. Le genre de personnes qui a les moyens de se payer mes servicess'est barré en Suisse ou en Belgique. Bref, moi ce que je veux c'est que les choses rentrent dans l'ordre, et très vite, par n'importe quel moyen. Et toi Cathy, t'en es où?"

 
Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer