C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Isis

24 ans
Femme
Saisonnière
Vit à Dans son camion
Devise : Une utopie est une réalité en puissance
Bio : Fille d'un officier de l'armée Française, Isis a grandi dans des résidences privées, avec sa grande soeur et sa mère parmi d'autres familles de militaires. Elle est une enfant difficile qui se bagarre contre les garçons et n'aime pas être enfermée. Elle a fait de nombreuses fugues et se plait dans son rôle de marginale entraînant avec elle d'autres adolescents de son âge qu'elle manipule avec aisance. Elle s'inscrit à un club de tire, ce sera la seule chose qu'elle partage avec son père, la passion des flingues. Isis part définitivement le jour de ses 18 ans. Elle passe son permis de conduire et s'achète un Renault Master aménagé en camping car avec les économies de son livret A. Elle fait la fête tous les soirs dans des teufs techno, skins party et autres et travaille uniquement au black en tant que saisonnière chez des employeurs réguliers à la mer et à la montagne. Vivre dans un camion ne lui fait pas peur, mais néanmoins ses amis lui offre un chien, une sorte de croisement entre un loup et un malinois, qu'elle nomme simplement Loup. Elle a aussi emporté avec elle une arme à feu de son père, lorsqu'elle est partie de chez ses parents. En amour, c'est compliqué. Elle a perdu sa virginité à 14 ans avec un jeune engagé à qui elle avait menti sur son âge, puis elle a eu plusieurs relations qui n'ont pas durées. Isis est à la recherche d'un job pour la saison d'hiver et se trouve dans les Hautes-Alpes lorsque la crise débute. Elle ne se sent plus en sécurité...
Par
   3
15159 points 8
63 associés

Son histoire a elle

[Meta Gaming mais on s'en tape]
0 votes - le 18 Dec 2014 à 23:52

Marty Chaud a interagi avec moi :
Voilà, ça se termine, j'ai déjà envoyé mes remerciements à la rédac, maintenant je m'adresse aux autres auteurs. J'ai choisi de le faire sur le profil de Marty parce que c'est celui sur lequel vous avez le plus de chances de repasser...Je remercie donc tous les auteurs qui ont pu coopérer avec moi, et donc particulièrement : The Peacemaker pour @Juan , Ndish pour La Crête, @Isis , James et Utopy, heyMamzelleBook pour @Ellie même si ce fut plus tardif, Eric Sawal pour @Eric Sawal (ça ne s'invente pas), kate pour @Zenone , manudrudru pour @Conseiller Bac Plus 15 et @le Petit Nicolas , Gally pour @Guy et ashra pour @DELAQUAIRE Paul . Je remercie aussi les gens qui ont lu mes textes, comme par exemple log4rithme et Fleursdeschamps. Bon courage aussi à LaRose pour les dernières minutes contre Willy pour la quatrième place. J'espère que je n'ai oublié personne, dans le cas contraire j'en suis vraiment désolé... Sur ce je vous laisse, je dois regarder France 4 pour savoir comment Marty Chaud va en finir ! (sûrement pas par un clic ;) )

Pas une fin mais juste le début d'une autre histoire...
0 votes - le 18 Dec 2014 à 23:32

Ellie a interagi avec moi :
Cette après-midi je passais voir @Juan  et ses plantations. Il passait sa vie là-bas désormais, dans ses serres, le nez plongé au dessus des massifs. Il était quand même trop mimi, le joint à la bouche, les mains terreuses et le bandeau en chanvre que je lui avait fait sur son oeil. Je restais à quelques pas de lui à l’observer, il ne m’avait pas vu et pourtant je prenais autant de place qu’un semi-remorque. Ma grossesse me pesait et j’en avais trop marre. Et dire qu’un an s’était écoulé depuis nos aventures. On en avait vécu des choses. On s’était battu comme des lions. Je regardais Juan et je repensais à tout ce que nous avions fait. Ma première pensée fut pour notre ami La Crête. Saletés d’hormones, j’avais déjà les larmes aux yeux. On lui avait fait un bel hommage avec cette statue au centre de la cité. Il aurait aimé ce que nous avions accompli. Mon coeur se serra et je revins à la réalité. Juan m’observait et je savais qu’il se doutait à qui je pensais. Dans mon dos des petits cris me firent sourire. @Isis  arrivait avec Philie la chipie. Me voyant larmes aux yeux elle s’approcha et m’interrogea du regard. Juan nous avait rejoint. Il m’embrassa le ventre et prit Philie dans ses bras. Je jette un regard à la statue derrière moi et Isis comprit. Nos fêtions les un an d’Utopie mais nous célébrions aussi la disparition de notre ami. Juan me caressa le ventre et me ramena à ma grosse bedaine. Mes larmes disparurent laissant place aux flammes de l’enfer dans mes yeux. Je lui jeta un regard noir auquel il répondit en souriant. - Marre toi bien mais c’est ta faute tout ça, ralais-je en montrant mon énorme ventre. Je suis grosse, moche et j’arrive à peine à bouger ! Et c’est bel et bien toi le seul responsable… tu vas payer cher pour ça !Isis qui venait d’accoucher ne put qu’acquiescer. Juan l’implorait du regard.- Ah nan chéri, tu gère avec elle. Et puis je ne t’ai pas encore tout à fait pardonné moi non plus pour ces 9 mois de galère ! fit-elle en riant.- Merci du soutien, répondit-il. Il leva Philie en l’air et ajouta : Heureusement t’es la toi pour ton papa…Quelqu’un arriva derrière nous et ce que je vis en me retournant n’arrangea guère mon humeur : le père d’Isis.- Ah v’là l’heureux grand-père, raillais-je en levant les yeux au ciel. Ce type me laissait et c’était réciproque.Il regarda Isis d’un air résigné et répliqua :- Ah v’là la bombe hormonale à retardement !Je m’apprêtais à le mordre quand Juan lui colla Philie dans les bras pour faire diversion et ainsi éviter une explosion immédiate de ma fureur.Isis riait et murmura : -C’est bientôt fini ma belle et flinguer tout le monde à tout va ne fera pas accélérer les choses.Son regard tendre eu raison de ma colère. Elle réussit à m’apaiser. Juan réapparu une fleur à la main qu’il me tendit. Retour des hormones version saule pleureur, ma grossesse me faisait virer fleur bleue. Il voulait me détendre, ce soir il devait partir pour bordeaux avec son label. Il ne voulait pas me quitter en colère. Il était parfait.- Tu devrais te reposer un peu, la cité tourne, les autres avancent bien. Reste un peu au calme s’il te plait.Il avait raison. Tout allait bien désormais. Notre rêve avait pris forme. Nous avions fondé notre famille… atypique comme toute notre histoire d’ailleurs. Utopie vivait et nous, nous étions heureux. J’aimais plus que tous Isis et Juan, Philie était un amour pour qui je pourrais donner ma vie et une petite Eve allait combler notre bonheur. En ce qui me concernait, le combat était gagné.

Utopya Museum
0 votes - le 18 Dec 2014 à 23:12

Alain Frost a interagi avec moi :
Alain avait rapatrié toute sa collection d'oeuvre d'arts à Utopy.
Il s'offrait une nouvelle jeunesse!

Cocktails et marijuana, Alain avait pu construire un véritable musée. On venait du monde entier pour admirer ce que le vieil homme avait mis des décennies à glaner et à acquérir.

En échange d'une visite, il acceptait toute sorte de choses. Il n'était pas compliqué, et bien souvent, on lui faisait même cadeaux d'oeuvre artisanales. 
Alain avait donc ouvert une seconde aile dans le musée, et cela la ravissait.

Il donnait la moitié de ce qu'il recevait à la communauté, en guise de remerciement pour lui avoir prêté ce terrain et aider à construire ce gigantesque musée de bois.

Alain avait arrêter de voler des objets d'art, il coulait désormais des jours tranquilles à Utopy, et s'était même mis à peindre.

Après tant d'années, il s'essayait lui même à l'art.
Et en grand connaisseur, il était pointilleux, exigeant et travailleur.

Ses premiers résultats étaient prometteur, Juan lui en avait déjà pris contre une cargaison d'herbe.

Y'a pas à dire, à Utopy, on est biiiiiiiiiiiiien. Allez viiiiiiiiiiiens! 

@Ellie @Guy @Isis @Erick Foax @Eric Sawal 

Le Faiseur de Paix
0 votes - le 18 Dec 2014 à 22:39

Juan a interagi avec moi :
Depuis le haut du phare, je regardais plus loin la cité d'Utopy.

Un an plus tard tout était encore debout, et tout fonctionnait à merveille. 
Nous avions gagné notre combat pour la liberté!

J'aimais venir ici pour réfléchir et admirer tout notre travail. 
Le symbole du phare était quelque chose qui me touchait.

Protecteur, il veille et guide, sa lumière éclaire ceux qui se sont égarés, il résiste aux colères des flots.
Au fond de moi j'espérais qu'Utopy soit cette ce phare. 
Cependant dans toute la France d'autres lumières venaient briller. Les consciences avaient changé et j'espérais que notre pays aille encore de l'avant.

Le soleil allait bientôt se coucher, il fallait que je rentre, ce soir tout le label Utobeat jouait à Bordeaux.

Je tenais à passer voir @Ellie , @Isis et Phillie avant de partir.
Sur le chemin, je passais devant les serres, et aperçut du coin de l'oeil la première fleur d'Ellis. 
Sous sa cloche, cette beauté jaune et noire m'avait valu six mois de travail, mais le résultat valait le coup.
Je croisais en premier Ellie, qui peinait à soulever des bûches de bois pour le feu.
Sans lui laisser le choix, je la débarrassai de ce fardeau.

-Ellie, tu devrais te poser, t'es ronde comme un ballon.

-Rha tais toi! dit elle mi énervée, mi amusée. Je tourne en rond là! C'est quand qu'elle sort!

J'attrapai la main de ma belle et l'attirait vers moi.

-Tu sais que râler ne sert à rien! 

Je l'embrassais sur le front.

-Reposes toi chérie, ou c'est moi qui t'attaches, dis-je.

Ellie arrivait à terme, j'allais être papa pour la seconde fois, incroyable.
Moi qui ne voulait pas d'enfants, je viens d'en avoir un et le deuxième arrivait.
Quand Isis m'avait annoncé qu'elle était enceinte, j'étais d'abord resté con, pas prêt du tout. 
Et au final je m'étais étonné tout seul, et avais pris la nouvelle avec chaleur et philosophie.
Quand quelques mois plus tard, Ellie m'annonçait qu'elle à son tour attendait un enfant, je cru d'abord à une blague.
La crise d'hystérie qui avait alors suivie m'avait indiqué que non, ce n'était pas une blague et que mes deux muses allaient toutes les deux être mamans, et moi doublement papa. 

J'avais reçu pendant plusieurs mois un déchaînement d'hormones en pleine face. Il était même arrivé que les filles se montent le bourrichon entres elles pour finir par se retourner toutes les deux contre moi! 

Quel bordel!

Mais c'était joyeux, c'était vivant. @Amandine et Stella étaient restées à Utopy, @Erick Foax passait régulièrement, même @Eric Sawal était venu nous voir une fois.

Tous les jours je fumais un joint devant la statue de La Crête, j'avais pas toujours approuvé les méthodes de mon barjo adoré. 
Mais cet homme nous avait montré qu'un chemin vers la liberté était possible. 
Je portais sa mémoire sur moi, l'absence de mon oeil droit me rappelait chaque jour ce moment funeste, où notre ami nous avait quitté.

Je m'étais quant à moi habitué de la perte de l'un de mes deux yeux, je n'avais de toute façon pas vraiment eu le choix. Ellie m'avait confectionné un chouette bandeau en chanvre, je trouvais ça plus sympa que le cache oeil, puis je ne voulais pas faire peur à ma fille.

J'avais hérité de la Ferme Verte de grand père dans le Vercors, c'était plus ou moins devenu une annexe d'Utopy et ça me rendait fier de savoir qu'un tel lieu existait aussi dans mes montagnes. 
JeanSé s'en occupait à la perfection et il y avait déjà une quarantaine de personnes sur le site.

Après avoir convaincu Ellie de se poser et de se calmer un peu, Isis arriva avec Phillie dans les bras. 
J'embrassais mes princesses mais fus obligé de partir rapidement, les zikos m'attendaient.
Ce soir on allait enflammer Bordeaux, c'était la deuxième date qu'on faisait là bas mais on savait qu'on serait bien accueillis. Le label marchait bien, j'avais repéré des perles, mais également des artistes extraordinaires étaient venus à Utopy d'eux-mêmes. 
On laissait les gens donner ce qu'ils voulaient pendant le concert, mais beaucoup avaient bon coeur, nous étions obligés parfois d'organiser des convois pour ramener au village les dons des spectateurs.

J'avais enfin l'impression d'être à ma juste place. 
Je vivais exactement comme je voulais, sans faire de mal à personne. 

J'avais la mer, ma drôle de famille, mes plantes et la musique.

Mais surtout, j'étais libre, libre comme l'air et heureux. 

C'est en repensant à tous ceux qui m'avaient accompagnés et qui avait partagé avec moi ces folles aventures que j'arrivais au van.

Utopy était debout, c'était notre victoire!

Guy un an après
0 votes - le 18 Dec 2014 à 22:29

Guy a interagi avec moi :
FlashbackGuy venait de finaliser la liste du gouvernement provisoire. Ca lui avait pris la nuit entre les coups de fils, les tirages au sort , les mails, les demande de changement, il était à bout. Au petit matin, la liste finie était prête pour la conférence de presse. Juste avant il appela Amandine, pour ses 18 ans. C'était son anniversaire et Guy ne l'aurait certainement pas oublié. Amandine, il l'aimait comme une petite soeur, il était heureux pour elle et Stella, surtout car elles disaient qu'elles se sentaient bien à Utopy dans leur dispensaire. Il se dirigea vers la presse et donna les noms de ceux qui allaient incarnés en tant que citoyens le gouvernement provisoire. Il ne prit aucun poste, trop heureux de pouvoir donner à tous ces citoyens la possibilité d'influer même de façon temporaire la direction d'un pays en reconstruction. Le texte de 6eme République restait à valider sur son bureau, il le laissait bien en évidence, Sawal passerait sûrement par son bureau ce matin. Tout était près. Guy pouvait partir la conscience tranquille. En sortant de l'Elysée, sans dire au revoir à personne, comme on quitte la scène, il respira enfin. Le temps était ensoleillé, il faisait bon malgré le mois de décembre. Son téléphone sonna, c'était Jean Légal. le procès de jérémie avait eu lieu ce matin et les coupables seraient arrêtés, un mandat d'arrêt international avait été lancé contre Cabestany et Ségo, tous en fuite. Guy ne put rien dire d'autre que "merci", il était dévasté par le soulagement. Il avait vécu avec ce poid trop longtemps, si la justice n'avait pas tranché, il aurait pu sombrer dans la folie et la tristesse de son deuil. Le deuil d'un premier amour jamais réalisé. Machinalement, sans savoir où il allait, il marcha des heures dans Paris, et se retrouva brusquement devant la fresque des Eveillés, celle peinte par cette artiste un peu borderline et drôle. On y voyait les Eveillé-e-s dans les camps, ceux qui étaient décédés au combat, et ceux qui étaient là depuis le début , Victor et Camille, Lilou avec son hôpital, des journalistes de FranceIndé, Sawal à la sécurité et Amandine avec ses paniers. Au bout de la fresque, il y avait un jeune homme avec des lunettes qui brandissait des textes qui sortaient des imprimantes, reliées à des dizaines d'ordinateurs  même le sol. C'était Guy et son manifeste des Eveillé-e-s... Comme le temps avait passé, Guy eut du mal à se reconnaître. il avait tellement changé. Jérémie lui manquait horriblement. Il se souvint que dans un vieux restaurant kébab pourri, Jérémie et lui avaient refait le monde avec Marianne Guérin et d'autres, le soir de la sortie de l'euro, avant de rejoindre les camps des Indignés. Les Eveillé-e-s étaient nés de leurs rencontre et de leurs combats. Guy regardait le visage de Jérémie peint sur cette immense fresque. "c'est fini, dit-il. J'ai fait ce que j'ai pu pour la sixième rép, j'ai donné tout ce que j'avais pour qu'on te rende justice et que les coupables soient punis. Jérémie, il est temps que je reprenne ma vie, même si sans toi, elle me semble vide". Guy embrassa le visage de son premier amour, les lèvres peintes étaient glacées... c'était son premier baiser. jamais avant il n'avait pu prendre la main de l'homme qu'il aimait, jamais il n'avait pu lui avoué son amour, et pourtant... c'est avec Jérémie qu'il avait compris qu'on ne pas se battre sans idéaux, que l'amour n'est pas forcément avec la personne que l'on croit. Guy déposa ses lunettes devant le Manifeste, il ne voulait plus rien voir. Et partit en silence dans la nuit de Paris._________________________________________________________________________1 an plus tard_______________ En Inde, Guy vivait retiré dans un ashram, il méditait avec une communauté de personnes qui avaient fait voeux de silence. parfois il voyageait pour donner des cours de communication non-violente. il était devenu ami avec le Dalaï lama, dont il appréciait la tempérance, et espérait qu'un jour il pourrait se relever de son deuil. Il envoyait à Amandine et à des organisations caritatives pour les enfants ses salaires reçus pour ses conférences. Guy a eu 24 ans cette année.@Matt @Victor @Isis @Gilles Froid @Eric Sawal @Erick Foax @Lilou 

Martin, un an de responsabilités
0 votes - le 18 Dec 2014 à 18:30

Martin Rochteau a interagi avec moi :
"Et voilà, ça fait déjà un an..." Je rentrais dans le Capitole, après avoir fait mon discours de commémoration de ce 30 Octobre. J'avais eu beaucoup de responsabilités pour un jeune de 24 ans. J'avais rejoint le gouvernement provisoire mis en place pour la 6ème république, étant notamment en relation avec @justin tresor et @Eric Sawal pour l'économie. Pendant 4 mois, j'ai pu défendre l'idée d'une économie sans monnaie, ce qui avait quand même intéressé pas mal de gens. Puis, grâce à l'idée de France fédérale, en mars j'avais été élu leader du Conseil dirigeant régional d'Occitanie, alors qu'Erick avait refusé le poste, préférant faire la révolution aux USA. Je me souviendrais longtemps de la tête de Laura lorsqu'elle fut au courant... J'ai gardé contact également avec @Guy, le seul avec qui je pouvais tenter des private joke de Sciences Po ! J'allais aussi quelques fois à Utopy ces derniers mois, pour voir comment allaient @Ellie et @Isis. Cette dernière me rappelait beaucoup ma soeur. Malgré son sale caractère, elle avait fini par accepter mon amitié, et il n'était pas rare de faire des soirées chouchen/foie gras avec entre autre les Foax, Lilou, pas mal de monde d'Utopy et bien sûr @Jean-Marc Ayrault ! Aujourd'hui, c'était une grande fête qui était prévue, avec notamment le groupe Tarbais de Boulevard des Airs devant une place du Cap' pleine à craquer. La petite surprise était la présence du groupe de musique d'@Al et Erick, les "Al Catraz" ! Vivement les vacances...

Lilou en 2015
0 votes - le 18 Dec 2014 à 17:46

Lilou a interagi avec moi :
Après avoir construit la VIe avec les autres ministres nommés le 18 décembre, Lilou est restée quelques mois au gouvernement. Elle avait voulu être certaines qu'aucun politicien véreux ne tente de s'immiscer dans les hautes sphères. 
Une fois la machine lancée, Lilou a décidé de revenir à ce qu'était sa vie, soigner les gens. Elle a passé quelques formations pour se perfectionner, et via des dons, a pu investir dans un immense bus de tournée. 
Elle l'a transformé en une véritable clinique mobile.
 Depuis 3 mois, Lilou voyage dans tout le sud de la France, de Grenoble à Bayonne, et fais des escales selon les besoin de la population. 
Elle passe de temps en temps à UTOPY, c'est elle qui a aidé @Isis a accoucher et compte revenir pour faire de même avec @Ellie .
La jeune femme a un train de vie simple, prodiguant des soins en échange de nourriture, d'un peu de monnaie, d'une soirée avec un repas. 
Elle est resté en contact étroit avec @Eric Sawal, @Erick Foax, Amandine et @Guy , et passe même rendre visite de temps en temps à @Jean-Marc Ayrault . 
Lilou est toujours célibataire.

Sinistre avenir
0 votes - le 18 Dec 2014 à 17:30

Général Atlas a interagi avec moi :

@Isis @Guy @Erick Foax @Eric Sawal @Ellie @Colonel du Peyroux @Obama 
Le soir du 18 décembre 2014, Justine Atlas, épouse de Charles, est sortie avec des amis de son collectif citoyen pour fêter la nouvelle République.
Ce soir là, Justine a bu bien plus que raisonnable, ce qui n'était pas dans ses habitudes. 
Sur le chemin du retour, elle a perdu le contrôle de son véhicule et s'est tuée dans un fossé.


Le 15 avril 2015, le Général Atlas, jeune retraité, s'est donné la mort en se jetant du haut d'une montagne dans les Alpes.
On a retrouvé sur son corps une lettre, qui exprimait tout son chagrin d'avoir perdu sa bien aimée.
Apparemment Charles s'était mis à boire, et était envahi par des images sombre de Montargis. Les regrets de toutes ces victimes et la perte de sa femme ont eu raison d'Atlas, qui considérait qu'il n'avait plus de raisons de vivre.
Son corps fût inhumé deux jours plus tard au Panthéon. 
#kill

 

Foax, un an plus tard
0 votes - le 18 Dec 2014 à 16:39

Erick Foax a interagi avec moi :
"Chers camarades, vous qui me suivez à travers ces post sur internet. 30 Octobre 2015, voilà déjà un an que la crise en France avait débutée. Sacrée histoire, qu'on connait déjà tous. Mais depuis, c'est vrai que je ne vous avais jamais raconté la suite. J'étais resté deux bonnes semaines à l'hôpital, mes côtes encore blessées du duel avec Valois. pendant ce temps, @Laura avait dû s'absenter quoi, peut être 5h sur ces quinze jours. J'avais su que la suite de ma vie allait s'écrire avec elle. Ses nouvelles fonctions ministérielles l'empêchant de bouger de Paris pendant les 6 mois qui suivirent, je les avais passé à écrire, laissant ma vie de technicien contre celle de romancier. Et révolutionnaire, bien évidemment. J'avais participé pendant quelques semaines à la révolution aux USA au printemps, aidé par les Oubliés et Éveillés locaux. Si Guy voyait ça, il aurait aimé en être. De retour en France, Laura m'avait d'abord boudé, vexée d'être parti sans elle. J'avais dormi deux semaines sur le trottoir devant l'appartement, et elle m'avait pardonné. J'avais gardé de solides contacts avec mes amis de la crise, @Lilou et @Eric Sawal notamment. Mais, une fois que Laura n'avait plus été ministre, je lui avais proposé de rejoindre Utopy, pour y retrouver @Isis et @Ellie , qui me donnaient souvent des nouvelles. Ma tendre avait refusée, elle voulait découvrir Toulouse. Depuis Juillet, nous avions donc investi une maison style ancien de la capitale Occitane, toujours dirigée par Martin, fidèle au poste. Mon premier livre était sorti depuis un mois, et il marchait bien, à ma grande surprise ! Je vous laisse, un petit déjeuner m'attend ! Amicalement. Foax, seigneur de guerre à ses heures perdues." Alors que je quittais mon pc et que je m'installais à table, Laura tirait une tête bizarre. "T'es malade ?" En se retournant, un grand sourire, elle m'indiqua le test de grossesse : "Ce n'est pas vraiment une maladie, ça va durer 9 mois..."

Gilles Froid - La fin en presqu'happy end
0 votes - le 18 Dec 2014 à 15:30

Gilles Froid a interagi avec moi :
Je me plais bien à Utopy. La cité à la licorne marche si bien qu'il est devenu difficile de garder le cap, mais je fais confiance à @Isis , @Juan et @Ellie pour gérer convenablement la situation. Ces trois-là sont inséparables. Il a l'air de bien s'amuser, le Juan. Je le vois toujours régulièrement quand il n'est pas occupé aux "affaires". Je le chambre souvent quand je lui parle du désastre de ma vie amoureuse en lui disant qu'il m'a piqué ma part, ce salow ! Enfin, je ne suis vraiment pas à plaindre. De temps en temps, je m'éloigne d'Utopy, je prends du recul. J'en profite pour aller voir mes parents, toujours à Pezé. Je vais fleurir les trois tombes du coin avec émotion : Eva, Aude et Clarisse côte à côte pour l'éternité... J'ai vu Samson dans ses oeuvres pour le gouvernement de @Guy . J'ai pu revoir ce dernier à deux reprises. Il n'y a pas de problème entre nous, même si je n'approuve pas forcément tout ce qu'il a fait au sein des Eveillés. Monica, cette vieille folle, est maintenant à la tête du Maine, et elle aurait proposé un poste sérieux à Samson qui n'est plus au gouvernement, je n'en sais pas vraiment plus pour le moment. Bref, j'ai retrouvé un certain équilibre, j'ai fait d'un passe-temps (jardinage) mon métier. Je vis modestement mais en phase avec moi-même. Il ne me reste "plus qu'à" trouver l'amour... Vaste programme !

"R" en 2015
0 votes - le 18 Dec 2014 à 15:27

"R" a interagi avec moi :
moi "R" le justicier de l'ombre 1 an plus tard... rien n'a changé, je rends toujours la justice  à ma manière mais la police est plus forte qu'avant, je ne surveille que les milices et les réseaux qui me semblent incorrects. Mon seul regret est de na pas avoir pu rendre la Joconde au Louvres, mais ça viendra...je l'ai repérée à Toulouse...@Isis @Matt @Juan @Eric Sawal @Erick Foax 

Laura Froid - La fin mi-figue mi-raisin
0 votes - le 18 Dec 2014 à 15:10

Laura Froid a interagi avec moi :
Un an plus tard, il est toujours aussi difficile de tirer des conclusions. A l'extérieur, des choses ont bougé, d'autres non, en bien comme en mal. La société n'est plus aussi pourrie qu'à l'époque, mais on ne peut pas vraiment parler de révolution. A l'intérieur aussi, c'est mitigé. @Utopys'est très vite agrandie. Nous sommes 40000, et avec Gilles nous avons bien fait de venir dès le début, ils refusent du monde maintenant. Et c'est ici que l'on atteint pour deux raisons les limites du système. A 40000 habitants, peut-on vraiment vivre en harmonie ? La nature humaine n'est-elle pas faite de sorte que l'on puisse vraiment s'entendre qu'à un nombre très restreint de personnes ? Si non, peut-on encore appeler la cité "Utopy" si beaucoup de gens ne sont pas en accord avec la politique et l'organisation ? Refuser des personnes, même si c'est justifier pour contrebalancer le précédent effet, est-ce encore une société utopiste ? J'ai peur de répondre à ces questions, mais que voulez-vous, on n'est jamais complètement satisfait de ce qu'on a... Des accords ont été signés pour construire d'autres cités du même genre que la nôtre, ce qui permet en première intention de régler les problèmes précédents, mais comment maintenir la cohérence d'ensemble ? Toutes ces questions me paraissent difficiles. Je songe sérieusement à déménager dans une de ces cités nouvelles pour retrouver la fraîcheur des débuts. Je laisserai Gilles ici, car lui ne partira pas, il a @Juan et @Isis , moi rien ne me retient. Désormais, souvent, en regardant par la fenêtre, plongée dans mes pensées, je repense à l'année dernière : Samson au ministère, Monica leader du Maine, Camilo haut responsable dans l'agro-alimentaire... Papa et Maman sont les seuls à ne pas avoir vraiment changé de vie. L'attentat avec Chloé, Sam et Emile me hante souvent. Et encore, ce n'est rien par rapport à Eva, Aude et Clarisse et leur funeste destin... L'année 2014 a changé ma vie à jamais.

Le Général Boris, un an après
0 votes - le 18 Dec 2014 à 14:17

Général Boris a interagi avec moi :
Pour le plaisir de la lecture : @Isis , @Erick Foax , @Guy Depuis son bureau dans les locaux du FSB (service secret russe) dominant la Place Rouge, le Général Boris écoute Vladimir Poutine annoncer la sortie du Rouble.Sur son bureau s'accumule les rapports angoissés des agents de terrains : pénuries alimentaires, foule devant les distributeurs de billets, commerçants qui n'acceptent plus que le cash...Comme un air de déjà vu pour le Général Boris. Cela lui rappelait sa dernière mission, en France. Un échec, il n'avait pas réussit à déstabiliser le pays, à mettre au pouvoir un parti proche de la Russie. Depuis, il était placardisé, et il avait la haine.Et maintenant, la Russie sombrait à son tour. Quand l'URSS était tombé, il y'avait un pays à prendre. Il était bêtement resté fidèle à la Sainte Russie, officier de l'armée rouge qui devenait russe pendant que d'autres, le "camarade Vladimir" en tête, s'en mettait plein les poches. On ne l'y reprendrait pas une seconde fois.Il repensait à quelques Français qu'il avait brièvement croisé. Le Capitaine Valois et Mehmet, deux " héros " qui avaient chuté en pleine gloire. Ils auraient pu être la Nouvelle France, mais ils avaient poussé le bouchon un peu trop loin et trébuché. Il ne commetrait pas les mêmes erreurs.Il y'avait à prendre, et il comptait bien se tailler la part du roi. Il avait l'expérience. La France en Anarchy lui aurait au moin sservi à ça.

Eric Sawal, un an après
0 votes - le 18 Dec 2014 à 11:55

Eric Sawal a interagi avec moi :
Après un bref passage au gouvernement provisoire où il a exercé comme ministre de l'économie, notamment pour mettre en oeuvre (avec Martin Rochteau et justin Trésor)  le nouveau système monétaire mixte :   Franc / Monnaie Locale / Troc , Eric Sawal est désormais député.

Au Palais Bourbon, Eric Sawal est l'une des consciences de la gauche. Dans un monde politique où les anciennes étiquettes n'ont plus la côte, il se revendique toujours communiste même si le parti du même nom n'existe plus.

Il est connu pour ses prises de positions tranchées, sur des valeurs fondamentales, et ses discours sont souvent craints du gouvernement, car capable de renverser la tendance politique quand il se positionne contre.

On lui doit de nombreux projets de loi. Certains sont exotiques, comme la loi d'amnistie pour Juan, Isis et Ellie ou la légalisation du cannabis.D'autres sont plus emblématique de la nouvelle société qu'il veut porter. Aujourd'hui, un an après, en guise de symbole, il a déposé un projet de loi pour nationaliser la chaîne de supermarché E. Leclerc, "en dédomagement de sa responsabilité dans la crise alimentaire de 2014".Il a proposé qu' E. Leclerc soit indemnisé en bon alimentaire, du montant du "panier citoyen" de l'époque ....
cc @Isis , @Guy , @Erick Foax , @Lilou 

tirage au sort du prochain leader
0 votes - le 18 Dec 2014 à 11:06

EveillésManifeste a interagi avec moi :
Chers tous, comme vous le savez depuis le départ de Guy après la nomination du gouvernement provisoire et son départ pour l'Inde, les Eveillé-e-s changent tous les 6 mois leur leader via tirage au sort parmi les citoyens de France qui le souhaitent. Ce sera ce samedi à l'Elysée! rejoignez-nous, un cours sur la communication non-violente précédera l'évènement et sera suivi par un repas partagé avec les plus démunis. Ramenez vos sacs de couchages si vous voulez passer la nuit ici. Dans 6 mois, le nouveau tirage au sort se fera à Marseille, et le suivant ensuite à Nancy.A bientôt,les Eveilé-e-s@Fantasio @Youri Gagarine @Renée-Guillemette @Jo @Celia Perez @Gritusse @Bias de Priène @François @Ellie @Victor @Isis @Capucine Cher @Charles Vennec @Obama @le Petit Nicolas @Conseiller Bac Plus 15 @TANGUY CRS 4587 @justin tresor @Maurice Upian @Gilles Froid @Dominik devilepin @Aziz @France BN  @Erick Foax @Walter @Lilou 

 
Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer