C'EST LE CHAOS. ENTREZ DANS LA FICTION
0 : 00 : 00 : 00
Vos textes sur Anarchy : un roman de 200 pages chaque jour

Juan

24 ans
Homme
Sans Emploi
Vit à Grenoble/Lyon
Devise : "Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde" Gandhi
Bio : Enfant de la classe moyenne, il apprit à lire seul vers l'âge de 5 ans, il fut diagnostiqué précoce en primaire. Rêveur et curieux, il n'avait cependant aucune idée sur son avenir et n'a jamais réussi à s'adapter au système scolaire.C'est en se reposant sur ses acquis qu'il obtint difficilement son Bac avec un an d'avance avec cependant un très mauvais dossier lui interdisant de nombreuses voies d'études..
2014,7 ans plus tard. Le jeune garçon a bien grandit. A travers joies et épreuves, il a gagné en maturité et en caractère, mais n'a toujours pas trouvé sa place dans ce monde et cette société.
Il a compris avec le temps qu'il était un hypersensible; n'importe quelle oeuvre d'art pouvait le faire pleurer, il était d'une empathie extrême et très attentif aux subtils signes de comportements des gens qu'il rencontrait.
Cette sensibilité a ses mauvais côtés, en fonction de ses émotions il possède un petit côté lunatique, et ses récents échecs professionnels et sentimentaux lui ont enlevé toute confiance en lui.
Passé par des formations d'audiovisuel et de cinéma, il a réussi à se débrouiller quelques temps à coups de projets vidéos et de petits boulots.
Mais cela n'a duré qu'un temps, l'absence d'un emploi stable l'a conduit au retour chez sa famille dans les Alpes où la situation financière du foyer devenait alarmante.
Passionné d'arts et de musiques électroniques, Juan essaie tant bien que mal d'avancer dans ce milieu. Il a des projets plein la tête, mais c'est avant tout la nécessité de trouver un travail alimentaire qui est devenue la priorité numéro une. Sans quoi il ne pourra jamais rien commencé, ni retrouver un semblant d'indépendance et d'autonomie.
Cela fait plus de 2 ans que sa vie est en "standby", Juan qui est de nature sociable et extravertie se renferme, il ne sort plus par soucis d'économie. Ses amis proches avec qu'il il garde un contact régulier subissent majoritairement des difficultés similaires avec des parcours différents.
Ce temps de solitude, il le consacre à s'instruire, se documenter, rêver, découvrir, se renseigner, lire, et principalement grâce à cet outil formidable qu'est internet.
Juan n'a qu'une vie et ne veut pas perdre encore plus de temps, il est persuadé que c'est dans la connaissance et dans son optimisme en l'homme retrouvé qu'il pourra tirer son épingle du jeu. Cependant, Juan a développé aussi ses côtés obscurs, lassé des injustices, le jeune homme essaie tant bien que mal d'enfouir sa colère contre les écarts grandissant des classes sociales. Il s'est toujours dit qu'au fond qu'il serait capable de voler ceux dont la richesse était démesurée pour en faire profiter les plus nécessiteux. Et même s'il reconnaissait volontiers les mérites de certains patrons travailleurs et sérieux, il n'était pas le grand ami des banques et des grands groupes internationaux.
Après avoir vécu une histoire d'amour dont il lui reste encore de sérieuses marques aujourd'hui, il est actuellement célibataire.
Il rêve d'écrire, de monter un label pluri-artistique et de se faire tatouer. Il adore les gadgets en tout genre et son sac à dos en est rempli (fumigènes, bâtons lumineux militaires, cordes,etc). Ses péripéties dans cette France qui change commencent par sa rencontre avec la jeune Nour. Il finira par faire partie des Oubliés, par une suite assez inouïe de coïncidences. Il est aujourd'hui fugitif, et recherché par la police.
Par
   3
35527 points 16
96 associés

Son histoire a lui

[Meta Gaming mais on s'en tape]
0 votes - le 18 Dec 2014 à 23:52

Marty Chaud a interagi avec moi :
Voilà, ça se termine, j'ai déjà envoyé mes remerciements à la rédac, maintenant je m'adresse aux autres auteurs. J'ai choisi de le faire sur le profil de Marty parce que c'est celui sur lequel vous avez le plus de chances de repasser...Je remercie donc tous les auteurs qui ont pu coopérer avec moi, et donc particulièrement : The Peacemaker pour @Juan , Ndish pour La Crête, @Isis , James et Utopy, heyMamzelleBook pour @Ellie même si ce fut plus tardif, Eric Sawal pour @Eric Sawal (ça ne s'invente pas), kate pour @Zenone , manudrudru pour @Conseiller Bac Plus 15 et @le Petit Nicolas , Gally pour @Guy et ashra pour @DELAQUAIRE Paul . Je remercie aussi les gens qui ont lu mes textes, comme par exemple log4rithme et Fleursdeschamps. Bon courage aussi à LaRose pour les dernières minutes contre Willy pour la quatrième place. J'espère que je n'ai oublié personne, dans le cas contraire j'en suis vraiment désolé... Sur ce je vous laisse, je dois regarder France 4 pour savoir comment Marty Chaud va en finir ! (sûrement pas par un clic ;) )

Pas une fin mais juste le début d'une autre histoire...
0 votes - le 18 Dec 2014 à 23:32

Ellie a interagi avec moi :
Cette après-midi je passais voir @Juan  et ses plantations. Il passait sa vie là-bas désormais, dans ses serres, le nez plongé au dessus des massifs. Il était quand même trop mimi, le joint à la bouche, les mains terreuses et le bandeau en chanvre que je lui avait fait sur son oeil. Je restais à quelques pas de lui à l’observer, il ne m’avait pas vu et pourtant je prenais autant de place qu’un semi-remorque. Ma grossesse me pesait et j’en avais trop marre. Et dire qu’un an s’était écoulé depuis nos aventures. On en avait vécu des choses. On s’était battu comme des lions. Je regardais Juan et je repensais à tout ce que nous avions fait. Ma première pensée fut pour notre ami La Crête. Saletés d’hormones, j’avais déjà les larmes aux yeux. On lui avait fait un bel hommage avec cette statue au centre de la cité. Il aurait aimé ce que nous avions accompli. Mon coeur se serra et je revins à la réalité. Juan m’observait et je savais qu’il se doutait à qui je pensais. Dans mon dos des petits cris me firent sourire. @Isis  arrivait avec Philie la chipie. Me voyant larmes aux yeux elle s’approcha et m’interrogea du regard. Juan nous avait rejoint. Il m’embrassa le ventre et prit Philie dans ses bras. Je jette un regard à la statue derrière moi et Isis comprit. Nos fêtions les un an d’Utopie mais nous célébrions aussi la disparition de notre ami. Juan me caressa le ventre et me ramena à ma grosse bedaine. Mes larmes disparurent laissant place aux flammes de l’enfer dans mes yeux. Je lui jeta un regard noir auquel il répondit en souriant. - Marre toi bien mais c’est ta faute tout ça, ralais-je en montrant mon énorme ventre. Je suis grosse, moche et j’arrive à peine à bouger ! Et c’est bel et bien toi le seul responsable… tu vas payer cher pour ça !Isis qui venait d’accoucher ne put qu’acquiescer. Juan l’implorait du regard.- Ah nan chéri, tu gère avec elle. Et puis je ne t’ai pas encore tout à fait pardonné moi non plus pour ces 9 mois de galère ! fit-elle en riant.- Merci du soutien, répondit-il. Il leva Philie en l’air et ajouta : Heureusement t’es la toi pour ton papa…Quelqu’un arriva derrière nous et ce que je vis en me retournant n’arrangea guère mon humeur : le père d’Isis.- Ah v’là l’heureux grand-père, raillais-je en levant les yeux au ciel. Ce type me laissait et c’était réciproque.Il regarda Isis d’un air résigné et répliqua :- Ah v’là la bombe hormonale à retardement !Je m’apprêtais à le mordre quand Juan lui colla Philie dans les bras pour faire diversion et ainsi éviter une explosion immédiate de ma fureur.Isis riait et murmura : -C’est bientôt fini ma belle et flinguer tout le monde à tout va ne fera pas accélérer les choses.Son regard tendre eu raison de ma colère. Elle réussit à m’apaiser. Juan réapparu une fleur à la main qu’il me tendit. Retour des hormones version saule pleureur, ma grossesse me faisait virer fleur bleue. Il voulait me détendre, ce soir il devait partir pour bordeaux avec son label. Il ne voulait pas me quitter en colère. Il était parfait.- Tu devrais te reposer un peu, la cité tourne, les autres avancent bien. Reste un peu au calme s’il te plait.Il avait raison. Tout allait bien désormais. Notre rêve avait pris forme. Nous avions fondé notre famille… atypique comme toute notre histoire d’ailleurs. Utopie vivait et nous, nous étions heureux. J’aimais plus que tous Isis et Juan, Philie était un amour pour qui je pourrais donner ma vie et une petite Eve allait combler notre bonheur. En ce qui me concernait, le combat était gagné.

Le Faiseur de Paix
0 votes - le 18 Dec 2014 à 22:39

Depuis le haut du phare, je regardais plus loin la cité d'Utopy.

Un an plus tard tout était encore debout, et tout fonctionnait à merveille. 
Nous avions gagné notre combat pour la liberté!

J'aimais venir ici pour réfléchir et admirer tout notre travail. 
Le symbole du phare était quelque chose qui me touchait.

Protecteur, il veille et guide, sa lumière éclaire ceux qui se sont égarés, il résiste aux colères des flots.
Au fond de moi j'espérais qu'Utopy soit cette ce phare. 
Cependant dans toute la France d'autres lumières venaient briller. Les consciences avaient changé et j'espérais que notre pays aille encore de l'avant.

Le soleil allait bientôt se coucher, il fallait que je rentre, ce soir tout le label Utobeat jouait à Bordeaux.

Je tenais à passer voir @Ellie , @Isis et Phillie avant de partir.
Sur le chemin, je passais devant les serres, et aperçut du coin de l'oeil la première fleur d'Ellis. 
Sous sa cloche, cette beauté jaune et noire m'avait valu six mois de travail, mais le résultat valait le coup.
Je croisais en premier Ellie, qui peinait à soulever des bûches de bois pour le feu.
Sans lui laisser le choix, je la débarrassai de ce fardeau.

-Ellie, tu devrais te poser, t'es ronde comme un ballon.

-Rha tais toi! dit elle mi énervée, mi amusée. Je tourne en rond là! C'est quand qu'elle sort!

J'attrapai la main de ma belle et l'attirait vers moi.

-Tu sais que râler ne sert à rien! 

Je l'embrassais sur le front.

-Reposes toi chérie, ou c'est moi qui t'attaches, dis-je.

Ellie arrivait à terme, j'allais être papa pour la seconde fois, incroyable.
Moi qui ne voulait pas d'enfants, je viens d'en avoir un et le deuxième arrivait.
Quand Isis m'avait annoncé qu'elle était enceinte, j'étais d'abord resté con, pas prêt du tout. 
Et au final je m'étais étonné tout seul, et avais pris la nouvelle avec chaleur et philosophie.
Quand quelques mois plus tard, Ellie m'annonçait qu'elle à son tour attendait un enfant, je cru d'abord à une blague.
La crise d'hystérie qui avait alors suivie m'avait indiqué que non, ce n'était pas une blague et que mes deux muses allaient toutes les deux être mamans, et moi doublement papa. 

J'avais reçu pendant plusieurs mois un déchaînement d'hormones en pleine face. Il était même arrivé que les filles se montent le bourrichon entres elles pour finir par se retourner toutes les deux contre moi! 

Quel bordel!

Mais c'était joyeux, c'était vivant. @Amandine et Stella étaient restées à Utopy, @Erick Foax passait régulièrement, même @Eric Sawal était venu nous voir une fois.

Tous les jours je fumais un joint devant la statue de La Crête, j'avais pas toujours approuvé les méthodes de mon barjo adoré. 
Mais cet homme nous avait montré qu'un chemin vers la liberté était possible. 
Je portais sa mémoire sur moi, l'absence de mon oeil droit me rappelait chaque jour ce moment funeste, où notre ami nous avait quitté.

Je m'étais quant à moi habitué de la perte de l'un de mes deux yeux, je n'avais de toute façon pas vraiment eu le choix. Ellie m'avait confectionné un chouette bandeau en chanvre, je trouvais ça plus sympa que le cache oeil, puis je ne voulais pas faire peur à ma fille.

J'avais hérité de la Ferme Verte de grand père dans le Vercors, c'était plus ou moins devenu une annexe d'Utopy et ça me rendait fier de savoir qu'un tel lieu existait aussi dans mes montagnes. 
JeanSé s'en occupait à la perfection et il y avait déjà une quarantaine de personnes sur le site.

Après avoir convaincu Ellie de se poser et de se calmer un peu, Isis arriva avec Phillie dans les bras. 
J'embrassais mes princesses mais fus obligé de partir rapidement, les zikos m'attendaient.
Ce soir on allait enflammer Bordeaux, c'était la deuxième date qu'on faisait là bas mais on savait qu'on serait bien accueillis. Le label marchait bien, j'avais repéré des perles, mais également des artistes extraordinaires étaient venus à Utopy d'eux-mêmes. 
On laissait les gens donner ce qu'ils voulaient pendant le concert, mais beaucoup avaient bon coeur, nous étions obligés parfois d'organiser des convois pour ramener au village les dons des spectateurs.

J'avais enfin l'impression d'être à ma juste place. 
Je vivais exactement comme je voulais, sans faire de mal à personne. 

J'avais la mer, ma drôle de famille, mes plantes et la musique.

Mais surtout, j'étais libre, libre comme l'air et heureux. 

C'est en repensant à tous ceux qui m'avaient accompagnés et qui avait partagé avec moi ces folles aventures que j'arrivais au van.

Utopy était debout, c'était notre victoire!

Gilles Froid - La fin en presqu'happy end
0 votes - le 18 Dec 2014 à 15:30

Gilles Froid a interagi avec moi :
Je me plais bien à Utopy. La cité à la licorne marche si bien qu'il est devenu difficile de garder le cap, mais je fais confiance à @Isis , @Juan et @Ellie pour gérer convenablement la situation. Ces trois-là sont inséparables. Il a l'air de bien s'amuser, le Juan. Je le vois toujours régulièrement quand il n'est pas occupé aux "affaires". Je le chambre souvent quand je lui parle du désastre de ma vie amoureuse en lui disant qu'il m'a piqué ma part, ce salow ! Enfin, je ne suis vraiment pas à plaindre. De temps en temps, je m'éloigne d'Utopy, je prends du recul. J'en profite pour aller voir mes parents, toujours à Pezé. Je vais fleurir les trois tombes du coin avec émotion : Eva, Aude et Clarisse côte à côte pour l'éternité... J'ai vu Samson dans ses oeuvres pour le gouvernement de @Guy . J'ai pu revoir ce dernier à deux reprises. Il n'y a pas de problème entre nous, même si je n'approuve pas forcément tout ce qu'il a fait au sein des Eveillés. Monica, cette vieille folle, est maintenant à la tête du Maine, et elle aurait proposé un poste sérieux à Samson qui n'est plus au gouvernement, je n'en sais pas vraiment plus pour le moment. Bref, j'ai retrouvé un certain équilibre, j'ai fait d'un passe-temps (jardinage) mon métier. Je vis modestement mais en phase avec moi-même. Il ne me reste "plus qu'à" trouver l'amour... Vaste programme !

"R" en 2015
0 votes - le 18 Dec 2014 à 15:27

"R" a interagi avec moi :
moi "R" le justicier de l'ombre 1 an plus tard... rien n'a changé, je rends toujours la justice  à ma manière mais la police est plus forte qu'avant, je ne surveille que les milices et les réseaux qui me semblent incorrects. Mon seul regret est de na pas avoir pu rendre la Joconde au Louvres, mais ça viendra...je l'ai repérée à Toulouse...@Isis @Matt @Juan @Eric Sawal @Erick Foax 

Laura Froid - La fin mi-figue mi-raisin
0 votes - le 18 Dec 2014 à 15:10

Laura Froid a interagi avec moi :
Un an plus tard, il est toujours aussi difficile de tirer des conclusions. A l'extérieur, des choses ont bougé, d'autres non, en bien comme en mal. La société n'est plus aussi pourrie qu'à l'époque, mais on ne peut pas vraiment parler de révolution. A l'intérieur aussi, c'est mitigé. @Utopys'est très vite agrandie. Nous sommes 40000, et avec Gilles nous avons bien fait de venir dès le début, ils refusent du monde maintenant. Et c'est ici que l'on atteint pour deux raisons les limites du système. A 40000 habitants, peut-on vraiment vivre en harmonie ? La nature humaine n'est-elle pas faite de sorte que l'on puisse vraiment s'entendre qu'à un nombre très restreint de personnes ? Si non, peut-on encore appeler la cité "Utopy" si beaucoup de gens ne sont pas en accord avec la politique et l'organisation ? Refuser des personnes, même si c'est justifier pour contrebalancer le précédent effet, est-ce encore une société utopiste ? J'ai peur de répondre à ces questions, mais que voulez-vous, on n'est jamais complètement satisfait de ce qu'on a... Des accords ont été signés pour construire d'autres cités du même genre que la nôtre, ce qui permet en première intention de régler les problèmes précédents, mais comment maintenir la cohérence d'ensemble ? Toutes ces questions me paraissent difficiles. Je songe sérieusement à déménager dans une de ces cités nouvelles pour retrouver la fraîcheur des débuts. Je laisserai Gilles ici, car lui ne partira pas, il a @Juan et @Isis , moi rien ne me retient. Désormais, souvent, en regardant par la fenêtre, plongée dans mes pensées, je repense à l'année dernière : Samson au ministère, Monica leader du Maine, Camilo haut responsable dans l'agro-alimentaire... Papa et Maman sont les seuls à ne pas avoir vraiment changé de vie. L'attentat avec Chloé, Sam et Emile me hante souvent. Et encore, ce n'est rien par rapport à Eva, Aude et Clarisse et leur funeste destin... L'année 2014 a changé ma vie à jamais.

Un an plus tard...
0 votes - le 18 Dec 2014 à 04:13

Isis a interagi avec moi :
Cela fait bientôt un an qu’Utopy existe pour de vrai. Sur la grande place on a fait une statue en l’honneur de La Crête. Les hommes du BTP ont tenu parole et on commencé à faire des éco-constructions plutôt bien avec tout le confort et en super harmonie avec le cadre naturel dans lequel nous vivons. Bouger me manque un peu, j’aimais bien la saisonnalité pouvoir passer l’hiver au ski et l’été à la mer… des fois je suis nostalgique.

La ville d’Utopy s’est vite agrandie, surtout de jeunes de l’âges d’@Amandine et de Stella, qui ont choisie de devenir médecin toute les deux et gère très bien notre clinique avec d’autres volontaires qui ont des connaissances dans la santé. C’est marrant parce que pour ce genre de chose l’expérience fait toujours foi et reste indiscutable. Les petites elles en ont vu des bobos durant la crise l’année dernière, alors certes elles sont pas médecin, mais elles sont au moins infirmières chefs car elles savent gérer l’urgence. Chef !? et benh oui, chefs. Autour d’une machine à café il n’y a pas de hiérarchie, mais lorsqu’il s’agit d’urgence vitale ou de soin, chacun doit savoir quoi faire et personne ne doit se marcher dans les pattes, dans ces cas là, je parle d’action coordonnées à plusieurs alors une hiérarchie protocolaire se met en place le temps de l’intervention. 

C’est ce qui s’est décidé quelques semaines après la création d’Utopy. Il a quand même fallu faire une charte quand on a atteint les 20 000 habitants pour environ 55 km2. La ville devenait de plus en plus grande en très peu de temps. Les jeunes avaient soif de liberté, certains étaient déçus par la VIe république, d’autres finalement voulait simplement tenter l’expérience et finissez par y prendre goût. Le pire fut cet été lorsque nous avons atteint le seuil de 40 000 habitants pour 110km2. Depuis nous sommes obligé de refuser du monde. Nous avons atteint les limites de notre production et de nos ressources, de plus la ville est en travaux perpétuels ce qui parfois est assez fatiguant. 

C’est @Ellie  qui gère tout ça, elle a un don pour faire la modératrice et gérer les réseaux d’eaux électricité etc… du coup elle met la misère aux architectes, mais ça vaut vraiment la peine et tout le monde la soutien car grâce à elle Utopy ressemble à quelque chose. Utopy a du alors s’agrandir ailleurs et avec plusieurs maires d’Occitanie, des Alpes, mais aussi de Bretagne et de Lotharingie nous avons pu trouver un accord et faire d’autres villages Utopy près de leurs villes. C’est ce que nous venons de négocier et d’obtenir, les villes ne devront pas excéder les 10 km2 soit environ 5000 habitants si j’ai bien tout compris. C’est un bon début je trouve pour un an d’existence. 

@Juan  a monté son label et cultive des fleurs, du thé et du cannabis. Il gère plutôt bien sa double activité d’autant que le label ne lui appartient ni les fleurs, ni le thé, ni le cannabis et qu’il est pas seul à gérer, papa est là aussi. Je sais pas comment ils ont fait ça mais ils s’entendent super bien. La pauvre Ellie, elle a jamais supporté mon père et c’est réciproque. Moi ça me fait juste rire. J’aime bien les voir se chamailler, mais bon il est rare que je prenne la défense de mon père contre Ellie, faut pas déconner non plus. Non ma belle blonde de complice, elle sera toujours dans mon cœur, même si on partage le même borgne et qu’elle est enceinte jusqu’au cou. Ouai… elle est enceinte ma copine. Et oui mon mec est borgne maintenant mais il a deux meufs, donc il se plaint pas. 

 Loup est à la maison, il est libre et sort qu’and il veut mais il préfère près de nous et nous protéger. 

Et moi ? Moi j’ai eu une magnifique fille que j’ai appelée Philie en l’honneur de de mon ami. Philie a 6 semaines et j’ai direct repris mon boulot, parce que je l’adore, du coup je l’emmène avec moi. Je suis devenue chauffeur de poids lourds, ouais j’adore ça. Je charge, je roule, je livre ! Ça me fait bouger. Y a plus de barrage à défoncer ça c’est dommage, mais j’adore conduire ces gros engins. Le soir je rentre, j’embrasse Ellie en lui caressant le ventre, je saute sur Juan et lui tend Philie mais c’est finalement papa qui s’y colle, ça nous fait bien marrer tous. 

Retouvailles
0 votes - le 17 Dec 2014 à 18:18

Gilles Froid a interagi avec moi :
Nous sommes enfin arrivés à Utopy lundi soir. J'ai enfin pu revoir @Juan et @Isis . Les retrouvailles étaient empreintes d'émotion. Ces vingt jours passés loin des autres paraissaient des années. Le pays s'était retrouvé à l'agonie, à feu et à sang, et maintenant une nouvelle organisation émergeait à l'extérieur de la cité à la licorne... D'un point de vue plus personnel, j'avais perdu Eva et Clarisse, bien sûr, mais aussi La Crête, dont j'avais appris la mort par les médias... Tant de vies gâchées ! Cette fin d'année 2014 resterait à jamais comme l'une des pages sombres de l'histoire de France. J'ai présenté Laura à mes amis, puis j'ai pu rencontrer la dernière membre du charismatique trio à l'origine d'Utopy, @Ellie . Il était déjà tard, nous sommes donc allés nous coucher, Laura et moi, dans une cabane plus confortable qu'il n'y paraissait. Après ces heures à cheval (nous ignorions la reprise de la SNCF du matin), nous aurions de toute façon pu dormir à même le sol. Hier, nous avons pu visiter Utopy dans son intégralité, dans sa diversité, dans sa beauté et surtout de jour. Les gens, du moins pour le moment, vivent en harmonie. Je me suis tout de suite senti bien. Je vais pouvoir refaire ma vie ici, je l'espère en tout cas. Fini le boulot avec la pression, l'argent roi et décideur, le chômage... Le soir, au moment du repas, j'ai vu que Laura était du même avis. Aujourd'hui, nous avons pu améliorer notre logement. Nous avons passé la journée à ça. J'ai soigneusement évité les débats à propos de la votation, qui pourraient me trahir. Personne ne le sait mis à part Laura, mais je suis aussi ami avec @Guy . Il m'a même proposé un poste au gouvernement provisoire ! J'ai poliment refusé pour le rediriger vers Samson, qui accepterait sûrement. L'avenir nous dira si j'ai fait le bon choix.

Utopy
0 votes - le 17 Dec 2014 à 13:15

achille a interagi avec moi :
@Isis 
@Ellie 
@Juan 
@Adria Helios 
C'est avec grand plaisir que je viendrais à Utopy, y passer quelques temps , ou animer des forums, débats, ...comme je vous l'ai dit, je crois dans ce projet avec les limites que j'ai exprimé, et en avoir conscience est préférable pour mieux lutter contre ces risques de dérive.  ce n'est pas du pessimisme, juste une envie de voir un rêve ne pas s’abîmer à l'épreuve de la réalité.
Je ne suis qu'un humble philosophe, donc moi même qu'un simple laboratoire d'idées...
Pour ce qui est de votre passé, je ne suis pas juge,cependant toute fin ne justifie pas les moyens, et votre belle et juste  conduite d'aujourd'hui permet de comprendre mais n'excuse pas tous les actes d'hier . 
a vous rencontrer quand je viendrais a utopy 
achille 


Les pessimistes
0 votes - le 17 Dec 2014 à 11:34

Isis a interagi avec moi :
@achille @Adria Helios  Nous avons reçu vos critiques, laissez nous vous dire que si nous nous faisons les portes paroles d'Utopy @Juan  @Ellie et moi, nous ne sommes que des portes paroles et non des chefs, des tyrans. Nous avons toujours refusé le pouvoir. Nous proposons une alternative et nous vous invitons à nous rejoindre, sauf si vous voulez commander ou gérer la ville, vous serez bien accueillis. 

doux rêve et dangereuse réalité
0 votes - le 16 Dec 2014 à 22:29

achille a interagi avec moi :
@Adria Helios oh combien je suis d'accord avec vous chère Adria, à propos d'utopy .Bien évidemment, nous ne pouvons nier qu'il y a de bonnes idées dans les fondamentaux d'utopy, principes égalitaires, partage des ressources , d' économie, du troc mais cela ne suffit pas et vivre en vase clos de nos jours est un non sens, et le risque est grand de tourner  à la secte ; qui dit qu'il n'y aura pas dérive, qui plus avec les leaders d'opinion qui sont à la tête d'utopy ...de plus nous sommes dans le monde et s'en extraire n'est pas une solution à long terme .
Enfin il n'est pas possible d'oublier qu sont les fondateurs d'utopy . l'idée a beau être belle, il ne faut pas faire table rase du  sang versé et de la violence des actes qui ont précédé Utopy , et les oubliés ont de comptes à rendre ; s'ils veulent la confiance de tous, il faut d'abord commencer par là ...ensuite oui Utopy peut devenir un laboratoire à ciel ouvert où seront testées les idées du futur pour la société à construire .Sur ces points,car je ne veux pas seulement apparaître comme un critique qui ne propose rien et ne réfléchit pas ,   je suis bien sur prêt au dialogue avec les oubliés, @Ellie,@Juan, @Isis,    comme toujours, tant qu'il y a des mots, il y a de la vie et il y a de l'espoir Sinon cette 2éme journée a été tout aussi dense que la première. je suis ravi de la votation citoyenne de demain, la voix du peuple doit s'exprimer!bien à vous achille 

A demain!
0 votes - le 15 Dec 2014 à 21:39

EveillésManifeste a interagi avec moi :
Merci à tous d'avoir participer à cette première journée de débat au sein de l'Elysée, demain sera également une journée de dialogue, préparez vos idées, votre verve et vos espoirs! Ce soir, les enfants lancerons leurs ballons dans le ciel avec des message d'avenir (toute la classe du @le Petit Nicolas a d'ailleurs été invitée pour l'occasion, je sais que ça lui tenait à coeur). RDV demain matin! Et si vous n'avez pas d'endroit pour cette nuit, voyez avec Laura, notre chef de la sécurité, elle vous trouvera des places dans les salons ou les tentes de nos campement à l'Elysée ou à Bastille. Bonne soirée!____Guy-----@Fantasio @Renée-Guillemette @Jo @Pépette @Celia Perez @Jacques @Gritusse @Bias de Priène @Daniel Noyez @Stelise @Neil McCormack @SALADBOY @François @BERTUCAT @Kayla aka Midas @Vauban @Matt @Victor @Charles Vennec @Miquelis Frank @Auguste Babeuf  @Stormy @Bertrand Lamotte @Obama @Marie Dujardin @Treizh @George Decointe @Capucine Cher @Juan @Isis @TANGUY CRS 4587 @Auguste Babeuf  @de Vaudricourt @Xavier @Robert BRASILLAC @Conseiller Bac Plus 15 @Eric Sawal @Erick Foax @Jesus routier @Hervé Le Bras @ALAD @PIGNON @Walter 

L'hôpital qui se fout de la charité
0 votes - le 15 Dec 2014 à 19:32

Ellie a interagi avec moi :
Oui force est de constater que la critique n'est pas coutumière chez vous chère @Adria Helios . Des individus "comme nous" nous battons pour notre liberté et celle des français et en cela tout nous oppose.  Rappelez moi... quel a été votre rôle dans les propositions pour la société de demain ? .... Au passage, je saurais rappeler aux Utopyens que vous les qualifiez d'ignorants. @Isis@Juan @Martin Rochteau 

Lundi et Mardi: forum national à l'Elysée
0 votes - le 14 Dec 2014 à 20:23

EveillésManifeste a interagi avec moi :
Les Éveillé-e-s  organisent dès demain deux jours de forum national dans les jardins de l'Élysée. Tous le monde est convié pour partager ses idées! Amenez votre tente, vos sacs de couchages, vos carnets d'idées, votre motivation. Ce seront deux jours et deux nuits non-stop. Les Eveillé-e-s de toute la France, le citoyens des régions française et même indépendantes sont déjà sur la routes oou dans les jardins de l'Elysée, prêts à débattre ou à rapporter les idées de leurs propres forums régionaux. La France de demain, c'est pour demain (et après-demain)! Guy, leader des Eveillés, se réjouit de l'engouement national et hors des frontières: "c'est une nouvelle révolution intellectuelle qui est en marche, un souffle d'espoir! Les Français ont compris que chacun à la force d'être impliqué, chacun peut être écouté, et je jure que chacun sera entendu et pris en compte!" Derrière lui, le service d'ordre dirigé par Laura, chef de la sécurité de ce groupes de citoyens pacifistes, est débordée: "on n'avait pas prévu autant de personnes dès le dimanche soir! ça risque d'être difficile de loger tout le monde, mais bon, on a encore des camps à Bastille et ailleurs, on partagera, il fera plus chaud avec la chaleur humaine,non?!", dit-elle pour relativiser le succès. Ceux qui ont du mal à se déplacer, pourront suivre les débats en direct sur le live de FranceIndé et des autres médias alternatifs, les Poneylib' ont déjà manifesté leur volonté de transporter gratuitement tous les citoyens qui se rendraient à l'Elysée sur ces deux jours! @Fantasio @Youri Gagarine @Renée-Guillemette @Monique @Jo @Pépette @Jacques @Tim @Bias de Priène @Gritusse @Thomas  @Daniel Noyez @DELAQUAIRE Jacques @Emmanuel Martin @Coco @Stelise @Neil McCormack @Antoll MA @Stéphane Mariano @Guillaume Tession @SALADBOY @François @Kayla aka Midas @Ellie @Jonathan De Laye @Auguste Babeuf  @Victor @Fabrice Cagerot @George Decointe @Charles Vennec @Miquelis Frank @JeanClaude Dubonet @Natalie @Obama @Alex lefort  @Treizh @Stalker @Johanna Mercier  @Xavier @Juan @Florence Thibault @TANGUY CRS 4587 @Pierre Rabhi @le Petit Nicolas @Petit européiste @Conseiller bac+15 @Jacques Bismute @Michel Arlot @justin tresor @Walter @Eric Sawal @Erick Foax @Aziz @C2Ccool 

Reload II
0 votes - le 13 Dec 2014 à 23:10

Courir, encore et toujours!Fuck!Impossible d'espérer récupérer la moto, désolé Jane!Brrrr, rien que de la savoir en colère contre moi, j'en avais froid dans le dos.C'était @Eric qui allait recevoir les foudres de cette dame de fer!Mais mon problème actuel était tout autre, je me faisais courser dans une ville que je ne connaissais pas, par une petite dizaine de flics.J'essayais de m'éloigner du centre ville, et trouver des ruelles peu fréquentées pour me cacher. La nuit n'était pas loin de tomber, en gagnant du temps ça aller sûrement pouvoir le faire.Ma tête me faisait un mal de chien, avec l'effort le sang montait au cerveau, et relancer ma blessure récente. Au loin j'entendais une sirène.Merde! Manquait plus qu'une voiture s'en mêle.J'avais genre 300 mètres sur mes poursuivants, mais je commençais à me fatiguer. Trop de fume, manque de sport, je me promis intérieurement de remédier à ça s'y je m'en sortais. Ou alors plus de parties de jambes en l'air avec les filles. Pour le cardio ce serait pas mal.Isis, Ellie... Si elles savaient comme je galérais! Et si elles savaient comme j'avais envie de les revoir!Je tournai à l'angle d'une rue et profitai de mon avance pour sortir deux fumigènes de mon sac. Je repartis de plus belle, cherchant un moyen, une connerie pour me sortir de ce merdier. Les flics arrivèrent au bout de la ligne droite au moment où je tournais à nouveau dans la rue suivante. "A droite!, entendis-je crier derrière. Il est partit à droite!"Je n'arrivais pas à leur mettre une rue d'avance, et le son de la sirène se rapprochait. Soudain sur ma gauche, je remarquai une entrée d'immeuble restée ouverte. J'allumais en premier fumigène, et le lançai derrière moi au milieu de la rue. Puis j'envoyai le second le plus loin possible devant,en espérant leur faire croire que j'avais couru jusqu'au bout.Sans perdre de temps, je plongeai vers la porte et prenait les escaliers pour monter au première étage.D'où j'étais, une fenêtre du couloir donnait sur la rue. Je vis les policiers se ruer en direction du 2e fumigène et disparaître dans les ruelles adjacentes.L'accalmie n'allait pas être de longue durée, quand ils se rendraient compte de l'esbroufe, ils feraient demi tour.Je ressortais de l'immeuble et partais en sens inverse. Tout à coup une voiture vint me barrer la route, l'homme au volant baissa la fenêtre, c'était un militaire.-Montes! me dit-il.Je ne répondais pas, et commençais à reculer doucement.-Y'en des flics partout je te dis, montes! insista-t-il.J'étais méfiant.-Et qu'est ce qui me prouve que vous voulez pas me coffrer vous aussi?On entendait les cris des policiers se rapprochaient à nouveau, ils allaient revenir!Il fallait que je me décide vite, néanmoins cet homme me barrait la route, ça s'avérait coton.-Bordel Juan, je suis le père d' @Isis ! Arrêtes de faire le con et montes!Je restais bête, je m'attendais à tout, sauf à ça.Néanmoins, le gars avait les même yeux bleus perçant que ma belle, et elle m'avait répété maintes fois que son père était dans les rangs.Mes vieux copains se rapprochaient, il n'y avait plus de place pour le doute.Rho et puis merde! J'en ai marre de courir!Avec le sentiment que je quittais une emmerde pour en rencontrer une nouvelle, je fis le tour du véhicule et m'installai rapidement à la place passager.Sans un mot, le soit disant père d'Isis démarra en trombe et nous prîmes une route pour sortir de la ville.

 
Suivre le Live

Témoignez dans anarchy

Produit par :
En partenariat avec :
France 4Nouvelles EcrituresTelfrance SérieINA
Le MondeLes InrockuptiblesAlternatives EconomiquesFrance Inter
Avec le soutien du :
Développé par :
France 4Europe Créative MEDIAESPCICEEA
SolicisIRI
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur maintenant

Fermer